Catégories :

Les albums

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Rock - Paru le 24 avril 2020 | Stax

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 14 février 2020 | Stax

Hi-Res
Nathaniel Rateliff n’oubliera sans doute jamais le jour où il a signé son contrat avec Stax, label qui signifie beaucoup pour lui. Car le natif de Denver, avec ses Night Sweats ou seul sous son nom, a toujours été l’impeccable ambassadeur habité de cette soul moite et sudiste comme on la pratiquait dans la mythique écurie de Memphis à la fin des 60's. Sauf qu’avec And It’s Still Alright, il met carrément en sourdine sa verve soul communicative pour une parenthèse folk introspective. Dédié à son ami disparu Richard Swift, qui travailla sur les albums des Night Sweats, ce disque solo – son premier en sept ans – aborde la perte et la persévérance avec intensité. En cela, la voix de Rateliff accomplit un travail impressionnant en jouant sur les nuances et en évitant surtout les pièges de l’opus plombant.“Je pense que j’arrive toujours à trouver de l’espoir dans l’obscurité, et je veux essayer de le partager… J’essaie toujours d’écrire avec un point de vue le plus honnête possible même si ça me rend plus vulnérable. Au final, c’est comme si j’étais un autre personnage quand j’écris à mon sujet. Je pense que cet album peut nous rappeler que nous vivons tous des épreuves, mais que tout finit par trouver une issue. Je continue à vivre, et je continue à trouver de la joie. C’est là le thème de cet album.” L’enregistrement fut d’autant plus émouvant que Nathaniel Rateliff est retourné dans le studio de Richard Swift, National Freedom, à Cottage Grove dans l’Oregon, rejoint par les deux coproducteurs Patrick Meese (batteur des Night Sweats) et James Barone (batteur de Beach House). Conçu également avec l’aide de Tom Hagerman (violoniste chez DeVotchKa), Luke Mossman (guitariste des Night Sweats), Elijah Thomson (bassiste d’Everest), Daniel Creamer (clavier des Texas Gentlemen) et Eric Swanson (guitariste pedal-steel d’Israel Nash), And It’s Still Alright éclaire un soulman doué sous un angle inédit qui déboussolera peut-être certains de ses fans. © Clotilde Maréchal/Qobuz
CD14,99 €

Pop - Paru le 14 février 2020 | Stax

Avant de décrocher le hit retro-soul "S.O.B." en 2015 avec les Night Sweats, l'auteur-compositeur-interprète américain Nathaniel Rateliff avait déjà évolué quelque temps en terres indie folk sans rencontrer beaucoup de succès, et c'est avec l'appui de son ami et producteur Richard Swift que Rateliff avait enfin fini par réémerger, ouvrant une nouvelle ère placée sous le signe d'une soul fiévreuse. Deux albums, d'innombrables kilomètres parcourus et un divorce plus tard, Swift décède des suites d'une hépatite au moment de finaliser leur nouvelle collaboration, laissant Rateliff seul aux commandes du projet, fortement impacté par ce deuil dont les conséquences sont amplement évoquées au fil des dix titres publiés en 2020 sous le titre And It's Still Alright, constituant par la force des choses son effort le plus intime et existentiel en date. © TiVo
CD1,99 €

Pop - Paru le 11 février 2020 | Stax

CD1,99 €

Pop - Paru le 7 février 2020 | Stax

CD1,99 €

Pop - Paru le 24 janvier 2020 | Stax

CD1,99 €

Pop - Paru le 8 janvier 2020 | Stax

HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Rock - Paru le 13 décembre 2019 | Stax

Hi-Res
CD2,99 €

Rock - Paru le 13 décembre 2019 | Stax

CD1,99 €

Rock - Paru le 6 juillet 2018 | Stax

HI-RES25,49 €
CD17,99 €

Soul - Paru le 9 mars 2018 | Stax

Hi-Res Livret
Ce n’est guère un hasard si Nathaniel Rateliff est locataire chez Stax. Avec son groupe The Night Sweats, le natif de Denver s’impose au fil des années comme un ambassadeur sérieux et habité de cette soul moite et sudiste comme on la pratiquait sur le fameux label de Memphis à la fin des années 60. Avec sa virtuosité instrumentale, l’âme de ses chansons, la fougue de leur interprétation et l’organe de prêcheur du maître de maison, Tearing at the Seams glorifie l’esprit d’un vaste patrimoine allant d’Otis Redding à Van Morrison, en passant par Booker T. and the M.G.'s, Ray Charles et Creedence Clearwater Revival. Comme prévu, la rythmique turbine à mille à l’heure, les cuivres sont incandescents au possible et la voix de Rateliff est un râle furieux connecté aux tripes de son proprio ! Ce gang-là ne se soucie guère de regarder dans le rétro et assume sa vision nostalgique assez jouissive. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 9 mars 2018 | Stax

Hi-Res Livret
Nathaniel Rateliff, un solide guitariste et chanteur né dans le Missouri et grandi dans le Colorado, est ce qu'on appelle un vieux routier. À la tête de groupes comme Born In The Flood et Nathaniel Rateliff & The Wheel, il tend vers un style americana teinté de folk dans les deux albums qu'il enregistre par la suite en solo, In Memory of Loss (2010) et Falling Faster Than You Can Run (2014).En 2015, il change la donne et réunit autour de son fidèle lieutenant, le bassiste et guitariste Joseph Pope III, un solide groupe de rock qu'il baptise Nathaniel Rateliff & The Night Sweats. Le premier album envoyé par le label Stax Records vaut le détour et, s'il rappelle fortement Bruce Springsteen & The E Street Band, partage son amour de la soul dans le titre « S.O.B. », qui se fraie un chemin dans les classements de ventes.Le succès pointe alors enfin et une grande tournée donne lieu à l'album Live at Red Rocks (2017), en attendant une suite qui doit renforcer sa notoriété à l'échelle internationale. Ce sera peut être le cas avec Tearing at the Seams, qui reprend les ingrédients du précédent, à savoir un rock solide gorgé de soul avec guitare, piano ou orgue, appuyé par une section de cuivres.Rateliff a véritablement trouvé ce qui lui va de mieux avec ce groupe et cette nouvelle moisson de douze titres apporte des fruits très goûteux comme sur « Be There », « A Little Honey » et « Sad ». Sur « Hey Mama », aux accents dylaniens, il lorgne du côté du blues acoustique, avec toujours un soupçon de soul. La ballade « Babe I Know » sonne très rétro, avant le retour en force de l'équipe sur « Intro » et les autres moments forts que sont « Coolin' Out » et « You Worry Me ». Il perpétue avec énergie une belle tradition du rock typiquement américain. © Loïc Picaud / Music-Story
CD16,49 €

Soul - Paru le 9 mars 2018 | Stax

Ce n’est guère un hasard si Nathaniel Rateliff est locataire chez Stax. Avec son groupe The Night Sweats, le natif de Denver s’impose au fil des années comme un ambassadeur sérieux et habité de cette soul moite et sudiste comme on la pratiquait sur le fameux label de Memphis à la fin des années 60. Avec sa virtuosité instrumentale, l’âme de ses chansons, la fougue de leur interprétation et l’organe de prêcheur du maître de maison, Tearing at the Seams glorifie l’esprit d’un vaste patrimoine allant d’Otis Redding à Van Morrison, en passant par Booker T. and the M.G.'s, Ray Charles et Creedence Clearwater Revival. Comme prévu, la rythmique turbine à mille à l’heure, les cuivres sont incandescents au possible et la voix de Rateliff est un râle furieux connecté aux tripes de son proprio ! Ce gang-là ne se soucie guère de regarder dans le rétro et assume sa vision nostalgique assez jouissive. © Max Dembo/Qobuz
CD14,99 €

Soul - Paru le 9 mars 2018 | Stax

Ce n’est guère un hasard si Nathaniel Rateliff est locataire chez Stax. Avec son groupe The Night Sweats, le natif de Denver s’impose au fil des années comme un ambassadeur sérieux et habité de cette soul moite et sudiste comme on la pratiquait sur le fameux label de Memphis à la fin des années 60. Avec sa virtuosité instrumentale, l’âme de ses chansons, la fougue de leur interprétation et l’organe de prêcheur du maître de maison, Tearing at the Seams glorifie l’esprit d’un vaste patrimoine allant d’Otis Redding à Van Morrison, en passant par Booker T. and the M.G.'s, Ray Charles et Creedence Clearwater Revival. Comme prévu, la rythmique turbine à mille à l’heure, les cuivres sont incandescents au possible et la voix de Rateliff est un râle furieux connecté aux tripes de son proprio ! Ce gang-là ne se soucie guère de regarder dans le rétro et assume sa vision nostalgique assez jouissive. © Max Dembo/Qobuz
CD2,99 €

Ambiance - Paru le 24 novembre 2017 | Stax

CD41,99 €

Soul - Paru le 10 novembre 2017 | Stax

Livret
CD14,99 €

Rock - Paru le 10 novembre 2017 | Stax

CD1,99 €

Blues - Paru le 25 août 2017 | Stax

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 21 juillet 2017 | Stax

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 21 juillet 2017 | Stax

Hi-Res Livret

Les Collections

Le label

Stax dans le magazine