Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Soul - Paru le 18 février 2021 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES20,99 €
CD13,99 €

Jazz contemporain - Paru le 6 novembre 2020 | Mi'ster

Hi-Res Livret
40 mélodies pour 40 bougies. Ibrahim Maalouf a vu grand pour fêter son entrée dans une nouvelle décennie. Il fallait sans doute un tel festin pour couvrir les nombreuses facettes de sa personnalité musicale. Car au fil des albums et des rencontres, l’univers du trompettiste franco-libanais n’a cessé de grandir pour être cette fascinante mosaïque de sons et d’influences brassant le jazz, la pop, la musique orientale, la chanson et mille autres sources d’inspiration. Sauf que la grandeur de ces 40 Mélodies est surtout la célébration de l’intime. Ce 12e album pas comme les autres se démarque en effet de ses précédents projets puisque, pour la première fois en 15 ans d’enregistrement, Maalouf propose un duo avec son vieux complice le guitariste belge François Delporte. Le tandem revisite les mélodies phares du trompettiste provenant de ses albums comme des B.O. auxquelles il a participé. Cerise sur ce gâteau d’anniversaire, quelques inédits et surtout une impressionnante et éclectique brochette d’invités parmi lesquels Sting, Matthieu Chedid, Marcus Miller, Alfredo Rodriguez, Richard Bona, Trilok Gurtu, Jon Batiste et Arturo Sandoval. Coutumier des métissages joliment mis en exergue dans ses disques, Ibrahim Maalouf met à nu son jeu, son son et son rapport à la mélodie comme à l’improvisation. Il n’oublie surtout jamais le dialogue avec Delporte dont la guitare est tout sauf un simple faire-valoir. Dans ce contexte minimaliste, la légitimité de sa trompette est encore plus flagrante. Elle qui a souvent baigné dans des opus très orchestrés, très arrangés et très produits, a ici la voix de la confession. Une confession gorgée d’émotion face à cette Beyrouth meurtrie, face à ce Liban à l’agonie, auquel on ne cesse de penser… Juste une mélodie, une trompette, une guitare et Ibrahim Maalouf fait défiler les paysages et les époques tout au long de ce qui ressemble à l’un de ses plus beaux enregistrements. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Soul - Paru le 21 octobre 2020 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Chanson francophone - Paru le 27 septembre 2020 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,29 €

Soul - Paru le 1 juillet 2020 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 6 mars 2020 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 septembre 2019 | Mi'ster

Hi-Res Livret
Ibrahim Maalouf est un hyperactif polymorphe. En septembre 2018, il sortait son ambitieuse Levantine Symphony n° 1, et deux mois plus tard, il lançait sur le marché l’enregistrement de son live de fin 2016 à l’AccorHotels Arena. L’été suivant, il présentait sur les routes de France une création balkanique avec l’Haïdouti Orkestar. À l’automne 2019, son 14e album en douze ans, S3NS, s’aventure notamment en terre cubaine. La fameuse trompette quart de ton d’Ibrahim Maalouf ne connaît pas de frontières ni n’a le temps de refroidir. Au début de S3NS, le piano d’Harold Lopez-Nussa la précède d’une poignée d’accords tempérés avant qu’elle ne dessine le thème d’Una Rosa Blanca qui, au cours de son déroulement, laisse aux deux instruments le temps de s’envoler en un dialogue fébrile sur une rythmique caliente. La suite immédiate Happy Face pourrait se faufiler au centre d’une BO de film d’action signé par le compositeur argentin Lalo Schifrin (Bullitt, Mission Impossible, Starsky & Hutch…). Le morceau-titre est assez typique du lyrisme romantique du Libanais et se déploie de la saudade vers l’euphorie. Retour à Cuba sur Harlem, où le protégé de Chucho Valdès Irving Calao s’installe derrière le piano pour un latin-jazz pur jus. Le pianiste cède ensuite sa place de guest à la violoniste Yilian Canizares sur le joyeux Na Na Na où, au final, elle n’occupe pas beaucoup de place. Un nouveau pianiste de La Havane, Alfredo Rodriguez, vient ensuite imprimer son swing sur N.E.G.U. Gebrayel bénéficie de la présence du pianiste cubain Roberto Fonseca, mais aussi du pianiste belge Eric Legnini et de ses compatriotes François Delporte (guitare) et Stéphane Galland (batterie). Après cette effusion de latino, retour au calme avec le suave duo trompette-piano All I Can't Say, relevé juste à la fin d’une guitare acoustique. Piano et trompette se tiennent aussi la main au début de Radio Magallanes, une radio chilienne qui a soutenu la politique socialiste de Salvador Allende. Le morceau démarre sur une pointe de tristesse avant de reprendre de l’emphase au centre d’un torrent de guitares, cuivres et basse batterie et de laisser entendre la voix de l’ancien président renversé par le dictateur Augusto Pinochet. Tout au long de S3NS, la trompette d’Ibrahim Maalouf aura glorieusement fait résonner ses accents inimitables et sa verve reconnaissable entre toutes. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 février 2019 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 7 février 2019 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 19 décembre 2018 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 19 décembre 2018 | Mi'ster

A partir de :
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Jazz contemporain - Paru le 16 novembre 2018 | Mi'ster

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 29 octobre 2018 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 14 septembre 2018 | Mi'ster

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD12,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret + Vidéos
Note : pour un enregistrement optimal sur votre support, les 14 vidéos incluses dans cette version Deluxe sont à télécharger manuellement une à une via l'écran de Téléchargement (Cliquez sur le lien TELECHARGEMENT MANUEL se situant sous les boutons bleu et vert)Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce copieux live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 14 titres captés entre 2011 et 2016 accompagnés ici par 14 vidéos. Plus d’une heure cinquante de musique (et d’images !) pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 7 octobre 2016 | Mi'ster

Hi-Res Livret
Il y a ceux qui savent. Et les autres. Chaque spectateur d’un concert d’Ibrahim Maalouf a pu ressentir ce petit plus propre au live. Cet instant unique à emporter chez soi qu’il rend véritablement unique. Voilà dix ans que le trompettiste arpente les scènes en se donnant corps et âme à son public. La première fois, c’était en solo en solo au New Morning à Paris en 2006. Un millier de concerts et des dizaines de pays traversés plus tard, Maalouf fête cette décennie avec ce best of live, renfermant des extraits des concerts l’ayant le plus marqués. 9 titres captés entre 2011 et 2016. Plus d’une heure de musique pour mieux cerner son univers kaléidoscopique fait de jazz, de musique orientale, de chanson, de classique et de pop. Sur une poignante reprise de La Javanaise de Gainsbourg, il a convié la grande Juliette Gréco. Et pour True Sorry, la Maîtrise de Radio France est de la partie. Quelques instants forts qui viennent se mêler à d’autres instants forts tout au long d’un live qui ressemble bien à son auteur. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 10 juin 2016 | Mi'ster

Hi-Res
Ibrahim Maalouf est fait décidément partie des musiciens français très en vogue. Entre album à succès et invitation sur tous les plateaux télé tendances du moment, voilà que le cinéma fait une nouvelle fois appel aux services du trompettiste pour la bande son de Dans les forêts de Sibérie (il avait déjà travaillé pour plusieurs films, notamment Yves Saint-Laurent). Le musicien se voit responsable de retranscrire le souffle glaciale des plaines russes, là où le froid transperce la chair et atteint le cœur. Dans un film où la trame se veut contemplative, il est bon d’avoir une musique à la hauteur afin de compléter un tableau qui se veut esthétique. © AR/Qobuz
A partir de :
CD1,29 €

Bandes originales de films - Paru le 27 mai 2016 | Mi'ster

A partir de :
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 12 février 2016 | Mi'ster

Hi-Res
A partir de :
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2016 | Mi'ster

Hi-Res
Insatiable touche à tout plus que doué, Ibrahim Maalouf n’en est pas à sa première musique de film, loin de là. Et la partition qu’il signe pour Je vous souhaite d’être follement aimée d’Ounie Lecomte confirme son talent même lorsque des images lui sont imposées. Ainsi, pour accompagner les touchantes retrouvailles entre une fille (Céline Sallette) et sa mère (Anne Benoit), Maalouf alterne entre pièces épurées en apesanteur, véritables merveilles mélodiques et séquences plus lyriques et enlevées. Chaque note qu’il pose sur les images de la réalisatrice française d'origine coréenne est d’une justesse telle qu’elle s’apprécie aussi sans avoir le film sous les yeux. Car oui, cette musique de Je vous souhaite d’être follement aimée peut aussi se déguster seule. La marque des grandes B.O. en quelque sorte… © CM/Qobuz