Catégories :

Les albums

HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Musiques du monde - Paru le 11 octobre 2019 | naïve

Hi-Res Livret
Depuis son arrivée en France à la fin des années 90 alors qu’elle fuyait les menaces des intégristes algériens, Souad Massi est devenue, des deux côtés de la Méditerranée, l’égérie d’une jeunesse assoiffée de liberté et des femmes malmenées par une domination machiste. Longtemps portés par une major internationale, son folk rock, croisé de traditions nord-africaines et occidentales, et son chant miraculeux et courageux ont fait le tour de la planète. Elle revient après quelques années discrètes et à l’heure où son pays se dresse inlassablement contre les diktats étroits d’un parti unique et corrompu. Sa voix, son charme et son message n’ont pas faibli. Entre épure boisée, ivresse chaâbi et pop soyeuse, elle dit la colère, l’amour, l’intime et la mélancolie. Ses mots sont tirés de sa plume ou de celles du Cairote Nader Abdellah (Salam, sur une musique de Khaled Izz), de Françoise Mallet-Joris (Pays natal, composé par Marie-Paule Belle) et de Magyd Cherfi dans le Je chante final. Parfait équilibre de légèreté et de profondeur, Oumnyia (“mon souhait”) devrait remettre Souad Massi à sa juste place : sur le devant de la scène. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Dance - Paru le 1 mars 2019 | naïve

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Jazz - Paru le 9 novembre 2018 | naïve

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Longtemps comparé à Django Reinhardt, le guitariste français a rapidement trouvé son propre phrasé. A 52 ans, Biréli Lagrène transpire toujours le jazz manouche sans jamais lasser les auditeurs. Après une longue période chez Dreyfus Jazz, il présente cet album irrésistible chez Naive : Storyteller. Accompagné de Larry Grenadier et Mino Cinélu, il alterne entre enfilage de notes à la six cordes et thèmes plus classiques et langoureux en guise de ballade jazzy. Le gros point fort de Lagrène reste sa capacité à générer des sonorités terriblement solaires et dépaysantes. D’ailleurs, le voilà conteur. De quelle histoire ? Celle-ci varie selon chacun, mais la base demeure toujours le sentiment amoureux, la liberté et le contact des sons avec le monde en question. Ouverture romantique avec One Take, moment de love ultime qui fait honneur au chef-d’œuvre de Guy Wood, My One and Lonely Love, avant de finir sur une touche jazz-fusion par Storyteller. Biréli Lagrène ne manque surtout pas de swing et d’intelligence musicale. © Anna Coluthe/Qobuz
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Afrique - Paru le 26 octobre 2018 | naïve

Hi-Res Livret
Effet d’annonce, conviction profonde ou passagère, Un Autre Blanc est présenté par Salif Keita comme étant son ultime album. De ses débuts au sein du Rail Band, suivi d’un passage à l’orchestre concurrent des Ambassadeurs du Motel, les deux formations qui ont illuminé les nuits de Bamako dans les années 70, à ses albums éclectiques et internationaux, les cinquante ans de la carrière du Rossignol du Mali sont riches d’inventions et de pépites chantées. Ce disque d’“adieu” ne démérite pas. De grandes voix, qui, comme lui, représentent la richesse et les victoires musicales de l’Afrique sur le monde, sont venues l’accompagner. Ses invités sont de vieux guerriers comme le reggaeman ivoirien Alpha Blondy (Mansa Fo La), la chorale sud-africaine Ladysmith Black Mambazo (Gnamale) ou la Béninoise Angélique Kidjo (Itarafo), mais aussi de jeunes idoles, tels la chanteuse R&B nigériane Yemi Alade (Diawara Fa) ou le héros de l’afrotrap français MHD, d'origine guinéo-sénégalaise et dont Salif assure qu’il est comme son fils. A l’image de ce casting transgénérationnel, L’Autre Blanc conjugue traditions et modernités. Les sonorités acoustiques des instruments à cordes mandingues (kora, n’goni) s’y accouplent habilement avec les technologies de pointe, et un soupçon d’Auto-Tune apparaît sur Gnamale. L’homme ne sort pas de l’arène sans adresser de messages à ses pairs et au monde. Le tubesque morceau d’ouverture Were Were énonce les grands hommes qui ont fait la fierté de son continent (Thomas Sankara, Nelson Mandela, Desmond Tutu, Hailé Sélassié…) et le titre de l’album évoque le combat de sa vie, la lutte contre la discrimination envers les albinos. Fidèle à ce que l’on peut attendre de ce grand chanteur, Un Autre Blanc est une réussite et Salif Keita accomplit cette sortie la tête haute. © Benjamin MiNiMuM/ Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Jazz - Paru le 26 octobre 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Jazz - Paru le 19 octobre 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Afrique - Paru le 5 octobre 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Afrique - Paru le 30 août 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Musiques du monde - Paru le 1 juin 2018 | naïve

Hi-Res
Le gamelan est l’un des instruments les plus étranges au monde. De Debussy à Steve Reich, les vibrations de cet ensemble de gongs accordés fascinent depuis des siècles les compositeurs occidentaux qui s’en inspirent ou l’utilisent pour élargir l’horizon de leur musique. Anglaise d’origine tamoule, la chanteuse Susheela Raman a placé sa collaboration avec son alter ego guitariste Sam Mills sous le signe de l’exploration entre deux mentalités musicales, celles de l’Occident et de l’Asie réunies par une ouverture et une sensibilité commune. Cette nouvelle aventure, leur septième album, a démarré par la rencontre avec un troisième personnage, Gondrong Gunarto, compositeur de gamelan javanais, qui, de son côté, étudie depuis des décennies les points de rencontre de ces deux mêmes cultures. Leur étroite collaboration a été élargie par les interventions du bassiste Dudley Phillips (Robert Wyatt, Bill Withers), des batteurs Malcolm Catto (Heliocentrics) et Charles Hayward (This Heat), ainsi que par la percussionniste française Lucie Antunes (Moodoïd, Aquaserge). L’alchimie est étonnante, ouvre une voie inédite mais qui devient vite familière. Les chansons pop obtiennent une texture aérienne, on pense parfois aux ambiances créées par Angelo Badalamenti pour David Lynch, ou celles produites par Nino Rota pour Fellini, mais l’on reconnaît surtout la patte du tandem Raman-Mills, plus inspiré que jamais. Comme l’annonce le nom de cet album, il y a bien des fantômes dans cette musique, mais ils semblent soulagés d’avoir été réveillés et soupirent d’aise. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Musiques du monde - Paru le 1 mai 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 16 mars 2018 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Au fil de ses albums, on a vite compris que Meshell Ndegeocello était plus qu'une simple Prince-sse. Trop facile de ne voir dans l’époustouflante chanteuse, bassiste et auteur-compositeur que le modèle féminin de feu le petit génie de Minneapolis… Depuis un quart de siècle, son alchimie est parfaite entre jazz, soul, rock, pop, funk, new wave et hip-hop, véritable tarte à la crème habituellement indigeste chez ses confrères. Avec elle, l'expression "libre comme un oiseau” n'a jamais sonné aussi juste. Logique, c'est le sens de Ndegeocello en swahili… Sa cuvée 2018 sonne comme un retour à la source du groove, Meshell s’amusant à revisiter des chansons des maîtres du genre (Prince, TLC, George Clinton, Tina Turner, Janet Jackson, Sade) et de noms parfois oubliés (Force MDs, Lisa Lisa & Cult Jam, Surface, Al B. Sure!). Enregistré à Los Angeles en compagnie de ses fidèles Chris Bruce (guitare), Abraham Rounds (batterie) et Jebin Bruni (claviers), le bien nommé Ventriloquism est bien plus qu’un simple « album de reprises ». Dépouillées de leur son d’origine parfois daté, ses chansons sont totalement ravalées avec soin et goût par une Meshell inspirée comme jamais (le Waterfalls de TLC sonne comme du Neil Young !) et pourtant en proie à une période personnelle plutôt sombre. « L'année de l'enregistrement de ce disque a été si déstabilisante et décourageante pour moi personnellement et pour de nombreuses personnes que je connais et avec qui je parlais régulièrement, que je cherchais un moyen de faire quelque chose de léger alors que tout autour de moi était sombre. Comme un endroit musical à visiter qui me rappellerait un autre moment, plus brillant. » Ce bien-être salvateur, cette sensation de plénitude, et même une certaine forme de beauté, tout cela se dégage de Ventriloquism, l’œuvre forte d’une artiste intègre comme jamais et résolument à part. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

