Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Scriabin & Rimsky-Korsakov: Piano Concertos

Jean-Philippe Collard

Musique concertante - À paraître le 28 janvier 2022 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Fauré: 13 Barcarolles & Ballade Op. 19

Jean-Philippe Collard

Classique - Paru le 14 janvier 2022 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
N’entre pas qui veut dans le monde raffiné, discret et secret des Barcarolles de Gabriel Fauré. Trop longtemps éloigné des salles de concerts et des micros, le pianiste français Jean-Philippe Collard revient enfin au devant de la scène et du disque, notamment pour son nouvel éditeur La Dolce Volta. C’est aussi un retour à ses premières amours musicales et à un compositeur, Fauré, dont il avait déjà enregistré le cycle des Barcarolles et l’intégrale de sa musique pour piano, de sa musique de chambre ainsi qu’un choix de mélodies avec Frederica von Stade. Avec le temps, l’art de Collard s’est simplifié, s’est allégé, a trouvé une fraîcheur et une spontanéité qui sont celles d’une maturité rayonnante. L’histoire de ce nouvel enregistrement est peu banale : en écoutant par hasard la radio en voiture, il tombe sur un pianiste jouant la Première Barcarolle. Jean-Philippe Collard trouve l’interprétation impossible et déteste les constants changements de tempos de l’interprète jusqu’au moment où le présentateur annonce son propre enregistrement de 1970… Consterné par ce qu’il venait d’entendre, il comprend immédiatement qu’il doit remettre le cycle sur le métier et en proposer une nouvelle mouture. Cette seconde version a été enregistrée en 2020 dans la belle salle de l’Arsenal de Metz, connue pour sa remarquable acoustique. Cinquante ans tout pile après son premier enregistrement, la vision des Barcarolles et de la Ballade dans sa version pour piano seul selon Jean-Philippe Collard s’est épurée, allant à l’essentiel avec un naturel paradoxalement obtenu après une analyse très fouillée des textes, de leurs incessantes modulations et de la superposition savante des thèmes. Un examen à la loupe dont Jean-Philippe Collard a su se défaire pour nous livrer le meilleur de ce qu’il a à nous dire aujourd’hui. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Lyapunov: 12 Études d'exécution transcendante

Florian Noack

Classique - Paru le 4 novembre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Une vie entière ne nous suffirait pas si nous entreprenions de réhabiliter ce peuple obscur des génies délaissés, si nous voulions faire reconnaître ces trésors abandonnés dans la nuit de la méconnaissance », cette citation de Vladimir Jankélévitch placée en exergue de cet album pourrait servir de porte-étendard à ne nombreux projets discographiques désireux d’ouvrir le répertoire d’un domaine classique de plus en plus saturé par de trop nombreuses versions des mêmes œuvres. Pour le philosophe français, ces inconnus, ces méconnus, sont les plus nombreux dans le domaine musical. Le cycle des 12 Études d’exécution transcendante de Sergei Liapounov disent tout de son amour et de son admiration pour le cycle éponyme de Franz Liszt dont le compositeur russe va jusqu’à reprendre le titre. Le musicographe Jean-Yves Clément, qui signe le texte de la pochette de cet album, se souvient de sa révolte lorsque, à quatorze ans, il découvrait ces pièces, révolte née de la méconnaissance d’une musique qu’il trouvait déjà essentielle. Pour lui, cette « morne incuriosité » (il cite Baudelaire) a fini par réduire comme peau de chagrin le répertoire pianistique à une vingtaine de compositeurs. Après deux premiers volumes consacrés au compositeur russe pour le label allemand ARS-Produktion, le pianiste Florian Noack empoigne ces douze Études avec une fièvre libératrice, sachant parfaitement en faire ressortir le côté cosmopolite qui prolonge, et accomplit, le projet initial de Liszt prévoyant vingt-quatre études couvrant toutes les tonalités majeures et mineures. Mais attention, descendance ne veut pas dire copie servile, car la musique de Liapunov possède ses propres fulgurances et sa propre personnalité. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Chanson bohème

Adrien La Marca

Classique - Paru le 29 octobre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
L’altiste Adrien La Marca rencontre au cours de l’émission de Daniel Hope sur Arte la pianiste germano-grecque Danae Dörken. La fusion est immédiate. Pourquoi ne pas former un duo sur un nouveau projet transgressant les frontières et les genres musicaux ? Le premier résultat de cette idée est ce programme mêlant musiques classique, populaire française et cinématographique, mais aussi des chansons. Au cœur de cet album, ils nous font découvrir l’étonnant Albumblätter du compositeur Hans Sitt, altiste et compositeur bohémien contemporain de Brahms. Ces feuillets sont des chefs-d’œuvre de musique de salon rarement joués. Autour, sont réunis d’autres petits joyaux de Dvořák, Tchaïkovski et Brahms, mais aussi quelques miniatures françaises de Poulenc et Satie. La musique moderne est représentée par Bridge et Boulanger notamment. Pour parfaire le tout, deux célèbres chansons exhalent leur charme singulier : Sous le ciel de Paris d’Hubert Giraud et, bien sûr, La Bohème de Charles Aznavour. Voici un album plein de profondeur et de surprenantes mises en relation, avec pourtant cette légèreté de la bohème capable de faire oublier la morosité. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Kevin Spagnolo: Façades

Kevin Spagnolo

Musique concertante - Paru le 22 octobre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Bubbles: Dana Ciocarlie & Friends

Dana Ciocarlie

Classique - Paru le 15 octobre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Les œuvres de cet album, classiques et traditionnelles, sont courtes et légères comme des bulles de champagne. Passé et présent, Orient et Occident se rejoignent le temps d’une fête. Dans l’imagination complice des auditeurs, elles prendront une dimension universelle. Cet album permettra à un large public de découvrir le grand répertoire classique autrement que par le crossover, sorte de graal de l'industrie musicale. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Schubert: Piano Sonatas D. 840 & D. 960

Jean-Marc Luisada

Classique - Paru le 1 octobre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
La soixantaine assumée donne à Jean-Marc Luisada une sérénité tranquille qu’il met au profit de l’ultime Sonate en si bémol majeur, D. 960 de Schubert qu’il considère comme l’aboutissement de toute une vie, celle de Schubert bien sûr, mais peut-être aussi celle de la carrière du pianiste français qui sait donner toute sa mélancolie désolée au message de Schubert en y mêlant probablement son propre vécu et ses propres questionnements. Féru de cinéma, Luisada est une véritable encyclopédie du Septième Art à lui tout seul, il n’hésite pas à comparer Schubert à certains plans de Ozu ou de Robert Bresson, capables eux aussi d’exprimer ce même « sentiment de l’immobilité, la sensation de l’éternité » qu’il transpose dans son interprétation. À l’expression de profonde douleur de cet ultime Schubert, Luisada oppose la Sonate en ut majeur, D. 840 « Reliquie » dans laquelle il trouve à la fois une continuité avec les Variations en fa mineur de Haydn et « un climat d’une tristesse effroyable » contrastant avec « une luminosité angélique ». Jean-Marc Luisada la joue dans les deux seuls mouvements laissés par Schubert, sans utiliser la version complétée par Paul Badura-Skoda, son maître vénéré. Cet inachèvement, si constant dans les œuvres de Schubert, n’est pas un signe d’impuissance pour le pianiste considérant que le compositeur a « déjà dit l’essentiel en dévoilant la souffrance de l’instant ». C’est ce jeu des contraires que Jean-Marc Luisada exalte dans cet enregistrement réalisé en toute quiétude dans la belle Salle de l’Arsenal de Metz à la fin de l’hiver 2021, alors que la France entrait sous le régime d’un couvre-feu renforcé dû à la pandémie mondiale. Paradoxalement, cette rentrée en lui-même semble avoir libéré davantage encore l’inspiration de cet artiste si sensible. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Schubert: Rosamunde & Der Tod und das Mädchen

Quatuor Hermès

Quatuors - Paru le 1 octobre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Point culminant et pierre d’achoppement des quatuors de Schubert, les Quatuors n° 13 « Rosamunde » et n° 14 « Der Tod und das Mädchen » (littéralement « La mort et la jeune fille » et non l’inverse en français) représentent les deux faces d’une même pièce, le côté aimable et souriant pour le premier, l’aspect tragique et morbide pour le second. C’est un véritable défi pour les musiciens du quatuor qui doivent toujours garder en tête la longue structure globale des œuvres, tout en conciliant les liaisons, les transitions et l’aspect émotionnel si fort qu’il risque de prendre le pas sur tout le reste. Pour leur troisième enregistrement réalisé sous le label La Dolce Volta, les musiciens du Quatuor Hermès ont privilégié les grandes prises pour retrouver à la fois le souffle, la liberté et la prise de risques du concert et pour faire abstraction de la menaçante présence des micros. Enregistré à l’Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse de Soissons en été 2020, après une série de concerts, ce programme Schubert privilégie une certaine élégance et une expression dominée par la pudeur des sentiments. Le Quatuor Hermès est ici dans sa configuration avec Omer Bouchez et Elise Liu aux violons, Lou Yung-Hsin Chang à l’alto et Yan Levionnois au violoncelle. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Brahms: The Violin Sonatas

Amaury Coeytaux

Duos - Paru le 24 septembre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica
Sur le modèle que constitue pour eux la référence signée Josef Suk et Julius Katchen (Decca, 1968), Amaury Coeytaux (premier violon du Quatuor Modigliani) et et Geoffroy Couteau offrent de ces chefs-d’œuvre une version d’une grande plénitude sonore à travers une expression intense et pudique à la fois. En complément des trois Sonates, les deux interprètes ont ajouté l’attachant Scherzo extrait de la Sonate "F-A-E" composée à six mains par Schumann, Brahms et Dietrich à l’attention de leur ami, l’immense violoniste Joseph Joachim. Une œuvre de jeunesse qui contient en germe la poésie farouche et lyrique de Brahms. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Brahms: Piano Concerto No. 1 - Transcription for Piano Left Hand of Bach's Chaconne

Geoffroy Couteau

Musique concertante - Paru le 24 septembre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Dans le cadre de son intégrale Brahms, Geoffroy Couteau propose un programme original autour du trio constitué par Johannes Brahms, Robert et Clara Schumann, mais aussi de leur relation avec Joseph Joachim, tous étant au cœur de la conception du Concerto en ré mineur aussi bien que de la transcription de la Chaconne de Bach ; deux pages qui sont également révélatrices de leur dévotion commune à Bach. Geoffroy Couteau, avec la complicité de l’Orchestre National de Metz, que dirige David Reiland, en offre une interprétation claire et pénétrante à la fois, aussi lisible que poétique, ayant à cœur de mettre en avant la pureté spirituelle des œuvres. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Ysaÿe: Six Sonatas for solo violin, Op. 27

David Grimal

Classique - Paru le 3 septembre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Eugène Ysaÿe est une des figures marquantes du violon au tournant des XIXe et XXe siècles et une source d’inspiration pour les générations suivantes. Il joua en son temps un rôle comparable à celui de Niccolò Paganini. Vers la fin de sa vie, il compose six sonates pour violon seul qui regardent vers le passé, reflètent son présent et s’offrent à l’avenir. Dans cet ensemble, la trop rare fidélité absolue au texte comme à son esprit mérite d’être signalée. La maturité du jeu de David Grimal est pleinement aboutie, le violoniste fançais s’étant approprié l’essence même de chaque mouvement, avec son architecture et sa conduite. Sa technique transcendante, toujours humble, fait ici merveille. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Chausson, Ravel, Enescu

David Grimal

Musique concertante - Paru le 10 septembre 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
La musique de George Enescu, compositeur roumain nourri des traditions musicales de son pays, plonge aussi ses racines dans le monde musical français du début du XXe siècle. Ce disque explore cette double ascendance, qui fit d’Enescu, personnalité charismatique et exceptionnelle, une véritable passerelle entre Roumanie et France. "George Enescu est sans doute l’un des musiciens les plus extraordinaires que j’aie rencontrés dans ma vie avec Béla Bartók" : ces paroles ont été prononcées par Lord Yehudi Menuhin devant la porte de sa cabine à bord du Mermoz lorsque David Grimal l'avait rencontré il y a plus de vingt-cinq ans. "Je me souviens qu’à l’évocation du nom de George Enescu, Menuhin avait presque de nouveau l’air de l’enfant prodige qu’il avait été plus de soixante-dix ans auparavant. Ses yeux brillaient d’admiration et de reconnaissance pour celui qui fut son maître. (David Grimal) Enescu fut en effet un astre qui traversa le siècle entre ses racines roumaines et la France, son pays d’adoption. Camarade de classe de Ravel en cours d’écriture au Conservatoire de Paris et ardent défenseur du Poème de Chausson, Enescu reste un symbole de musicien humaniste. Son Caprice Roumain achevé par Cornel Tåranu est sans doute son chef-d’œuvre méconnu qui s’inscrit de manière singulière dans l’histoire des concertos pour violon. Il est entouré dans ce disque de Tzigane de Ravel et du Poème de Chausson pour un portrait tout en métissage de l’amour franco-roumain. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Shostakovich, Weinberg: 3 Piano Trios

Trio Metral

Trios - Paru le 11 juin 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Fusion d’écritures parentes, celles de Chostakovitch et de Weinberg. Chaque partition se charge de tensions extraordinaires, douloureuses et exaltées, grinçantes et faussement naïves. Trois trios en forme de confessions. Trois chefs-d’œuvre, aussi, interprétés avec la fougue de jeunes artistes en pleine possession de leur technique et qui nous racontent à chaque fois l’Histoire en marche. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

This is America!

Wilhem Latchoumia

Musique minimaliste - Paru le 4 juin 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Rejeté à ses débuts par les institutions classiques, le courant minimaliste a vu son influence grandir au cours des années 1970 et 1980, popularisé entre autres par le succès rencontré par certaines musiques de film de Philip Glass. Peu à peu, le minimalisme fait des émules, à l’image de John Adams, l’un de ses plus illustres représentants, mais aussi en dehors du continent américain. Des compositeurs européens tels que Michael Nyman, John Tavener, Arvo Pärt ou Henryk Górecki entretiennent des liens avec ce courant. Si les minimalistes ont trouvé un écho auprès d’audiences plus larges que celles de la seule musique classique, leur travail a souvent subi la critique de certains commentateurs qui ont jugé simpliste ou superficielle leur proposition musicale. Un malentendu que Vanessa Wagner et Wilhem Latchoumia se font un devoir de dissiper. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Franz Liszt: Inspirations

Olivier Latry

Classique - Paru le 28 mai 2021 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Beethoven: Ghost & Archduke Trios

Anne Gastinel

Trios - Paru le 16 octobre 2020 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Quinze ans après le début de leur collaboration, Anne Gastinel, David Grimal et Philippe Cassard consacrent le premier témoignage discographique de leur travail à ces deux chefs-d’œuvre du maître de Bonn. Le parti pris est celui de la couleur et de la générosité : c’est un Beethoven descendu de son piédestal, humain, et même souriant, dont on fait l’étonnante rencontre dans ce disque. Là où tant d’autres rigidifient le propos et agacent les sonorités, les trois musiciens illuminent ces pages métaphysiques avec la finesse, la fraîcheur et la grâce de l’aquarelliste. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES31,29 €
CD22,29 €

Brahms: 3 Quartets for Piano and Strings

Geoffroy Couteau

Classique - Paru le 2 octobre 2020 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
L’importance et l’originalité des trois Quatuors avec piano de Brahms sont méconnues alors que le compositeur réinvente totalement le genre. Ces partitions contiennent ses pages parmi les plus profondes, exprimant sa puissance orchestrale comme son intériorité. Elles furent probablement le terreau fertile à son imagination « symphonique », à en juger par la façon dont elle s’exprime à travers ces trois pages avec une force et une puissance créatrice peu communes. C’est ce qu’ont totalement compris les membres du Quatuor Hermès et Geoffroy Couteau qui les servent avec l’autorité mais aussi la tendresse qui conviennent au sein d’une interprétation particulièrement engagée. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Brahms: The 2 Cello Sonatas

Geoffroy Couteau

Classique - Paru le 2 octobre 2020 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Les deux Sonates pour violoncelle et piano constituent des pages de première importance dans le corpus de Brahms. Puissamment lyriques, royaume de l’intériorité pure, elles fournissent un aperçu de sa période de jeunesse comme celle de sa grande maturité. Sommets de la musique de chambre, ces Sonates d’une humanité protéiforme exigent de leurs interprètes autant de complémentarité que d’osmose. Raphaël Perraud et Geoffroy Couteau imposent un équilibre savamment mûri. Douceur et emportement, mélancolie et frénésie, méditation et exaltation s’y côtoient en des inflexions d’une éloquente spontanéité. L’aspect fantastique de ce combat entre violoncelle et piano ne cesse de gagner en profondeur et en lyrisme au fil de cette interprétation. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Beethoven: Waldstein & Hammerklavier

Théo Fouchenneret

Classique - Paru le 24 avril 2020 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
À seulement vingt-cinq ans, le pianiste Théo Fouchenneret présente avec audace un programme Beethoven d’une extrême variété, avec la Sonate n° 21 « Waldstein » qui par sa texture et ses contrastes de nuances, semble vouloir rivaliser avec l’orchestre quand la Sonate n° 29 « Hammerklavier » se distingue par ses assauts sauvages. Alors que ces œuvres s’abordent généralement plus tard en studio, Théo Fouchenneret témoigne ici d'une surprenante autorité. La puissance du jeu, plein et intense, nous convie à une véritable interprétation merveilleusement expressive et d’une étonnante variété de timbres. © La Dolce Volta
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,59 €

Schubert: Piano Sonatas, D. 845 & D. 850

Philippe Cassard

Classique - Paru le 27 mars 2020 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Pour le pianiste Philippe Cassard, Franz Schubert (1797-1828) est bien celui qui, selon l’épitaphe du poète Grillparzer « fit chanter la poésie et parler la musique ». Après avoir déjà enregistré des versions de référence d’œuvres du compositeur, il se lance à corps perdu dans ce nouveau voyage et nous donne une leçon de lyrisme pianistique et d‘élégance. Voici deux vastes sonates antagonistes composées à quelques mois d’intervalle, en 1825. La première, en la mineur, est dominée par l’inquiétude, l’âpreté et la véhémence du propos, la vigueur des rythmes. Elle annonce les idées noires du Schumann des Kreisleriana. Et cependant, dans certaines des variations du mouvement lent, nous sommes au cœur d’un salon viennois où évoluent des couples de danseurs. Au cours de l’été 1825, Schubert quitte Vienne pour une randonnée à travers les paysages de la Salzkammergut, constitués de hautes montagnes, d’alpages, de lacs et de vallées profondes. La Sonate D. 850 irradie de cette joie presque enfantine de Schubert, de son exultation physique et sensorielle au coeur de la nature. Dans les quatre mouvements, il y sublime les sons des clarines de troupeaux, les chants et danses populaires des villages traversés, les motifs de yodel, et célèbre, proche de l’extase, son arrivée au pied du sommet imposant de l’Untersberg. © La Dolce Volta « [...] Schubertien depuis toujours [...], nourri par les sonates, les valses, les marches du compositeur, par ses lieder qu’il a appris à l’Académie de Vienne et sur scène, Cassard avait publié récemment pour le même éditeur une magnifique Sonate D.959 [...]. Ses Sonates D.845 et D.850 témoignent d’une radicalité stupéfiante dans le refus d’un Schubert éthéré, dévirilisé, sentimental. Cassard pousse très loin le souci de lire analytiquement et dramatiquement le texte, exposant avec une netteté, inédite dans ces œuvres, chaque détail [...] N’est-ce pas l’une des fonctions de l’interprétation de ne pas être mille fois entendue tout en étant d’une fidélité absolue au texte ?» (Classica, mai 2020 / Alain Lompech)