Catégories :

Les albums

CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 janvier 2020 | Rough Trade

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 janvier 2020 | Rough Trade

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 décembre 2019 | Rough Trade

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 décembre 2019 | Rough Trade

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 novembre 2019 | Rough Trade

HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Folk - Paru le 8 novembre 2019 | Rough Trade

Hi-Res
CD13,99 €

Folk - Paru le 8 novembre 2019 | Rough Trade

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 novembre 2019 | Rough Trade

Folk - Paru le 29 octobre 2019 | Rough Trade

Téléchargement indisponible
CD13,99 €

Folk - Paru le 25 octobre 2019 | Rough Trade

La majorité des chansons de The Livelong Day, dernière livraison du groupe irlandais, proviennent du répertoire traditionnel. La guitare de Darragh Lynch, la cornemuse de son frère Ian ou le violon de Cormac Mac Diarmada sont typiques du genre et l’harmonium et le concertina de Radie Peat ne sont pas des apports incongrus. On y trouve des airs à danser (Bear Creek), des classiques du folklore (The Pride of Petravore, The Dark Eyed Gypsy) ou une ballade d’origine écossaise, populaire lors de la Guerre de sécession et remise au goût du jour par Karen Dalton (Katie Cruel). Le quatuor s’approprie ces chansons, complétées par leurs propres compositions (The Young People ou Hunting the Wren) dans un esprit très éloigné de ce qui se pratique dans les pubs de Dublin. Les bourdons enveloppants de l’harmonium et de la cornemuse, les harmoniques précises tirées de chaque instrument ou les vocalises troublantes des quatre musiciens/chanteurs évoquent davantage le Velvet Underground que les Chieftains. Crépusculaire, mystique et majestueux, The Livelong Day trouve un équilibre délicat entre joie et mélancolie et confirme Lankum dans un statut de groupe crucial pour l’évolution des traditions de leur verte contrée. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz

Folk - Paru le 15 octobre 2019 | Rough Trade

Téléchargement indisponible
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 octobre 2019 | Rough Trade

Hi-Res
Après un premier album éponyme qui rappelait que le rock’n’roll, le vrai, doit avant tout sentir le soufre et se maquiller comme une voiture volée avec traces de paillettes sur front luisant, sang séché au bord des lèvres, guibolles spaghettis dans futes slim en Skaï et guitares hurlantes et exubérantes, les très jeunes agités de Starcrawler ressortent leur barnum XL de glam’n’punk. Avec Devour You, les Angelinos ressuscitent une fois de plus l’esprit des Runaways de Joan Jett, des Cramps de Lux Interior et Poison Ivy et des Stooges d’Iggy Pop, portés qu’ils sont par la voix d’Arrow de Wilde. Cette fois, la grande fan d’Ozzy Osbourne de 20 ans seulement se prend même pour Courtney Love histoire de ne pas ancrer exclusivement sa musique dans les 70's. Un second Starcrawler, comme son prédécesseur, qui, à défaut d’être novateur, est agréable comme un bain moussant électrique mais reproduit davantage la furie ambiante de ses concerts. © Max Dembo/Qobuz
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 octobre 2019 | Rough Trade

Après un premier album éponyme qui rappelait que le rock’n’roll, le vrai, doit avant tout sentir le soufre et se maquiller comme une voiture volée avec traces de paillettes sur front luisant, sang séché au bord des lèvres, guibolles spaghettis dans futes slim en Skaï et guitares hurlantes et exubérantes, les très jeunes agités de Starcrawler ressortent leur barnum XL de glam’n’punk. Avec Devour You, les Angelinos ressuscitent une fois de plus l’esprit des Runaways de Joan Jett, des Cramps de Lux Interior et Poison Ivy et des Stooges d’Iggy Pop, portés qu’ils sont par la voix d’Arrow de Wilde. Cette fois, la grande fan d’Ozzy Osbourne de 20 ans seulement se prend même pour Courtney Love histoire de ne pas ancrer exclusivement sa musique dans les 70's. Un second Starcrawler, comme son prédécesseur, qui, à défaut d’être novateur, est agréable comme un bain moussant électrique mais reproduit davantage la furie ambiante de ses concerts. © Max Dembo/Qobuz
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 septembre 2019 | Rough Trade

Le monde doit savoir ! Justice doit être rendue ! Si Shame, Fontaines D.C. ou The Murder Capital ont scellé l’avènement du revival post-punk, ils le doivent à un groupe plus précurseur qu’eux : Girl Band. Dès 2015, avec Holding Hands With Jamie, ce gang d’agités dublinois signait un très très radical premier album de rock très très anguleux dans un esprit très très post-punk rappelant l’univers malsain et fascinant de The Fall, des Liars voire Birthday Party… Âmes sensibles toujours s’abstenir avec The Talkies qui paraît quatre ans plus tard. Pas la moindre goutte d’eau pour édulcorer ce deuxième album, un attentat sonore aride en façade et torturé à l’intérieur. Du sans concession qui fait passer les opus des confrères sus-cités pour ceux de Petit Ours Brun… © Marc Zisman/Qobuz

Rock - Paru le 26 septembre 2019 | Rough Trade

Téléchargement indisponible

Folk - Paru le 24 septembre 2019 | Rough Trade

Téléchargement indisponible
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 septembre 2019 | Rough Trade

Hi-Res
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 septembre 2019 | Rough Trade

CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 septembre 2019 | Rough Trade

Alternatif et Indé - Paru le 10 septembre 2019 | Rough Trade

Téléchargement indisponible