R&B - Paru le 2 février 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

R&B - Paru le 23 février 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

R&B - Paru le 12 janvier 2018 | naïve

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Jazz - Paru le 9 octobre 2012 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Depuis quinze ans, son alchimie est parfaite entre jazz, soul, pop, funk et hip-hop, véritable tarte à la crème habituellement indigeste chez ses confrères/consœurs. Le cœur de son nouveau projet n’est autre que l’immense Nina Simone, chanteuse jazz et soul totalement inclassable, charismatique comme nulle autre, dont elle revisite le répertoire avec une classe et un groove inouï. La bassiste souligne par la grâce d’une poignée de classiques toute la fragilité de son aînée, toute la complexité de ce personnage, sa spiritualité qui rime avec intemporalité. Comme une conversation de l’au-delà entre deux figures majeures de la Great Black Music.
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 2 juin 2014 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Meshell Ndegeocello est plus qu'une Princesse. Trop aisé de ne voir dans l’époustouflante chanteuse, bassiste et auteur-compositeur que le modèle féminin du légendaire nain psyché-funk de Minneapolis… Depuis plus de vingt ans ans, son alchimie est parfaite entre jazz, soul, pop, funk et hip-hop, véritable tarte à la crème habituellement indigeste chez ses confrères. Avec elle, libre comme un oiseau n'a jamais sonné aussi juste. Logique, c'est le sens de Ndegeocello en swahili… Après son album hommage à Nina Simone (Pour Une Âme Souveraine, son onzième opus intitulé Comet, Come To Me offre un kaléidoscope de toutes ses teintes musicales et fait office de retour aux sources pour la musicienne. Un disque qui s’ouvre par une étonnante reprise du cultissime Friends de Whodini et qui se promène sur les terres d’un groove apaisé et beau. L'album accueille des invités particuliers comme Shara Worden (My Brightest Diamond), Jonathan Wilson et Doyle Bramhall. Puissant et céleste. © MD/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Mélodies - Paru le 12 mai 2014 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Couple à la ville, Nora Gubisch et le chef et pianiste Alain Altinoglu ont beaucoup de musiques dans leur besace et ce nouveau disque vient confirmer un talent que l'on connaissait déjà bien. Le programme de cet album composé autour des Sept Chansons espagnoles de Falla et des fameux Folk Songs de Berio est captivant et offre un véritable tour d'Europe et plus en musique. Outre le piano irrésistible d'Altinoglu et la voix resplendissante de Gubish, une mention particulière pour la qualité des solistes instrumentaux qui accompagnent le cycle de Berio. FH
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Soul - Paru le 3 février 2014 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Top du mois de Jazznews
Le poète trinidadien Anthony Joseph revient scander ses poèmes sur ce Time, album enregistré à Paris sous la direction de la bassiste Me’Shell Ndegeocello. Influencé par les structures électroniques, ce disque fait la part belle aux paroles d’Anthony, mises en valeur par des instrumentations plus minimalistes qu’à l’accoutumée. Plus modernes aussi. Le musicien et les solistes (incluant le flutiste Magic Malik) se renvoient la balle, échangent sans jamais se marcher dessus. Un album comme une transe, une messe vaudou du 21ème siècle, où les rythmiques martèlent inlassablement, faisant ressortir la verve d’Anthony et son pouvoir fortement hypnotique. Une véritable distorsion temporelle, dont on voudrait qu’elle ne finisse jamais. © Nicolas Gal / Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 novembre 2013 | naïve

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio