Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 mai 2013 | XL Recordings

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Le cap du difficile deuxième album franchi, Vampire Weekend se devait non seulement d’avancer mais surtout d’évoluer. Et Modern Vampires Of The City est une réelle évolution dans la (jeune) vie du (jeune) combo new-yorkais. Les légères touches ethniques très Talking Heads ont désormais disparues au profit d’une pop de plus en plus léchée, tant dans ses mélodies et ses harmonies, que dans ses sons. Dans les ballades, la bande d’Ezra Koenig fait des merveilles et dans les titres plus up tempo, elle est d’une rare efficacité. © CM/Qobuz
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 mai 2013 | XL

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Le cap du difficile deuxième album franchi, Vampire Weekend se devait non seulement d’avancer mais surtout d’évoluer. Et Modern Vampires Of The City est une réelle évolution dans la (jeune) vie du (jeune) combo new-yorkais. Les légères touches ethniques très Talking Heads ont désormais disparu au profit d’une pop de plus en plus léchée, tant dans ses mélodies et ses harmonies, que dans ses sons. Dans les ballades, la bande d’Ezra Koenig fait des merveilles et dans les titres plus up tempo, elle est d’une rare efficacité. © CM/Qobuz
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 janvier 2008 | XL Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Vampire Weekend a introduit ce qu’il appelle l’"Upper West Side Soweto" (quartier du nord ouest de Soweto), une collision de rock indé, de musique de chambre et d’afro-pop. L’album ressemble parfois à une tentative de traduire un film de Wes Anderson en musique : il est lui aussi à la fois précieux et aventurier et profondément sensible au détail. La grammaire érudite ("Oxford Comma") et l’architecture ("Mansard Roof") sont autant de tremplins pour leurs chansons qui concilient mélodies irrésistibles, rythmes épineux et lignes de basse syncopées. Les Vampire Weekend en arrivent à citer Peter Gabriel (même s’ils ont manifestement passé plus de temps auprès de l'album Graceland de Paul Simon) sur "Cape Cod Kwassa Kwassa" sans que cela ne semble nullement tiré par les cheveux. Ce groupe est malin, mais pas trop malin, et cela ne peut que lui réussir. © Heather Phares /TiVo
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 janvier 2010 | XL Recordings

Distinctions Pitchfork: Best New Music
Sur Contra, Vampire Weekend fait cohabiter le plus naturellement du monde Auto-Tune, guitares live, boissons mexicaines, riffs jamaïcains et cordes Upper West Side. "Horchata" réunit un beat à quatre temps, de la sanza, une basse-synthé élastique et une accumulation d’harmonies : un peu de tout à l’exception des guitares alertes qui définissaient leur premier album. "Diplomat’s Son" ajoute des samples de M.I.A. et de Toots & the Maytals (exactement ce que l’on s’attend à trouver dans l’iPod d’un jeune globe-trotter) à une pop de chambre nostalgique. Mais Vampire Weekend raconte aussi des histoires telles qu’"Holiday", une protestation contre la guerre en Irak accompagnée de guitares sales, et la joie qui explosait dans Vampire Weekend resurgit dans "White Sky", dont la mélodie est tellement irrésistible que Paul Simon en personne serait bien tenté de l’emprunter. © Heather Phares /TiVo
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 mai 2019 | Columbia

Hi-Res
En un peu plus d’une décennie, Vampire Weekend a pris son temps. Après l’éponyme Vampire Weekend (2008), Contra (2010) et Modern Vampires of the City (2013), la bande d’Ezra Koenig sort enfin d’un gros silence de six années ponctuées par le départ du très influent Rostam Batmanglij, qui a sorti en solo l’excellent Half-Light en 2017… Dernier album studio en date, Modern Vampires of the City était une sacrée évolution dans la vie du combo new-yorkais. Les touches ethniques très Talking Heads avaient disparu au profit d’une pop plus léchée, tant dans ses mélodies et ses harmonies que dans ses sons.Désormais cerveau quasi solitaire du groupe, Koenig, qui a quitté NY pour LA, confirme avec Father of the Bride sa boulimie stylistique. Son fil conducteur reste évidemment très pop mais chacune des 18 chansons offre un paysage différent. Il y a de tout dans ce disque copieux. Du Beatles, Beach Boys, Fleetwood Mac, Supertramp, Paul Simon, Wilco, Grateful Dead et mille autres influences. Même côté invités, Vampire Weekend fait dans le 360° avec, entre autres, la pedal steel et la guitare impressionniste de Greg Leisz, la voix de Danielle Haim d’HAIM, la guitare de Dave Longstreth des Dirty Projectors, Steve Lacy de The Internet et même Rostam, rentré au bercail sur deux titres. Au point qu’au fil des écoutes, on se demande si Ezra Koenig ne signe pas ici son “double blanc” (le plus éclectique des disques des Beatles) à lui tout seul… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES25,99 €
CD21,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 mai 2019 | Columbia

Hi-Res
En un peu plus d’une décennie, Vampire Weekend a pris son temps. Après l’éponyme Vampire Weekend (2008), Contra (2010) et Modern Vampires of the City (2013), la bande d’Ezra Koenig sort enfin d’un gros silence de six années ponctuées par le départ du très influent Rostam Batmanglij, qui a sorti en solo l’excellent Half-Light en 2017… Dernier album studio en date, Modern Vampires of the City était une sacrée évolution dans la vie du combo new-yorkais. Les touches ethniques très Talking Heads avaient disparu au profit d’une pop plus léchée, tant dans ses mélodies et ses harmonies que dans ses sons.Désormais cerveau quasi solitaire du groupe, Koenig, qui a quitté NY pour LA, confirme avec Father of the Bride sa boulimie stylistique. Son fil conducteur reste évidemment très pop mais chacune des 18 chansons offre un paysage différent. Il y a de tout dans ce disque copieux. Du Beatles, Beach Boys, Fleetwood Mac, Supertramp, Paul Simon, Wilco, Grateful Dead et mille autres influences. Même côté invités, Vampire Weekend fait dans le 360° avec, entre autres, la pedal steel et la guitare impressionniste de Greg Leisz, la voix de Danielle Haim d’HAIM, la guitare de Dave Longstreth des Dirty Projectors, Steve Lacy de The Internet et même Rostam, rentré au bercail sur deux titres. Au point qu’au fil des écoutes, on se demande si Ezra Koenig ne signe pas ici son “double blanc” (le plus éclectique des disques des Beatles) à lui tout seul… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 janvier 2019 | Columbia

Hi-Res
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 avril 2019 | Columbia

HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 mars 2019 | Columbia

Hi-Res
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 octobre 2007 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 novembre 2009 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 juin 2010 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 août 2010 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 mars 2014 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 mars 2013 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 février 2008 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 août 2010 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 janvier 2010 | XL Recordings

L'interprète

Vampire Weekend dans le magazine
  • Vampire Weekend, la pop de A à Z
    Vampire Weekend, la pop de A à Z Après 6 ans d'absence, la bande (remaniée) d'Ezra Koenig signe un 4e album ultra-éclectique...
  • QIBUZ / Lundi 27 janvier 2014
    QIBUZ / Lundi 27 janvier 2014 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, n...
  • La Minute Qobuz #16
    La Minute Qobuz #16 Cette semaine, La Minute Qobuz présente le palmarès des meilleurs albums de 2013 choisis par celles et ceux qui font notre site !
  • Les meilleurs albums de 2013 selon les médias anglo-saxons
    Les meilleurs albums de 2013 selon les médias anglo-saxons Les grands médias anglo-saxons – web et presse – commencent à publier leur Top 50 des meilleurs albums de l’année 2013 : pour Uncut, Mojo, Q, le NME, Paste, Stereogum, Spin, Gorilla vs. Bear et Rol...