Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Yo-Yo Ma

Le grand violoncelliste américain d’origine chinoise fait partie de ces artistes qui ont décloisonné le monde de la musique classique trop souvent recroquevillé sur lui-même. Yo-Yo Ma a en effet largement ouvert les fenêtres sur de vastes horizons en abordant d’autres formes musicales comme le jazz avec Stéphane Grappelli, le tango, la musique de film. Il a aussi monté des projets assez fous, comme celui autour de la Route de la soie (Silk Road) avec des musiciens asiatiques et moyen-orientaux pour des échanges culturels, des commandes d’œuvres et de concerts ou sa collaboration avec des membres du peuple de la brousse du Kalahari, en Afrique. Sur un plan plus politique, Yo-Yo Ma a joué en duo avec Condoleeza Rice, secrétaire d’État des États-Unis et par ailleurs excellente pianiste, et a créé une pièce spécialement écrite par son ami le compositeur John Williams pour l’investiture du président Barack Obama.

Né à Paris, Yo-Yo Ma commence à étudier la musique avec son père, puis au conservatoire de Saint-Germain-en-Laye avec une élève du grand Paul Bazelaire, un des meilleurs représentants de l’école du violoncelle français. Yo-Yo Ma poursuit ses études avec János Scholz et Leonard Rose à la Juilliard School de New York où ses parents s’établissent. Devenu citoyen américain, il a 18 ans lorsque Leonard Bernstein le présente dans des émissions pour la télévision qui lancent immédiatement sa carrière.

Le succès ne le quittera plus. Pendant deux saisons, Yo-Yo Ma participe, au Carnegie Hall de New York et au Kennedy Center de Washington, à une fameuse série de concerts sous l’égide de « Isaac Stern et ses amis ». Il remporte des prix dans le monde entier, multipliant concerts et enregistrements pour CBS-SONY CLASSICAL.

Si Yo-Yo Ma a accumulé les expériences musicales et philosophiques, c’est dans les Six Suites pour violoncelle solo de Bach qu’il trouve la racine de sa propre réflexion. « Bach sait qu’il est impossible d’atteindre l’infini », dit-il, « mais il nous en montre le chemin. » Lorsqu’on lui reproche son multiculturalisme, Yo-Yo Ma fait encore référence à Bach dont les influences musicales étaient elles aussi multiples, entre la sarabande africaine, la gigue celtique ou le menuet français. « Les six mouvements d’une suite sont comme six frères et sœurs qui ont chacun leur caractère mais forment une famille », ajoute-t-il.

Conscient que chaque époque, que chaque musique, contient sa part de rêve, Yo-Yo Ma poursuit inlassablement sa quête de musique dans le monde entier, passant sans complexe du Concerto de Dvorak avec le Boston Symphony à des musiques qu’il joue avec une peuplade du Kalahari. Faire revenir la culture au centre de la vie est le combat permanent de ce « Messager de la paix » distingué par l’ONU en 2006. Yo-Yo Ma s’engage à être utile et à porter le message de la musique dans des lieux aussi improbables que des prisons, des hôpitaux, des gares, des places publiques ou des centres commerciaux.

Son jeu lumineux, sa sonorité puissante et son lyrisme joyeux ont fait de Yo-Yo Ma un des meilleurs violoncellistes du monde qui continue à construire une très vaste et éclectique discographie depuis des années. © François Hudry/QOBUZ/juillet 2018


La playlist

Lire plus

Discographie

147 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 7
1 sur 7

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums