Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Voyages de vives voix, l’art lyrique comme thérapie

Un chœur mêlant de jeunes autistes, leurs éducateurs et des artistes de dimension internationale: c’est le pari de la soirée organisée à la salle Gaveau le 11 octobre avec Laurent Naouri , la Chorale d’Al et l'Ensemble Calliopée .

Par Caroline Reinhart | Sur Scène | 6 octobre 2010
Réagir
Qobuz

Une aventure musicale « extra-ordinaire ». C’est ce que promet la représentation de la chorale d’Al et de l'Ensemble Calliopée à la salle Gaveau lundi 11 octobre.

La chorale d’Al, dirigée par Catherine Boni depuis 7 ans, est formée de jeunes autistes accueillis dans les institutions de l’Aprahm-Autisme. Le concert donné à la salle Gaveau intitulé Voyages de vives voix sera le fruit des rencontres exceptionnelles entre des artistes de dimension internationale, tels que le baryton-basse Laurent Naouri, des adolescents et de jeunes adultes autistes et leurs éducateurs.

Catherine Boni, à force d’exigence, a amené ces jeunes gens à réaliser tout ce qu’en principe ils ne peuvent pas faire ensemble, c’est-à -dire l’écoute de l’autre et l’appartenance à un groupe, en leur apprenant à chanter en polyphonie. Un petit miracle donc.

L’association Trampoline Camera, organisatrice de l’évènement, offre et prend en charge des ateliers musicaux et de chant dans les institutions qui accueillent les jeunes autistes. Ce concert s’inscrit dans sa politique de valorisation des compétences des personnes autistes, afin de changer le regard porté sur eux. Un regard lourd, et bien souvent teinté d’incompréhension. La musique vient dédramatiser ce handicap.

Au programme de cette soirée exceptionnelle, Dvorak par l’ensemble Calliopée (Quintette avec piano en la majeur), des chansons mises en musique par Stéphane Leach, entrecoupées d’extrait du film La Vie d’Autiste d’Olivier Segard, du Brahms, Verdi et Malher (Lieder eines fahrenden Gesellen) ou encore Offenbach et Bizet.

« Si l’émotion vous envahit, c’est simplement parce que c’est beau » (Catherine Allier, présidente de l’association Trampoline Camera).

Site de la salle Gaveau

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters