Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

CD2,49 €

R&B - Paru le 2 décembre 2015 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD2,49 €

R&B - Paru le 2 février 2015 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD17,49 €

R&B - Paru le 31 octobre 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

La production musicale d'un artiste est souvent - et logiquement - liée à sa vie personnelle. Pour John Legend tout baigne, à commencer par son union avec le mannequin américain Chrissy Teigen célébrée en décembre 2011 sous le ciel forcément bleu des îles Maldives. Love in the Future est le disque d'un homme comblé par l'amour et par la vie en général, et qui éprouve le besoin de nous faire partager son bonheur.De là peut être la présence de tempos R&B un peu plus sucrés qu'à l'habitude, la félicité ayant trop sollicité les endorphines du chanteur et pianiste. Ce léger bémol exprimé, il faut convenir que Love in the Future est sans doute l'album le mieux abouti de John Legend. En produisant l'album avec Kanye West et Dave Tozer, il s'est offert la possibilité d'avoir un son percutant qui met idéalement en valeur les chansons.Et quelles chansons ! « Made to Love » possède le côté félin des grands morceaux de soul, pleins d'énergie sexuelle et de rage de vivre. « Who Do We Think We Are » avec Rick Ross donne une vision de la ballade rhythm 'n' blues telle que pouvait la concevoir James Brown. La surenchère d'échos et de cordes porte le morceau jusqu'au sublime. Pour « Tomorrow » John Legend enfile à nouveau son costume cintré de Sam Cooke moderne. C'est d'ailleurs la seule fois, sur un disque beaucoup moins axé sur la nostalgie que ses devanciers.L'amour est la meilleure des valeurs refuges, la seule voie pour atteindre le nirvana. John Legend l'a bien compris qui en offre une pleine brassée avec un disque à emmener sur un atoll tropical avec la personne de ses rêves. © Francois Alvarez / Music-Story
CD2,49 €

R&B - Paru le 23 septembre 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD2,49 €

R&B - Paru le 2 septembre 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD2,99 €

R&B - Paru le 8 août 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD2,49 €

R&B - Paru le 11 juillet 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

HI-RES2,99 €
CD2,49 €

R&B - Paru le 5 juin 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

Hi-Res
CD2,49 €

R&B - Paru le 25 février 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD1,99 €

R&B - Paru le 6 janvier 2014 | G.O.O.D. Music - Columbia

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

R&B - Paru le 30 août 2013 | G.O.O.D. Music - Columbia

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
La production musicale d'un artiste est souvent - et logiquement - liée à sa vie personnelle. Pour John Legend tout baigne, à commencer par son union avec le mannequin américain Chrissy Teigen célébrée en décembre 2011 sous le ciel forcément bleu des îles Maldives. Love in the Future est le disque d'un homme comblé par l'amour et par la vie en général, et qui éprouve le besoin de nous faire partager son bonheur.De là peut être la présence de tempos R&B un peu plus sucrés qu'à l'habitude, la félicité ayant trop sollicité les endorphines du chanteur et pianiste. Ce léger bémol exprimé, il faut convenir que Love in the Future est sans doute l'album le mieux abouti de John Legend. En produisant l'album avec Kanye West et Dave Tozer, il s'est offert la possibilité d'avoir un son percutant qui met idéalement en valeur les chansons.Et quelles chansons ! « Made to Love » possède le côté félin des grands morceaux de soul, pleins d'énergie sexuelle et de rage de vivre. « Who Do We Think We Are » avec Rick Ross donne une vision de la ballade rhythm 'n' blues telle que pouvait la concevoir James Brown. La surenchère d'échos et de cordes porte le morceau jusqu'au sublime. Pour « Tomorrow » John Legend enfile à nouveau son costume cintré de Sam Cooke moderne. C'est d'ailleurs la seule fois, sur un disque beaucoup moins axé sur la nostalgie que ses devanciers.L'amour est la meilleure des valeurs refuges, la seule voie pour atteindre le nirvana. John Legend l'a bien compris qui en offre une pleine brassée avec un disque à emmener sur un atoll tropical avec la personne de ses rêves. © Francois Alvarez / Music-Story
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

R&B - Paru le 30 août 2013 | G.O.O.D. Music - Columbia

Hi-Res
La production musicale d'un artiste est souvent - et logiquement - liée à sa vie personnelle. Pour John Legend tout baigne, à commencer par son union avec le mannequin américain Chrissy Teigen célébrée en décembre 2011 sous le ciel forcément bleu des îles Maldives. Love in the Future est le disque d'un homme comblé par l'amour et par la vie en général, et qui éprouve le besoin de nous faire partager son bonheur.De là peut être la présence de tempos R&B un peu plus sucrés qu'à l'habitude, la félicité ayant trop sollicité les endorphines du chanteur et pianiste. Ce léger bémol exprimé, il faut convenir que Love in the Future est sans doute l'album le mieux abouti de John Legend. En produisant l'album avec Kanye West et Dave Tozer, il s'est offert la possibilité d'avoir un son percutant qui met idéalement en valeur les chansons.Et quelles chansons ! « Made to Love » possède le côté félin des grands morceaux de soul, pleins d'énergie sexuelle et de rage de vivre. « Who Do We Think We Are » avec Rick Ross donne une vision de la ballade rhythm 'n' blues telle que pouvait la concevoir James Brown. La surenchère d'échos et de cordes porte le morceau jusqu'au sublime. Pour « Tomorrow » John Legend enfile à nouveau son costume cintré de Sam Cooke moderne. C'est d'ailleurs la seule fois, sur un disque beaucoup moins axé sur la nostalgie que ses devanciers.L'amour est la meilleure des valeurs refuges, la seule voie pour atteindre le nirvana. John Legend l'a bien compris qui en offre une pleine brassée avec un disque à emmener sur un atoll tropical avec la personne de ses rêves. © Francois Alvarez / Music-Story
CD2,99 €

R&B - Paru le 20 août 2013 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD2,99 €

R&B - Paru le 6 décembre 2010 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD14,49 €

R&B - Paru le 17 septembre 2010 | G.O.O.D. Music - Columbia

Quand le chanteur de soul et rhythm and blues rencontre le groupe de hip hop aux influences multiples, le résultat est on ne peut plus groovy ! Les deux insufflant un son mâtiné de jazz et de funk, leur collaboration redouble de panache. Section de cuivres endiablée, ligne de basse lascive, et croisement du timbre soulful de John Legend et du flow de The Roots ne peuvent que nous réveiller du bon pied !
CD7,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 3 juillet 2009 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD14,49 €

R&B - Paru le 27 octobre 2008 | G.O.O.D. Music - Columbia

Avec ce troisième album studio, la nouvelle merveille de la soul américaine ne prend aucun risque, en travaillant exclusivement sa touche personnelle de chanteur compositeur raffiné, aux orchestrations à la fois modernes dans la couleur et classiques dans l’esprit. Le premier phare d’ Evolver est « Green Light » , un hit garanti, illuminé par le rap d’Andre 3000 d’OutKast, et un refrain imparable de Legend, dans sa meilleure voix de tête. Il poursuit avec « It’s Over » , co-produit par Pharell Williams et Kanye West, avec un featuring de ce dernier, habituel complice du chanteur de l’Ohio. Kanye West est moins impliqué avec son artiste (Legend est sur le label de West) que lors de ses précédents opus, laissant will.i.am et une flopée d’ingénieurs collaborer avec le rossignol soul. Brandy et Estelle, des amies de la famille, viennent chacune leur tour servir un duo sur une chanson de cet album qui fait la part belle aux balades sucrées et aux acrobaties vocales de ce chanteur aux mélodies douces. Cette fois, il se frotte au reggae à deux reprises, avec « No Other Love » (en compagnie d’Estelle) puis le bonus track « Can’t Be My Lover » . Si le chatoiement des arrangements rend grâce à Evolver , la sophistication n’est pas tout. Cette marque de fabrique de John Legend ne doit pas dissimuler qu’il est moins brillant en termes de chansons mémorables sur ce troisième effort que lors de ses enregistrements passés. Une paresse née du confort de celui qui a déjà tant réussi ? Ou bien un manque de concentration venu d’autres combats, comme celui qu’il a mené, avec d’autres artistes, pour Obama, la chanson « If You’re Out There » , coproduite par Trevor Horn, est en effet dédiée au président des Etats-Unis, et a été chantée par Legend lors de la convention démocrate où fut désigné le candidat. Malgré son titre malin, Evolver n’est pas le signe d’une évolution précise, mais bien un status quo dans la carrière d’un chanteur d’immense talent. Qui ne nous laisse pas sur notre faim, mais dont on aurait aimé un menu plus varié. © Jean-Eric Perrin / Music-Story
CD17,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 20 octobre 2008 | G.O.O.D. Music - Columbia

Avec ce troisième album studio, la nouvelle merveille de la soul américaine ne prend aucun risque, en travaillant exclusivement sa touche personnelle de chanteur compositeur raffiné, aux orchestrations à la fois modernes dans la couleur et classiques dans l’esprit. Le premier phare d’ Evolver est « Green Light » , un hit garanti, illuminé par le rap d’Andre 3000 d’OutKast, et un refrain imparable de Legend, dans sa meilleure voix de tête. Il poursuit avec « It’s Over » , co-produit par Pharell Williams et Kanye West, avec un featuring de ce dernier, habituel complice du chanteur de l’Ohio. Kanye West est moins impliqué avec son artiste (Legend est sur le label de West) que lors de ses précédents opus, laissant will.i.am et une flopée d’ingénieurs collaborer avec le rossignol soul. Brandy et Estelle, des amies de la famille, viennent chacune leur tour servir un duo sur une chanson de cet album qui fait la part belle aux balades sucrées et aux acrobaties vocales de ce chanteur aux mélodies douces. Cette fois, il se frotte au reggae à deux reprises, avec « No Other Love » (en compagnie d’Estelle) puis le bonus track « Can’t Be My Lover » . Si le chatoiement des arrangements rend grâce à Evolver , la sophistication n’est pas tout. Cette marque de fabrique de John Legend ne doit pas dissimuler qu’il est moins brillant en termes de chansons mémorables sur ce troisième effort que lors de ses enregistrements passés. Une paresse née du confort de celui qui a déjà tant réussi ? Ou bien un manque de concentration venu d’autres combats, comme celui qu’il a mené, avec d’autres artistes, pour Obama, la chanson « If You’re Out There » , coproduite par Trevor Horn, est en effet dédiée au président des Etats-Unis, et a été chantée par Legend lors de la convention démocrate où fut désigné le candidat. Malgré son titre malin, Evolver n’est pas le signe d’une évolution précise, mais bien un status quo dans la carrière d’un chanteur d’immense talent. Qui ne nous laisse pas sur notre faim, mais dont on aurait aimé un menu plus varié. © Jean-Eric Perrin / Music-Story
CD2,99 €

R&B - Paru le 20 août 2008 | G.O.O.D. Music - Columbia

CD4,99 €

R&B - Paru le 15 juillet 2008 | G.O.O.D. Music - Columbia