Catégories :

Les albums

CD16,99 €

Ambiance - Paru le 1 décembre 1962 | Rhino - Warner Records

CD16,99 €

Bandes originales de films - Paru le 25 décembre 1962 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Pop - Paru le 24 mars 1964 | Rhino - Warner Records

CD33,99 €

Country - Paru le 15 juin 1964 | Rhino - Warner Records

CD14,99 €

Country - Paru le 15 juin 1964 | Rhino - Warner Records

CD16,99 €

Pop - Paru le 1 août 1964 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Pop - Paru le 3 novembre 1964 | Rhino - Warner Records

CD14,99 €

Country - Paru le 15 juin 1965 | Rhino - Warner Records

CD16,99 €

Bandes originales de films - Paru le 14 juillet 1966 | Rhino - Warner Records

HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Pop - Paru le 19 juillet 1966 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD16,99 €

Folk - Paru le 1 janvier 1967 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 25 octobre 1967 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1968 | Rhino - Warner Records

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Folk - Paru le 1 février 1968 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD14,99 €

Country - Paru le 15 juin 1968 | Rhino - Warner Records

CD2,29 €

Soul - Paru le 15 juin 1968 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

R&B - Paru le 1 août 1968 | Rhino - Warner Records

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Rock - Paru le 1 novembre 1968 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 1 novembre 1968 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD12,49 €

Rock - Paru le 1 novembre 1968 | Rhino - Warner Records

Tous les palmarès et autres classements confèrent à Astral Weeks le statut d’album référentiel du rock, et la réussite artistique qu’il représente lui permet d’accéder haut la main à ce trône. Le problème reste que, enregistré en compagnie d’un ensemble de jazz (parmi eux Connie Kay, qui fut batteur du Modern Jazz Quartet, ou le contrebassiste Richard Davis, compagnon du pianiste Ahmad Jamal), et survolé par la voix et la guitare de Van The Man Morrison, cet album n’est pas un disque de rock. De blues, de jazz ou de folk, si l’on veut, mais pas de rock. Ce qui, on en conviendra, n’a strictement aucune importance, tant ces huit chansons, pour certaines étirées de longues minutes durant jusqu’à l’hypnose, planent haut au firmament d’une création étincelante de sensibilité. « Madame George », « Ballerina », ou « Astral Weeks » (la chanson) offrent, à chair nue, les expériences émotionnelles d’un Irlandais exilé, aussi peu sûr des menées du monde qu’il ne l’est de lui-même. On a rarement composé des chansons aussi proches de la substantifique détresse de l’âme humaine, et on ne les a jamais interprétées de si brillante façon. Ecouter Astral Weeks aujourd’hui constitue une expérience tout aussi émouvante qu’il y a quarante ans.  © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015