Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 5 mai 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 5 mai 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Rock - Paru le 9 avril 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
A partir de :
CD1,99 €

Rock - Paru le 9 avril 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 mars 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Dans la lignée de son premier et précédent album (Cure, 2018), Eddy de Pretto manie habilement l’art de l’autoportrait, tout en mettant les pieds dans le plat de certaines revendications sociales. L’aspect autobiographique de ce second opus a presque les allures d’un biopic savamment charpenté puisque l’auditeur est invité à suivre une chronologie bien précise, depuis ses débuts lorsqu’il se produisait devant les touristes sur la Seine (Bateaux-Mouches) jusqu’aux réflexions sur la célébrité ou son statut d’auteur (Qqn, Tout vivre), en passant par ses observations de la vie en banlieue (Val de larmes, Créteil soleil). Quant à la dénonciation virulente des stigmatisations sociales, elle est plus que jamais présente, notamment dans Freaks. Mais même si, dans le sillon de Claude Nougaro ou Charles Aznavour, Eddy de Pretto met ses tripes sur la table, et même si les plaies sont parfois béantes, l’atmosphère musicale est plus sereine que dans ses premiers succès. Une soul urbaine apaisée infuse cet album qui dessine un homme certes complexe et tourmenté, mais apparaissant au bout du compte comme relativement épanoui. À tous les bâtards est également – et avant tout – le portrait d’une génération avide de rêves et de libertés, comme le prouve La Fronde, morceau dans lequel il règle ses comptes avec le « vieux monde ». © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 mars 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 mars 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 26 mars 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Dans la lignée de son premier et précédent album (Cure, 2018), Eddy de Pretto manie habilement l’art de l’autoportrait, tout en mettant les pieds dans le plat de certaines revendications sociales. L’aspect autobiographique de ce second opus a presque les allures d’un biopic savamment charpenté puisque l’auditeur est invité à suivre une chronologie bien précise, depuis ses débuts lorsqu’il se produisait devant les touristes sur la Seine (Bateaux-Mouches) jusqu’aux réflexions sur la célébrité ou son statut d’auteur (Qqn, Tout vivre), en passant par ses observations de la vie en banlieue (Val de larmes, Créteil soleil). Quant à la dénonciation virulente des stigmatisations sociales, elle est plus que jamais présente, notamment dans Freaks. Mais même si, dans le sillon de Claude Nougaro ou Charles Aznavour, Eddy de Pretto met ses tripes sur la table, et même si les plaies sont parfois béantes, l’atmosphère musicale est plus sereine que dans ses premiers succès. Une soul urbaine apaisée infuse cet album qui dessine un homme certes complexe et tourmenté, mais apparaissant au bout du compte comme relativement épanoui. À tous les bâtards est également – et avant tout – le portrait d’une génération avide de rêves et de libertés, comme le prouve La Fronde, morceau dans lequel il règle ses comptes avec le « vieux monde ». © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 4 mars 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 12 février 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
Hervé prolonge le plaisir de son premier album (Hyper, sorti en 2020) en proposant une réédition comprenant cinq titres bonus, lesquels sont marqués par le thème de l’espoir. Ce fan d'Alain Bashung et de Christophe rêve d’un Monde meilleur, dans lequel il tente coûte que coûte de « trouver sa place » (Permis de construire). Dans Si elle me revient pas, Hervé clame : « Ne jamais dire jamais. » Et dans L’An zéro, « plus peur d’avoir peur » est son credo. Signé par le label d’Eddy de Pretto, Clara Luciani et Angèle, Hervé est un garçon énergique (qui se rêvait footballeur), dont la musique électro-pop n’a qu’un seul but : faire danser. Planantes (Maelström), exotiques (Paréo parade), ou « jogging compatibles » (Addenda), ses rythmiques chiadées transforment ses chansons en bulldozers transpirants, remplis d’images fortes et directes. Ses thèmes de prédilection ? Les désillusions sentimentales (Si bien du mal) et les états d’âme nocturnes (Fureur de vivre). Avec ces Prolongations, Hervé confirme sa place sur le podium de la french pop. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 12 février 2021 | Universal Music Division Romance Musique

Hervé prolonge le plaisir de son premier album (Hyper, sorti en 2020), en proposant une réédition comprenant 5 titres bonus, lesquels sont marqués par le thème de l’espoir. Ce fan d'Alain Bashung et de Christophe rêve d’un Monde meilleur, un monde dans lequel il tente coûte que coûte de « trouver sa place » (Permis de construire). Dans Si elle me revient pas, Hervé clame : « ne jamais dire jamais ». Et dans L’an Zéro, « plus peur d’avoir peur » est son credo. Signé par le label d’Eddy de Pretto, Clara Luciani et Angèle, Hervé est un garçon énergique (qui se rêvait footballer), dont la musique electro-pop n’a qu’un seul but : faire danser. Planantes (Maelström), exotiques (Paréo parade), ou « jogging compatibles » (Addenda), ses rythmiques chiadées transforment ses chansons en des bulldozers transpirants, remplis d’images fortes et directes. Ses thèmes de prédilection ? les désillusions sentimentales (Si bien du mal) et les états d’âme nocturnes (Fureur de vivre). Avec ces Prolongations, Hervé confirme sa place sur le podium de la French pop. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 2 février 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 6 janvier 2021 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 11 décembre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res
Cet album a beau débuter par une autocitation harmonique des Heures hindoues, c’est, dans l’ensemble, l’esprit de Serge Gainsbourg que le producteur Etienne Daho (accompagné de Jean-Louis Piérot) a voulu insuffler dans Oh! Pardon tu dormais... Chacune des chansons fait en effet écho à l’élégance suprême des mélodies de l’homme à la tête de chou, ainsi qu’à la sophistication de ses arrangeurs, Michel Colombier et Jean-Claude Vannier en tête. En mélangeant savamment rythmique pop et instruments classiques (Orchestre national d’Île-de-France, clavecin…), Daho dresse une carte nostalgique, mais moderne, de l’univers musical associé à Jane Birkin depuis les années 1960. D’ailleurs, à l’occasion de clins d’œil plus subtils, on croise également le précédent amour de Birkin, le compositeur de musique de film John Barry (le cymbalum façon Amicalement vôtre de Ces Murs épais).Quant aux paroles écrites par la Franco-Anglaise (parfois cosignées Daho lui-même), elles s’engouffrent sans filtre dans les recoins les plus intimes, voire douloureux, de leur auteure. La vie de Jane Birkin est peuplée de fantômes (Ghosts) qu’elle tente – dans un esprit mi-cathartique, mi-indécent – de ressusciter. Mention spéciale à Cigarettes, qui évoque de manière curieusement explicite le suicide de sa fille Kate Barry en 2013. Le climat de la chanson est celui d’un roman noir rétro, sur une étrange pompe jouée par un piano bastringue à la Elisa… On retrouve également la folie douce de la chanteuse dans des morceaux plus légers, tels que Jeux interdits, dans lequel elle se remémore l’admiration de ses trois filles devant le célèbre film de René Clément. Enfin, si cet album crépusculaire évoque les anciennes amours de Jane Birkin, il fait aussi référence à son identité multiculturelle, qu’elle tente, là encore, d’exorciser (la cornemuse de A Marée haute, la présence de l’anglais dans certaines paroles…). Un album à la fois noir, mélancolique et impudique, un portrait intime qui balance tout avec classe. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 11 décembre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 11 décembre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Cet album a beau débuter par une auto-citation harmonique des Heures hindoues, c’est, dans l’ensemble, l’esprit de Serge Gainsbourg que le producteur Etienne Daho (accompagné de Jean-Louis Piérot) a voulu insuffler dans Oh! pardon tu dormais... Chacune des chansons fait en effet écho à l’élégance suprême des mélodies de l’homme à la tête de chou, ainsi qu’à la sophistication de ses arrangeurs, Michel Colombier et Jean-Claude Vannier en tête. En mélangeant savamment rythmique pop et instruments classiques (Orchestre national d’Île de France, clavecin…), Daho dresse une carte nostalgique, mais cependant moderne, de l’univers musical associé à Jane Birkin depuis les années 1960. D’ailleurs, à l’occasion de clins d’œil plus subtils, on croise également le précédent amour de Birkin, le compositeur de musique de film John Barry (le cymbalum façon Amicalement vôtre de Ces murs épais).Quant aux paroles écrites par la Franco-Anglaise (parfois co-signées Daho lui-même), elles s’engouffrent sans filtre dans les recoins les plus intimes, voire douloureux, de leur auteure. La vie de Jane Birkin est peuplée de fantômes (Ghosts) qu’elle tente – dans un esprit mi cathartique, mi indécent – de ressusciter. Mention spéciale à Cigarettes, qui évoque de manière curieusement explicite le suicide de sa fille Kate Barry en 2013. Le climat de la chanson est celui d’un roman noir rétro, sur une étrange pompe jouée par un piano bastringue à la Elisa… On retrouve également la folie douce de la chanteuse dans des morceaux plus légers, tels que Jeux interdits, dans lequel elle se remémore l’admiration de ses trois filles devant le célèbre film de René Clément. Enfin, si cet album crépusculaire évoque les anciennes amours de Jane Birkin, il fait aussi référence à son identité multiculturelle, qu’elle tente, là encore, d’exorciser (la cornemuse de A marée haute, la présence de l’anglais dans certaines paroles…). Un album à la fois noir, mélancolique et impudique, un portrait intime qui balance tout avec classe. ©Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 23 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 22 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 16 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 14 octobre 2020 | Universal Music Division Romance Musique

Hi-Res