Catégories :

Les albums

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Funk - Paru le 6 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
Les bandes inédites de Miles Davis officiellement rééditées ne courent pas les rues. Raison de plus pour se précipiter sur celles que publient Warner Bros. et Rhino en septembre 2019. Évidemment, elles ne concernent pas vraiment l’âge d’or du trompettiste puisque datées de 1985. Cette année-là, Miles quittait Columbia, sa maison de disques attitrée depuis plus de trente ans, pour rejoindre Warner. Un déménagement d’autant plus étonnant qu’il avait renoué avec un certain succès commercial grâce à The Man With the Horn (1981), Star People (1983), Decoy (1984) et le très commercial You're Under Arrest (1985). En octobre, à 59 ans, il démarre donc l'enregistrement d’un nouvel album intitulé Rubberband à Los Angeles avec les producteurs Randy Hall et Zane Giles.Lors des séances, le trompettiste s'embarque dans une direction musicale radicalement différente en incluant des grooves funk et soul avec l'intention de recruter Al Jarreau et Chaka Khan. Mais l'album ne sortira pas, et Miles Davis concoctera à la place son fameux Tutu grâce à Marcus Miller, laissant les titres de Rubberband inédits pendant plus de trois décennies. Le trésor s’ouvre enfin. L'album a été complété par les producteurs originaux – Hall et Giles – et Vince Wilburn Jr., son neveu qui jouait de la batterie lors des sessions d’origine. Le son est 100 % 80's avec synthés à gogo et rythmique funky disco assez commerciale. Au point que certains morceaux, sur lesquels Miles est plutôt discret, ne sonnent aucunement jazz (surtout ceux portés par les voix de Ledisi et Lalah Hathaway). Impossible en tout cas d’écouter ce Rubberband (conçu avec les claviéristes Adam Holzman, Neil Larsen et Wayne Linsey, le percussionniste Steve Reid, le saxophoniste Glen Burris et le batteur Vince Wilburn Jr.) sans penser à cette période musicalement très typée. Mais sur certains thèmes comme See I See, la candeur des phrases de Miles reste impressionnante. Et tout au long de l’album, il lâche çà et là quelques envolées vibrantes. Assez en tout cas pour combler ses fans. © Max Dembo/Qobuz
CD16,99 €

Rock - Paru le 14 juin 2019 | Rhino - Warner Records

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 7 juin 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Reissue
Après les compositions au piano Piano & A Microphone 1983, sorties en 2018, voici un second album posthume princier. Concentré sur la période 1981-1991, décennie prolifique pour Prince, et donc conservant une belle unité dans la production, Originals compile majoritairement des enregistrements écrits pours d’autres. Roger Nelson était avant tout un artiste caméléon, ultra-complet, qui savait autant jouer tous les instruments de Purple Rain que performer sur scène comme son idole James Brown ou écrire des tonnes de compositions pour lui comme pour « la galaxie Prince », faite d’interprètes hors pair. Parmi ses 15 titres, on retrouve The Glamourous Life pour Sheila E, le Manic Monday des Bangles. Love Thy Will Be Done de Martika ou encore You’re My Love du crooner country Kenny Rogers. Inédits précieux simplement restaurés, Originals permet de se faufiler en coulisses, lorsque le maître mettait au point dans son laboratoire les meilleures mélodies et les interprétait sans encore trop savoir ce qu’elles allaient devenir, avec brio. A l’instar de Nothing Compares 2 U, véritable pic émotionnel de l’opus. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD12,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 février 2019 | Rhino - Warner Records

CD17,49 €

Rock - Paru le 26 octobre 2018 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Rock - Paru le 5 octobre 2018 | Rhino - Warner Records

Dans la grande famille des guitaristes de talent, les noms d’Eric Clapton, Keith Richards et Frank Zappa se positionnent sur le bout de la langue. Mais Lindsey Buckingham, ex-membre Fleetwood Mac, a bel et bien sa place dans le classement. A 69 ans, ce lauréat de trois Grammy Awards peut se vanter d’avoir fait jouir de nombreux fans dans les années 70/80, mais aussi d’une carrière solo bien étoffée. Car Buckingham c’est aussi six albums studio, trois live et un disque en duo avec Christine McVie de Fleetwood Mac. Solo Anthology: The Best Of Lindsey Buckingham est donc une compilation de plus de trois heures qui regroupent principalement des compositions originales de l’artiste. Une sorte de vaste résumé de sa carrière à travers des versions lives ou alternatives notamment des albums Law and Order, Go Insane et Out of the Cradle, mais aussi ses collaborations avec McVie sur l’album de 2017, Lindsey Buckingham Christine McVie. Un art du picking intact comme sur Not Too Late mais qui n’empêche pas pour autant la voix du Californien de glisser vers un aspect parfois plus commercial. Une anthologie qui accueille par la même occasion deux nouveaux titres : Hunger et Ride This Road ainsi que des ballades folkloriques dès l’ouverture avec Don't Look Down. Un voyage dans le temps depuis le premier album solo de Buckingham en 1981 jusqu’à nos jours. © Anna Coluthe/Qobuz
CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 avril 2018 | Rhino - Warner Records

HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Rock - Paru le 1 décembre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
Au début des années 80, Green On Red, formation échappée de la scène Paisley Underground, réhabilite la country music la plus rebelle. Dans la foulée, quelques années plus tard, d’autres groupes de rock indé américains s’amusent à raviver la flamme de ce genre musical alors pestiféré. Filtré à l’air du temps et à une esthétique plus lo-fi, cette country alternative mêle l’héritage du Gram Parsons des Flying Burrito Brothers, de Neil Young, des Byrds période Sweetheart Of The Rodeo et des Rolling Stones d’Exile On Main Street. Emmené par Jay Farrar et Jeff Tweedy, Uncle Tupelo s’affirme comme l’un des représentants les plus doués du courant. Mais le binôme s’embrouille et Farrar part fonder Son Volt, Tweedy lançant l’aventure Wilco. Avec A.M., le premier brillant album de son nouveau combo qui paraît en mars 1995, le songwriter de l’Illinois confirme son talent dans l’art de fusionner toutes ces influences roots d’antan en leur donnant un son nettement plus brut et contemporain. Surtout, Jeff Tweedy possède une plume en acier trempé. Ainsi, la force de compositions comme I Must Be High, Casino Queen, Box Full Of Letters ou Passenger Side fait vite oublier les lourdes influences (Stones, Parsons, Young…) et souligne le talent du bonhomme. Cette Deluxe Edition remastérisée propose, en plus de l’album original, huit bonus inédits comme une première version de Outtasite (Outta Mind) et de When You Find Trouble, en fait le dernier enregistrement studio d’Uncle Tupelo. © MZ/Qobuz
CD16,99 €

Rock - Paru le 1 décembre 2017 | Rhino - Warner Records

Au début des années 80, Green On Red, formation échappée de la scène Paisley Underground, réhabilite la country music la plus rebelle. Dans la foulée, quelques années plus tard, d’autres groupes de rock indé américains s’amusent à raviver la flamme de ce genre musical alors pestiféré. Filtré à l’air du temps et à une esthétique plus lo-fi, cette country alternative mêle l’héritage du Gram Parsons des Flying Burrito Brothers, de Neil Young, des Byrds période Sweetheart Of The Rodeo et des Rolling Stones d’Exile On Main Street. Emmené par Jay Farrar et Jeff Tweedy, Uncle Tupelo s’affirme comme l’un des représentants les plus doués du courant. Mais le binôme s’embrouille et Farrar part fonder Son Volt, Tweedy lançant l’aventure Wilco. Avec A.M., le premier brillant album de son nouveau combo qui paraît en mars 1995, le songwriter de l’Illinois confirme son talent dans l’art de fusionner toutes ces influences roots d’antan en leur donnant un son nettement plus brut et contemporain. Surtout, Jeff Tweedy possède une plume en acier trempé. Ainsi, la force de compositions comme I Must Be High, Casino Queen, Box Full Of Letters ou Passenger Side fait vite oublier les lourdes influences (Stones, Parsons, Young…) et souligne le talent du bonhomme. Cette Deluxe Edition remastérisée propose, en plus de l’album original, huit bonus inédits comme une première version de Outtasite (Outta Mind) et de When You Find Trouble, en fait le dernier enregistrement studio d’Uncle Tupelo. © MZ/Qobuz
CD16,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Warner Records

HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Hard Rock - Paru le 13 octobre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD16,99 €

Hard Rock - Paru le 13 octobre 2017 | Rhino - Warner Records

CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 octobre 2017 | Rhino - Warner Records

Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Les Replacements furent cet essentiel groupe de rock’n’roll américain qui sauva la décennie 80 sans jamais réussir à percer en France. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – l’immense Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande de musiciens pêchus plus azimutés les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Mats (comme les surnommaient leurs fans) offraient une version viscéralement punk du rock à la Stones. Du basic toujours impeccablement écrit et dont l'art est ici offert en live sur la petite scène de Maxwell's à Hoboken, face à Manhattan. Un concert coup de poing inédit de février 1986 alors que les Mats avaient déjà publié Sorry Ma, Forgot To Take Out The Trash (1981), Stink (1982), Hootenanny (1983), Let It Be (1984) et Tim (1985) et s’apprêtaient à sortir Pleased To Meet Me, l’année suivante. © MZ/Qobuz
CD13,49 €

Pop - Paru le 22 septembre 2017 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Pop - Paru le 28 juillet 2017 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Country - Paru le 24 février 2017 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Rhino - Warner Records

CD14,99 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Rhino - Warner Records

CD13,49 €

Rock - Paru le 17 juin 2016 | Rhino - Warner Records

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 13 mai 2016 | Rhino - Warner Records

Hi-Res