Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

L.A. Takedown, golden eighties

Le 2e album du groupe californien expert en fausses B.O. de films...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 13 mai 2017
Réagir
Qobuz

Pour les cinéphiles, L.A. Takedown réalisé en 1989 par Michael Mann, est le téléfilm, qui a inspiré son film Heat, six ans plus tard. Une référence pas innocente pour Aaron M. Olson qui a ainsi baptisé son groupe. « Alerte à Malibu en version krautrock » ! C’est ainsi qu’un ami du musicien californien a décrit la musique de L.A. Takedown. Et force est de reconnaître que la punchline qui peut faire sourire n’est pas totalement déplacée tant la musique du septet californien propose la grandiloquence de certaines B.O. de films et de séries télé accouplée à de belles et pures mélodies pop jouées par des instrumentistes virtuoses toujours prêts à se lancer dans des improvisations marathons. L’esprit du Kavinsky et du Cliff Martinez de la musique de Drive n’est lui non plus pas très éloigné de certains instrumentaux du gang d'Olson, aficionados des créations 80’s… Paru le 12 mai, le deuxième album de L.A. Takedown laisse imaginer à quoi pourrait ressembler le film de chacun de ses morceaux. II est également marqué par son caractère ambivalent : une synth-pop légère avec une harmonie de guitares où se distinguent l’influence de Robert Fripp de King Crimson, et une texture assez complexe de beats irréguliers et de synthétiseurs très présents dans la musique du compositeur japonais Tori Kudo (le fondateur de Maher Shalal Hash Baz) et du musicien nigérien King Sunny Adé ! Et comme la discothèque de la bande d’Oslon est sans doute bien fournie, il est certain que les albums de Tangerine Dream et de groupes de post-rock doivent également y figurer en bonne place. Mais ce tsunami de références – cachées ou non – ne doit pas affoler le chaland. Car II se savoure au premier degré, pour la beauté de ses mélodies et les images – animées ou non – qui viennent à l’esprit dès la première écoute. Moteur ! Action !





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters