Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

QIBUZ / Lundi 20 novembre 2017

Confidences, news cocasses, bruits de couloirs, brèves de comptoir et buzz en tous genres : chaque lundi, QIBUZ zoome sur l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?

Qibuz Lundi | 20 novembre 2017
Réagir
Qobuz







Malcolm Young, un AC/DC décède

Un mois à peine après la mort de George Young, c’est l’autre frère d’Angus Young qui passe l’arme à gauche : Malcolm Young, guitariste rythmique et compositeur d’AC/DC, n’est plus. Il s’est éteint le 18 novembre 2017 à l’âge de 64 ans à Elizabeth Bay dans la banlieue de Sydney. Co-fondateur du groupe en 1973, il était atteint de démence depuis 2014, un diagnostic qui l’avait expédié prématurément en retraite. « En tant que frère a déclaré dans un communiqué Angus, il est difficile pour moi d’exprimer avec des mots ce qu’il a représenté pour moi tout au long de ma vie, et notre relation était unique et tellement spéciale. Il laisse derrière lui un énorme héritage qui vivra pour toujours. Malcolm, bon boulot. » Retiré dans un établissement spécialisé où il était soigné depuis plusieurs années, Malcolm Young n’avait plus joué avec AC/DC depuis 2010…

Né le 6 janvier 1953 à Glasgow, il s’envolera avec sa famille en Australie dix ans plus tard. Avec Angus, il lancera la saga AC/DC sous l’aile protectrice/productrice de leur frère aîné George, ex-Easybeats. Moins star et exubérant qu’Angus et ses tenues d’écolier en culotte courte, Malcolm Young composera et co-composera tous les tubes de la formation, de Back In Black à Highway To Hell en passant par You Shook Me All Night Long et autres Whole Lotta Rosie, des titres à retrouver sur tous les albums auxquels il a participé, d’High Voltage en 1975 à Rock Or Bust en 2014.






Un samedi soir avec Eminem

Pour préparer son comeback au disque prévu (mais pas confirmé) pour le 15 décembre, Eminem fait monter un peu plus la pression. Le rappeur s’est en effet produit sur le plateau de l’émission Saturday Night Live le 18 novembre le temps d’un medley enchaînant Walk On Water, Stan et Love The Way You Lie. Skylar Grey était à ses côtés pour chanter les parties vocales signées à l’origine Beyoncé, Dido et Rihanna. On sait assez peu de choses sur Revival, son neuvième album studio. Dr. Dre devrait être derrière la console, tout comme Rick Rubin. Pour l’instant, seul le single Walk On Water avec Beyoncé a été publié le 10 novembre. A suivre.






Daft Punk sans Daft Punk

L’avantage du casque, c’est évidemment l’anonymat. Deux DJ logiquement anonymes ont lancé un duo au nom assez explicite : Daft Punk Tribute. Après avoir fait fureur il y a quelques jours à Abidjan en Côte d’Ivoire, les deux faux Daft Punk poursuivent leur tournée sur le continent africain. Pour l’instant, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo n’ont pas réagi à ce tribute band…








Neil Young, c’est gratuit !

Le 11 novembre, veille de son 72e anniversaire, Neil Young a offert un beau cadeau à ses fans dans un post Facebook. Le Loner a en effet révélé qu’il mettrait en ligne toutes ses archives le 1er décembre, jour de la sortie de son nouvel album, The Visitor. Des archives en haute définition qui seront disponibles… gratuitement ! Par archives, Neil Young entend toutes les chansons, singles et albums, qu’il a enregistrées depuis le début de sa carrière. Aucun détail n’a pour l’instant été donné quant à la durée de cette totale gratuité…






Morrissey, mots déplacés ?

Morrissey n’en rate décidément pas une… Habitué des déclarations choc pour ne pas dire déroutantes, l’ancien chanteur des Smiths qui vient de publier son nouvel album Low In High School a cette fois abordé le brûlant dossier du harcèlement sexuel et des affaires agitant actuellement Hollywood. « Si tout s’était bien passé et si ça leur avait permis d’avoir une grande carrière, ils ne se plaindraient pas », a déclaré le Britannique au Spiegel, indiquant que les accusations à l’encontre de Kevin Spacey n’avaient pas l’air « très crédibles » et que le comédien était « attaqué inutilement ». Morrissey a tout de même précisé qu’il condamnait le harcèlement sexuel… « De ce que je comprends, il était dans une chambre avec un garçon de 14 ans. Kevin Spacey avait 26 ans et le garçon 14. Il faut se demander où étaient les parents du garçon. Et si ce garçon ne voulait au fond pas ce qui allait se passer. Je ne sais pas vous mais moi je n’aurais jamais été dans une situation pareille. Jamais. J’étais toujours conscient de ce qui pouvait se passer. Lorsque vous vous retrouvez dans la chambre de quelqu’un, vous devez être au courant où cela peut vous mener. Voilà pourquoi tout ça ne me parait pas très crédible… »







Ben Riley range ses baguettes

Il n’était pas le plus célèbre des batteurs de jazz pourtant les aficionados du genre savaient que Ben Riley était un virtuose raffiné. A 84 ans, l’ancien complice de Thelonious Monk a tiré sa révérence. Né le 17 juillet 1933, Riley avait épaulé de nombreuses pointures parmi lesquelles Alice Coltrane, Stan Getz, Chet Baker, Woody Herman, Randy Weston, Mary Lou Williams, Sonny Rollins, Billy Taylor, Johnny Griffin, Eddie "Lockjaw" Davis, Ahmad Jamal ou bien encore Kenny Barron. Mais ce sont évidemment les quatre années qu’il passa au sein du groupe de Monk, de 1964 à 1967, qui feront entrer Ben Riley dans le grand livre d'or du jazz. Il est le batteur d'albums comme It's Monk's Time (1964), Monk (1964), Live At The It Club (1964), Straight, No Chaser (1967) et Underground (1968).







Grands Prix de l'Académie Charles Cros : et les gagnants sont…

Comme chaque année, l'Académie Charles Cros décerne ses prestigieuses récompenses. Le prix de la chanson qui sacre disques et DVD a été décerné à Hubert Félix Thiéfaine pour Stratégie de l'inespoir et à Babx pour Cristal automatique #1. Les Grands Prix de l'Académie Charles Cros, traditionnellement remis à Radio France, n'ont pu se tenir cette année dans le bâtiment à cause des attentats qui ont entraîné l'annulation de plusieurs manifestations par la maison de la radio. L'annonce s'est faite par simple communiqué. Le Grand Prix Scène revient au rappeur Oxmo Pucino et le prix Parole et Musique à Grand Corps Malade pour l'album Il nous restera ça. L'Israélienne Lior Shoov, qui utilise aussi bien des tubes en plastiques et des jouets d'enfants que des instruments, décroche le Prix Révélation Scène. Les prix "in honorem" remis à un artiste pour l'ensemble de sa carrière ont récompensé cette année le chef baroque René Jacobs et le chanteur Pierre Perret. Le Grand Prix classique distingue le jeune chef Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion pour deux disques, Castor et Pollux de Rameau et The Weber Sisters avec la soprano Sabine Devieilhe. Enfin, le claveciniste Jean Rondeau a décroché le prix du soliste instrumental pour son disque Bach Imagine.







Anohni, c'est fini ?

« J’ai beau répéter à tout le monde que c’est mon dernier concert, mais personne ne veut me croire. » Anohni semble pourtant bien décider à ce que son concert d’Aarhus au Danemark le 18 novembre soit le dernier. Née sous le nom d’Antony Hegarty en octobre 1971 à Chichester, la chanteuse britannique transgenre est surtout connue comme étant la voix du groupe Antony And The Johnsons. Un porte-parole d’Anohni a toutefois donné quelques précisions. « De ce que nous comprenons, elle fait un break après avoir bouclé pas mal de projets. »







Nick Cave en Terre Sainte

C’est la peur qui aurait tenu Nick Cave à l’écart des scènes israéliennes depuis près de vingt ans. Mais le leader des Bad Seeds a changé d’avis et se produit avec son groupe en terre sainte, le temps de deux concerts à guichets fermés à Tel Aviv les 19 et 20 novembre. De nombreux artistes parmi lesquels Roger Waters, Thurston Moore ou bien encore Tunde Adebimpe de TV On The Radio avaient signé une lettre ouverte lui demandant d’annuler ses concerts. « Alors si un musicien se produit en Israël il doit subir une humiliation publique de la part de Roger Waters et compagnie, s’est indigné Nick Cave. Après une grande réflexion, j’ai appelé mes proches en leur disant qu’on ferait une tournée en Europe et en Israël. Parce que c’est soudainement devenu très important de se dresser contre ceux qui font taire les musiciens, humilient les musiciens, censurent les musiciens et bâillonnent les musiciens… Pendant vingt ans, je me suis dit « on laisse tomber »… Il y a quelques années, Brian Eno m’avait envoyé une lettre me demandant de la signer pour exclure Israël, et j’ai renvoyé un courrier en disant que je ne la signerais pas. J’ai compris que je ne la signerais pas mais également que je ne jouerais pas en Israël, et il m’a semblé que j’agissais ainsi par peur… Aujourd’hui, je suis là parce que j’aime Israël et qu’il est important de prendre position contre ceux qui veulent exercer des contraintes contre des musiciens. Alors, d’une certaine manière, je suis là à cause du BDS. ». Ce BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) est une campagne internationale appelant à exercer diverses pressions économiques, académiques, culturelles et politiques sur Israël afin d'aboutir à la réalisation de trois objectifs : la fin de l'occupation des terres arabes, l'égalité complète pour les citoyens arabo-palestiniens d’Israël et le respect du droit au retour des réfugiés palestiniens.







Mel Tillis s’éclipse

Sympathique second couteau de la country music, Mel Tellis n’a jamais vraiment fait fortune de ce côté-ci de l’Atlantique. C’est pourtant un acteur très populaire de la country music qui vient de mourir à l’âge de 85 ans, le 19 novembre 2017 à Ocala en Floride, l’état où il avait vu le jour en 1932. Membre du Country Music Hall of Fame, Tillis fut l’auteur de nombreux tubes popularisés par Bobby Bare (Detroit City), Webb Pierce (I'm Tired), Kenny Rogers & the First Edition (Ruby, Don't Take Your Love To Town) ou bien encore Ricky Skaggs (Honey (Open That Door)). Il avait lancé sa carrière personnelle en 1958 avec le single A Violet and a Rose, son plus grand succès personnel restant Wine, enregistré en 1965. Essentiellement populaire durant les années 70, Mel Tillis placera de nombreuses chansons au sommet des charts country parmi lesquelles Good Woman Blues, Heart Healer, I Believe in You, Coca Cola Cowboy et Southern Rains. Parallèlement à sa carrière de songwriter et d’interprète, il fit de nombreuses apparitions sur le grand comme le petit écran, notamment dans de gentils nanars comme W.W. And The Dixie Dancekings de John Avildsen en 1975, Tu fais pas le poids, shérif ! de Hal Needham en 1980 ou bien encore L'Équipée du Cannonball également de Needham en 1981…






Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

À lire dans la rubrique Pop/Rock

À lire dans la rubrique Chanson française

À lire dans la rubrique Electro

À lire dans la rubrique Soul/Funk/R&B

À lire dans la rubrique Rap

À lire dans la rubrique Blues/Country/Folk

À lire dans la rubrique Film

À lire dans la rubrique Classique

À lire dans la rubrique Jazz

À lire dans la rubrique Musiques du monde

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters