Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

Alternatif et Indé - Paru le 1 décembre 2014 | Matador

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Téléchargement indisponible
Paru en octobre 1993, Painful est sans doute le meilleur résumé des aventures de Yo La Tengo au pays du rock indé. Pris entre les démons de Sonic Youth, du Velvet Undergound et de la folk music, le trio d’Hoboken réussit ici à fusionner toutes ses influences pour obtenir une lave en fusion de folk furieux, aux légers accents de shoegazzing. Un art réellement magique notamment dans les ballades. Paraissant en décembre 2014 à l’occasion des trente ans de Yo La Tengo, cette Deluxe Edition subtilement (re)baptisée Extra Painful propose, en plus de l’album de 1993, de très nombreuses démos, versions acoustiques, titres live et autres inédits. Paré de la sorte, ce sixième album studio de Georgia Hubley, Ira Kaplan et James McNew se doit de trôner dans toute discothèque idéale de fan d’indie rock anglo-saxon. © MD/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 1997 | Matador

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Actif depuis le milieu des années 80, Yo La Tengo est l’un des groupes les plus originaux de sa génération. Le tandem d'Hoboken, dans le New Jersey, très influencé par le Velvet Underground, apparaît surtout comme un rêve humide de rock critic grâce à ses savants jonglages d’influences. En 1990, Ira Kaplan (ex-rock critic justement) et Georgia Hubley s’amuseront même à revendiquer leur éclectisme lettré sur Fakebook, une collection de reprises de chansons – obscures de préférence – signées notamment Gene Clark, Daniel Johnston, Cat Stevens, John Cale, Kinks, Flamin’ Groovies et NRBQ. Huitième album paru en avril 1997 sur le label Matador, I Can Hear the Heart Beating as One enfonce un peu plus le clou de ses références disparates en proposant carrément des séquences de bossa-nova (Center of Gravity) voire de krautrock (Spec Bebop). Pour lier tout ça, Yo La Tengo garde ses deux mains bien plaquées sur les fondamentaux de la pop (ils reprennent Little Honda des Beach Boys) et du rock’n’roll éternels, carburant principal de leur musique. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 1990 | Bar None Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Recommending Fakebook as the best place to begin a relationship with Yo La Tengo is slightly disingenuous, mainly because Yo La Tengo has never made another record like it, and perhaps never will. So, as completely wonderful as this record is, it's an accurate representation of one side of Yo La Tengo, and assuming that everything sounds like Fakebook might be disappointing. A collection of cover songs that lean toward the idiosyncratic (e.g., Peter Stampfel, Daniel Johnston, Jad Fair), Fakebook is warm, low-key, and lovely, with heartfelt singing and playing that never flags after hundreds of replays. It's impossible to imagine playing this record and not smiling and singing along. A big bonus is a great version of the Flamin' Groovies' "You Tore Me Down." © John Dougan /TiVo
A partir de :
CD3,24 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 octobre 2020 | Matador

En activité depuis le milieu des années 80, Yo La Tengo est un drôle de groupe. Sans génie, limité, un peu laborieux, mais attachant car travailleur, cultivé et bon élève appliqué. Le trio s’est toujours montré plus à l’aise pour digérer ses influences (des Byrds au Velvet Underground, en gros) que pour devenir lui-même influent. Sa discographie est pleine de reprises, et c’est souvent là que Yo La Tengo donne le meilleur de lui-même : en s’inspirant des autres. Sleepless est encore un disque de cinq reprises, plus un morceau original. Ces chansons furent diffusées à tirage limité en 2019, pour une exposition de l’artiste japonais Yoshitomo Nara. Les reprises vont des Delmore Brothers (un groupe de bluegrass des années 50) aux Byrds, en passant par Dylan, Ronnie Lane et The Flying Machine. Parfois versé dans le rock qui fait du bruit (son côté Velvet), Yo La Tengo montre ici son versant bucolique, tout en guitares acoustiques, harmonies vocales et ambiances country relax (son côté Byrds). Rien de neuf ni d’indispensable, mais c’est doux et confortable comme la vieille chemise en flanelle à carreaux qu’on garde depuis 1992 et qu’on ressort du placard une fois l’an. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 août 2015 | Matador

Alors qu’ils viennent de célébrer leurs trente années de carrière, les Yo La Tengo reviennent avec un nouvel album intitulé Stuff Like That There qui ne fait que les conforter dans leur statut d’icône de la scène rock indépendante américaine. Rares sont les groupes qui font autant l’unanimité dans la critique, et ce n’est sûrement pas ce disque qui mettra fin à cet encensement général. Le trio composé d’Ira Kaplan, Georgia Hubley et James McNew redevient quartet avec le retour de l’ancien membre Dave Schramm à la guitare électrique et c’est avec ce nouveau lineup que ces musiciens originaires du New Jersey revisitent le concept qu’ils avaient déjà mis en œuvre avec leur album Fakebook (1990) : un mélange de reprises et de versions retravaillées de leur propre répertoire ainsi que des titres inédits. Les Yo La Tengo ont choisi ici de s’attaquer à des œuvres de The Cure, des Lovin’ Spoonful, ou encore de Hank Williams. La fraîcheur des débuts est encore présente… un exploit que la bande à Kaplan réalise avec la même facilité qu’à ses habitudes. © LG/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 février 2000 | Matador

A partir de :
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 mars 2018 | Matador

Hi-Res
Révolution de coton pour Yo La Tengo. Après Stuff Like That There (2015) relisant avec douceur leurs propres titres ou ceux des autres, ce quinzième opus passe sous sédatifs. La formation emmenée depuis 1986 par le couple Ira Kaplan et Georgia Hubley, de retour en trio avec le bassiste James McNew, rentre dans une hibernation calme et apaisée. Réduite à l’essentiel, l’instrumentation vogue ci et là sur des vapeurs shoegaziennes (What Chance Have I Got, Dream Dream Away), vers des cordes folk tendres (She May, She Might), des ressacs bossa (Esportes Casual), couchant même sous les tropiques (Polynesia #1). Maracas, percussions chaudes et lentes, voix basses et ouatées, basse au ralenti, guitares chuchotantes dessinent un opus méditatif, plus proche d’Alice Coltrane que du funk déglingué et vénéneux du There’s a Riot Going On de Sly & The Family Stone (1971) mais tout aussi stone. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 mai 1995 | Matador

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 octobre 1993 | Matador

Yo La Tengo est à la fois le prototype du groupe de rock américain indépendant et un cas à part dans ce rayon où  fait il fait figure d'aîné éclairé (de par les multiples reprises montrant son érudition) et d'éclaireur farouchement autonome depuis 1986. En digne descendant d'une lignée qui va de The Velvet Underground à Sonic Youth, le trio de départ (étendu ou resserré au fil des disques) conçoit un album séduisant à plusieurs niveaux pour les amateurs de curiosités qui trouveront là de multiples perles. Painful s'ouvre sur une lente et rêveuse introduction (« Big Day Coming ») contrebalancée par une version bruitiste en fin de parcours. Entre ces extrêmes se déploie un éventail de belles variations, de l'électrique et excitant « From a Motel 6 » à la mélodie barbelée de « Double Dare », du murmure élégiaque de « Nowhere Near » à la simple ballade « A Worrying Thing ».Avec Painful, Yo La Tengo signe l'un des grands albums de la scène indépendante des années 1990 et entre dans le club restreint des groupes favoris de la critique spécialisée. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015
A partir de :
HI-RES4,46 €
CD3,24 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 juillet 2020 | Matador

Hi-Res
A partir de :
CD16,59 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 novembre 2013 | Matador

Les décennies passent et Yo La Tengo s’applique, avec la même régularité, à construire une œuvre cohérente et attachante, faisant du trio d’Hoboken l’un des groupes de la scène indé américaine les plus respectés. Ce Fade ne déroge non seulement pas à la règle mais s’impose comme l’un des disques les plus consistants qu’aient conçu Georgia Hubley, Ira Kaplan et James McNew. Un opus produit John MacEntire, alias Monsieur Tortoise, et qui tout en conservant une certaine filiation avec le Velvet Undergound – principale influence de Yo La Tengo – propose un ton et une ambiance très personnels. © CM/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 septembre 2006 | Matador

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 avril 2003 | Matador

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 janvier 2013 | Matador

Les décennies passent et Yo La Tengo s’applique, avec la même régularité, à construire une œuvre cohérente et attachante, faisant du trio d’Hoboken l’un des groupes de la scène indé américaine les plus respectés. Ce Fade ne déroge non seulement pas à la règle mais s’impose comme l’un des disques les plus consistants qu’aient conçu Georgia Hubley, Ira Kaplan et James McNew. Un opus produit John MacEntire, alias Monsieur Tortoise, et qui tout en conservant une certaine filiation avec le Velvet Undergound – principale influence de Yo La Tengo – propose un ton et une ambiance très personnels. © CM/Qobuz

Alternatif et Indé - Paru le 10 septembre 1996 | Matador

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 février 1992 | Alias

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 septembre 2009 | Matador

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 juin 2011 | Egon Records

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 août 2020 | Matador

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 mars 2018 | Matador

Révolution de coton pour Yo La Tengo. Après Stuff Like That There (2015) relisant avec douceur leurs propres titres ou ceux des autres, ce quinzième opus passe sous sédatifs. La formation emmenée depuis 1986 par le couple Ira Kaplan et Georgia Hubley, de retour en trio avec le bassiste James McNew, rentre dans une hibernation calme et apaisée. Réduite à l’essentiel, l’instrumentation vogue ci et là sur des vapeurs shoegaziennes (What Chance Have I Got, Dream Dream Away), vers des cordes folk tendres (She May, She Might), des ressacs bossa (Esportes Casual), couchant même sous les tropiques (Polynesia #1). Maracas, percussions chaudes et lentes, voix basses et ouatées, basse au ralenti, guitares chuchotantes dessinent un opus méditatif, plus proche d’Alice Coltrane que du funk déglingué et vénéneux du There’s a Riot Going On de Sly & The Family Stone (1971) mais tout aussi stone. © Charlotte Saintoin/Qobuz

L'interprète

Yo La Tengo dans le magazine