Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

CD20,49 €

Rock - Paru le 2 octobre 2020 | Rhino Atlantic

HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Jazz - Paru le 18 septembre 2020 | Rhino Atlantic

Hi-Res
Entre ses premières années Prestige et ses dernières années Impulse!, John Coltrane a enregistré pour le label Atlantic quatre albums comptant parmi ses plus importants : Giant Steps (1960), Coltrane Jazz (1961), My Favorite Things (1961) et Olé (1961). En 2020, le premier d’entre eux souffle ses 60 bougies en habits de lumière avec une édition Super Deluxe de 35 titres (le disque d’origine n’en comptant que sept, regroupés ici au début). Tout a été évidemment remastérisé et l’ensemble inclut de passionnantes alternative takes, certaines déjà publiées dans des versions précédentes, d’autres inédites.Dès l’arrivée du saxophoniste sur leur label Atlantic, les frères Ertegun lui donnent carte blanche et pour la première fois, Coltrane peut passer plus de temps qu'à son habitude en studio pour peaufiner ses prises. Autre nouveauté, il est l’unique auteur de toutes les pièces du disque. La complexité de ce qu’il joue ici est fascinante car elle n’entrave jamais son obsession première : la musique et la mélodie. Comme son fils Ravi Coltrane (né en 1965) le dira des années plus tard : « Les gens aiment parler de Giant Steps comme d’un test pour les jeunes souffleurs et la façon dont il innove sur certains titres. Mais c’est l’accessibilité qui ressort avant tout pour moi. L'accessibilité, malgré la difficulté de certaines pièces. Tout ça reste très écoutable et très joyeux. La musique de John est une joie à étudier et à jouer. Et à écouter aussi. »Publié en février 1960, le disque a été enregistré dans les studios Atlantic de New York lors de quatre séances réparties sur l’année précédente et réunissant autour du saxophoniste le contrebassiste Paul Chambers, le pianiste Tommy Flanagan et le batteur Art Taylor. A peine deux semaines se sont écoulées entre le mythique Kind of Blue de Miles Davis auquel John Coltrane a participé et la première session de Giant Steps. Aussi révolutionnaire l’un que l’autre, ces deux chefs-d’œuvre n’ont pourtant rien à voir. L’éponyme Giant Steps d’ouverture est une course renversante où le saxophoniste casse des codes que ses sidemen continuent plus ou moins à perpétuer en filigrane. Face à de tels tremblements de terre harmoniques, la beauté mélancolique du thème Naima, l’une des plus belles compositions de Coltrane dédiée à sa première femme Juanita Naima Grubbs, prouve l’étendue de la sémantique hard bop du saxophoniste, entre virtuosité stratosphérique et lyrisme. Enfin, sur le court Countdown, ses phrases laissent entrevoir les prémices du free qu’il développera plus tard. Bref, avec un tel titre, tous ces Pas de géant sont ceux que le jazz effectue en cette année 1960. Des pas qui, soixante ans après, continuent à impressionner. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 octobre 2019 | Rhino Atlantic

Hi-Res
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Rock - Paru le 28 juin 2019 | Rhino Atlantic

Hi-Res
Retour à la ferme de Yasgur (Bethel, NY) à l’occasion du 50e anniversaire du gigantesque "Woodstock" qui a réuni près d'un demi-million de jeunes de moins de trente ans, en pleins champs. En dehors de quelques pépites provenant de figures cultes comme Bert Sommer, l'attrait musical de ces trois jours (par ailleurs apocalyptiques quant aux conditions de séjour) résidait dans son large impact dû au cumul de genres aussi différents que folk hippie, psychédélisme sur-amplifié et rock & roll. Cette sélection en 8 disques, intitulée 50th Anniversary Experience Day 1, présente seulement la totalité du programme (ou presque) de la première journée. Cet aperçu permet de se faire une idée de cette rencontre historique du mouvement hippie dont elle est devenue l'emblème et l'ultime sursaut. L’ordre des pistes suit la chronologie de ce vendredi 15 août 1969, en commençant par un Richie Havens habité et son célèbre Freedom improvisé, pour terminer avec Joan Baez. Même sous cette forme tronquée, la manifestation apparaît dans tout son bagout scénique et son rythme rompu de temps en temps par les parenthèses déclamatoires de John Morris. Le producteur Andy Zax a déclaré que lui-même comme les ingénieurs Brian Kehew (son) et Dave Schultz (mastering) avaient évité autant que possible de retoucher les bandes afin d'en préserver l'authenticité, surtout après avoir fait le constat qu'il n'y avait aucun moyen de les faire sonner vraiment mieux ; ajoutant encore avec humour que « la situation est moins sombre qu'il n'y paraît lorsqu'on les comparent aux tomates anciennes, certes imparfaites, mais si délicieuses ». © Qobuz / GG
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Rock - Paru le 29 mars 2019 | Rhino Atlantic

Hi-Res
HI-RES25,99 €
CD22,49 €

Disco - Paru le 23 novembre 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
En pleine folie disco, le groupe Chic piloté par Nile Rodgers et Bernard Edwards aborde le genre une coupe de champ’ à la main. Préférant l’ombre à la lumière, le guitariste et le bassiste ont surtout signé une flopée de tubes funky toujours aussi influents au XXIe siècle. Ce coffret de 40 titres zoome sur l’âge d’or de Chic, entre 1977 et 1979. Car les vrais débuts du groupe datent effectivement de 1977, lorsque leurs démos atterrissent sur les bureaux d’Atlantic Records. Pour porter à bout de voix leurs chansons, Nile Rodgers et Bernard Edwards invitent des chanteurs soulful à souhait parmi lesquelles Alfa Anderson, Luci Martin, David Lasley, Robin Clark, Diva Gray, Norma Jean Wright et même un certain Luther Vandross, alors inconnu…Si leur ADN est avant tout rock et jazz, ils se faufileront rapidement vers la dance music, qui fait alors fureur à New York comme ailleurs. Le premier titre du premier album de Chic résume tout : Dance Dance Dance (Yowsah, Yowsah, Yowsah). Et toujours dans l’idée de rester dans l’ombre, Edwards et Rodgers ne placarderont pas leur tronche sur la pochette de ce premier disque qui paraît en novembre 1977, mais celle des mannequins Valentine Monnier et Alva Chinn. Du Studio 54 de Manhattan aux clubs les plus obscurs d’Asie, le funk disco de Chic rafle la mise. Les singles Everybody Dance et évidemment Le Freak, tube phare de leur deuxième album C’est Chic d’août 1978, symbolisent eux aussi cette simplicité stylistique qui conserve une classe dont les concurrents d’alors étaient dépourvus. La recette Chic atteindra un nouveau sommet avec Good Times, single phare qui ouvre leur troisième album Risqué dans les bacs en juillet 1979.Publié en novembre 2018, The Chic Organization 1977-1979 contient les trois premiers albums de Chic (Chic, C’est Chic et Risqué) remasterisés à Abbey Road par Miles Showell à partir des bandes d’origine d'Atlantic. Producteur exécutif du projet, Nile Rodgers a personnellement supervisé le remastering avec l’accord des héritiers de Bernard Edwards, disparu prématurément en 1996 à 43 ans. Le coffret comprend également les versions maxi des tubes comme Good Times et une nouvelle version remasterisée de We Are Family de Sister Sledge, écrit et composé en 1979 par Rodgers et Edwards. © Marc Zisman/Qobuz
CD20,49 €

Soul - Paru le 23 novembre 2018 | Rhino Atlantic

CD22,49 €

Disco - Paru le 23 novembre 2018 | Rhino Atlantic

En pleine folie disco, le groupe Chic piloté par Nile Rodgers et Bernard Edwards aborde le genre une coupe de champ’ à la main. Préférant l’ombre à la lumière, le guitariste et le bassiste ont surtout signé une flopée de tubes funky toujours aussi influents au XXIe siècle. Ce coffret de 40 titres zoome sur l’âge d’or de Chic, entre 1977 et 1979. Car les vrais débuts du groupe datent effectivement de 1977, lorsque leurs démos atterrissent sur les bureaux d’Atlantic Records. Pour porter à bout de voix leurs chansons, Nile Rodgers et Bernard Edwards invitent des chanteurs soulful à souhait parmi lesquelles Alfa Anderson, Luci Martin, David Lasley, Robin Clark, Diva Gray, Norma Jean Wright et même un certain Luther Vandross, alors inconnu…Si leur ADN est avant tout rock et jazz, ils se faufileront rapidement vers la dance music, qui fait alors fureur à New York comme ailleurs. Le premier titre du premier album de Chic résume tout : Dance Dance Dance (Yowsah, Yowsah, Yowsah). Et toujours dans l’idée de rester dans l’ombre, Edwards et Rodgers ne placarderont pas leur tronche sur la pochette de ce premier disque qui paraît en novembre 1977, mais celle des mannequins Valentine Monnier et Alva Chinn. Du Studio 54 de Manhattan aux clubs les plus obscurs d’Asie, le funk disco de Chic rafle la mise. Les singles Everybody Dance et évidemment Le Freak, tube phare de leur deuxième album C’est Chic d’août 1978, symbolisent eux aussi cette simplicité stylistique qui conserve une classe dont les concurrents d’alors étaient dépourvus. La recette Chic atteindra un nouveau sommet avec Good Times, single phare qui ouvre leur troisième album Risqué dans les bacs en juillet 1979.Publié en novembre 2018, The Chic Organization 1977-1979 contient les trois premiers albums de Chic (Chic, C’est Chic et Risqué) remasterisés à Abbey Road par Miles Showell à partir des bandes d’origine d'Atlantic. Producteur exécutif du projet, Nile Rodgers a personnellement supervisé le remastering avec l’accord des héritiers de Bernard Edwards, disparu prématurément en 1996 à 43 ans. Le coffret comprend également les versions maxi des tubes comme Good Times et une nouvelle version remasterisée de We Are Family de Sister Sledge, écrit et composé en 1979 par Rodgers et Edwards. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res
Au cœur des sixties, la British Invasion et son rhythm’n’blues furibard règnent en maître. Ce qui n’empêche pas certains groupes d’offrir une alternative. A l’image du Buffalo Springfield, emmené par Stephen Stills, Neil Young et Richie Furay, puis complété par le bassiste Bruce Palmer et le batteur Dewey Martin. Dès son premier album éponyme, Buffalo Springfield, qui paraît fin 1966, ses considérations sont folk-rock, psychédélique, country comme sur Go and Say Goodbye voire pop avec Sit Down I Think I Love You. Un cocktail qui touche souvent au sublime (la tubesque protest song For What It’s Worth signée Stills) et demeure la pierre angulaire du folk rock des années 60, à l’image de la ballade Nowadays Clancy Can't Even Sing signée Neil Young. Ce groupe atypique reste surtout fascinant pour l’hétéroclisme de ses fortes personnalités.C’est d’ailleurs ce qui lui coûtera sa fin. Dès le deuxième album, sorti en novembre 1967, Buffalo Springfield Again, on comprend que l’unité de façade – notamment entre Stills et Young qui se dispute la direction artistique – n’en a plus pour longtemps. Chacun signe des thèmes bien à lui comme Broken Arrow, Mr Soul et Expecting to Fly pour le Canadien et Bluebird pour l’Américain… Avec le bien nommé Last Time Around, le Buffalo Springfield tire logiquement sa révérence, Neil Young quittant le navire avant la fin de l’enregistrement de ce troisième opus publié durant l’été 1968. Même la photo de la pochette est en fait un montage simulant un cliché de groupe… La suite sera loin d’être anecdotique : Neil Young s’envolera en solo, Richie Furay ira monter le groupe Poco et Stills s’associera à David Crosby et Graham Nash pour le trio Crosby, Stills & Nash… Ce coffret de 5 CD réunit les mix stéréo des trois albums et les mix mono de Buffalo Springfield et Buffalo Springfield Again, le tout remasterisé à partir des bandes analogues d’origine sous la direction de Neil Young. Une somme essentielle pour un groupe essentiel de l’histoire du rock. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES31,99 €
CD27,99 €

Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res
C’est en quelque sorte un testament musical que Graham Nash délivre avec Over the Years…. Une sélection de ses meilleurs titres au cours de ces cinquante dernières années, qui ont vu naître un géant du rock, à la fois en solo mais aussi avec les mythiques Hollies. Le kid de Blackpool a su exporter une touche britannique dans les années 60 avec des guitares pop et des harmonies divines. Puis il y a des associations qui ne trompent pas, notamment quand il s’agit de fusionner avec Stephen Stills du Buffalo Springfield et David Crosby des Byrds (puis Neil Young par la suite). Le trio Crosby Stills & Nash brillera de mille feux sur la scène folk-rock hippie. Et Nash ne cessera de laisser son empreinte partout où il passera. Avec Over the Years… qui paraît en juin 2018, on retrouve des extraits du premiers album de CSN, Marrakesh Express, ainsi que de Déjà Vu de CSNY.Sans oublier de nombreuses démos, quinze titres dont douze inédits ! On retient évidemment celui rejeté par les Hollies, Marrakesh Express, mais aussi les premières versions des classiques CSN : Our House, Wasted on the Way et Teach Your Children. Simple, la voix claire et légère de Nash survole sur quelques accords mais il n’en faut pas plus pour se faire entraîner. Ces démos accompagnent l’œuvre du géant d’une grande authenticité et sincérité mais rendent aussi compte de son génie en tant que songwriter. C’est une véritable bataille de mots qui se déroule sous le crâne du bonhomme ! “My head is hanging heavy with the thoughts of him in mind”, confie-t-il d’ailleurs dans la ballade presque lyrique Right Between the Eyes. Et pourtant, après avoir traversé plusieurs périodes mouvementées, Graham Nash sait toujours terminer les choses en délicatesse, par une berceuse comme Sleep Song que l’on ne se lasse pas d’écouter. © Clara Bismuth/Qobuz
CD33,99 €

Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

Au cœur des sixties, la British Invasion et son rhythm’n’blues furibard règnent en maître. Ce qui n’empêche pas certains groupes d’offrir une alternative. A l’image du Buffalo Springfield, emmené par Stephen Stills, Neil Young et Richie Furay, puis complété par le bassiste Bruce Palmer et le batteur Dewey Martin. Dès son premier album éponyme, Buffalo Springfiel, qui paraît fin 1966, ses considérations sont folk-rock, psychédélique, country comme sur Go and Say Goodbye voire pop avec Sit Down I Think I Love You. Un cocktail qui touche souvent au sublime (la tubesque protest song For What It’s Worth signée Stills) et demeure la pierre angulaire du folk rock des années 60, à l’image de la ballade Nowadays Clancy Can't Even Sing signée Neil Young. Ce groupe atypique reste surtout fascinant pour l’hétéroclisme de ses fortes personnalités.C’est d’ailleurs ce qui lui coûtera sa fin. Dès le deuxième album, sorti en novembre 1967, Buffalo Springfield Again, on comprend que l’unité de façade – notamment entre Stills et Young qui se dispute la direction artistique – n’en a plus pour longtemps. Chacun signe des thèmes bien à lui comme Broken Arrow, Mr Soul et Expecting to Fly pour le Canadien et Bluebird pour l’Américain… Avec le bien nommé Last Time Around, le Buffalo Springfield tire logiquement sa révérence, Neil Young quittant le navire avant la fin de l’enregistrement de ce troisième opus publié durant l’été 1968. Même la photo de la pochette est en fait un montage simulant un cliché de groupe… La suite sera loin d’être anecdotique : Neil Young s’envolera en solo, Richie Furay ira monter le groupe Poco et Stills s’associera à David Crosby et Graham Nash pour le trio Crosby, Stills & Nash… Ce coffret de 5 CD réunit les mix stéréo des trois albums et les mix mono de Buffalo Springfield et Buffalo Springfield Again, le tout remasterisé à partir des bandes analogues d’origine sous la direction de Neil Young. Une somme essentielle pour un groupe essentiel de l’histoire du rock. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Pop/Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

Hi-Res
CD27,99 €

Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

C’est en quelque sorte un testament musical que Graham Nash délivre avec Over the Years…. Une sélection de ses meilleurs titres au cours de ces cinquante dernières années, qui ont vu naître un géant du rock, à la fois en solo mais aussi avec les mythiques Hollies. Le kid de Blackpool a su exporter une touche britannique dans les années 60 avec des guitares pop et des harmonies divines. Puis il y a des associations qui ne trompent pas, notamment quand il s’agit de fusionner avec Stephen Stills du Buffalo Springfield et David Crosby des Byrds (puis Neil Young par la suite). Le trio Crosby Stills & Nash brillera de mille feux sur la scène folk-rock hippie. Et Nash ne cessera de laisser son empreinte partout où il passera. Avec Over the Years… qui paraît en juin 2018, on retrouve des extraits du premiers album de CSN, Marrakesh Express, ainsi que de Déjà Vu de CSNY.Sans oublier de nombreuses démos, quinze titres dont douze inédits ! On retient évidemment celui rejeté par les Hollies, Marrakesh Express, mais aussi les premières versions des classiques CSN : Our House, Wasted on the Way et Teach Your Children. Simple, la voix claire et légère de Nash survole sur quelques accords mais il n’en faut pas plus pour se faire entraîner. Ces démos accompagnent l’œuvre du géant d’une grande authenticité et sincérité mais rendent aussi compte de son génie en tant que songwriter. C’est une véritable bataille de mots qui se déroule sous le crâne du bonhomme ! “My head is hanging heavy with the thoughts of him in mind”, confie-t-il d’ailleurs dans la ballade presque lyrique Right Between the Eyes. Et pourtant, après avoir traversé plusieurs périodes mouvementées, Graham Nash sait toujours terminer les choses en délicatesse, par une berceuse comme Sleep Song que l’on ne se lasse pas d’écouter. © Clara Bismuth/Qobuz
CD41,99 €

Pop/Rock - Paru le 29 juin 2018 | Rhino Atlantic

CD41,99 €

Soul - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino Atlantic

HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 septembre 2017 | Rhino Atlantic

Hi-Res
CD33,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 septembre 2017 | Rhino Atlantic

CD41,99 €

Rock - Paru le 7 juillet 2017 | Rhino Atlantic

Le label

Rhino Atlantic dans le magazine
  • Giant Steps a 60 ans !
    Giant Steps a 60 ans ! Ce soir à 22h, pour fêter l'anniversaire du chef d'oeuvre de John Coltrane, Qobuz et Rhino organisent une table ronde exceptionnelle à regarder en livestream avec Archie Shepp, Shabaka Hutchings, L...