Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Jazz - Paru le 19 mai 2017 | Sam Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Jazzwise Five-star review
Any occasion for unreleased Thelonious Monk recordings is one for celebration. The discovery of his excellent soundtrack sessions for Roger Vadim's film Les Liaisons Dangereuses 1960, an adaptation of Pierre Choderlos de Laclos' 18th century novel, happened by accident. Producers Zev Feldman, François Le Xuan, and Frederic Thomas found these tapes while searching French saxophonist Barney Wilen's manager's archives in search of unreleased material. What they found were the original soundtrack and full sessions cut in New York during a single day in 1959 -- the same fertile year that yielded the Monk's At Town Hall; 5 by Monk by 5, and Thelonious Alone in San Francisco. Like these recordings, this soundtrack showcases Monk at the very top of his game. For various reasons including health issues and legal troubles, Monk had no time to travel or compose original music for the film. For this session he brought along tunes from his repertoire -- as was his wont throughout his career -- and reinvented them for the film with his working quartet of saxophonist Charlie Rouse, drummer Art Taylor, and bassist Sam Jones, with the addition of Wilen (who should be far better known to American jazz fans). The album is one of the only occasions in the pianist's discography where he employed two tenor players: the other was Thelonious Monk at the Blackhawk, with Harold Land alongside Rouse. The first of these two discs includes the actual soundtrack music as used in sequence, but never released. "Rhythm-a-Ning" is followed by "Crepuscule with Nellie" (his wife was in the studio), "Six in One," and "Well You Needn't," all of which are sprightly and at times even hot. There are two solo takes of "Pannonica" also used along with a quintet version. It is notable to note that Baroness Pannonica de Koenigswarter, Monk's friend and patron, was also present. "Ba-Lue-Bolivar Ba-Lues-Are" is followed by a brief "Light Blue" and the short gospel hymn "By and By," which makes its first-ever appearance here. Disc two contains alternate takes, a pair of masters for a 45 rpm single, an edited version of "Well You Needn't," and the jewel: a 14-minute in-process recording of "Light Blue" complete with studio dialogue. It's a cousin to the making of "'Round Midnight" with Gerry Mulligan that showed up in the '80s: A one-of-a-kind revelatory document. This music was not only professionally recorded, but preserved with archival standards, making for an excellent fidelity reproduction. This handsome package contains a plethora of liner essays including one by Robin D.G. Kelley, author of Thelonious Monk: The Life and Times of an American Original. There are loads of photos in black-and white and color; all are intimate, and as revelatory as the music. This was made available during the centennial anniversary of Monk's birth; and given its quality, it makes for one of the most important jazz discoveries in recent years. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1987 | Riverside

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Le top 6 JAZZ NEWS - Qobuz Référence
A partir de :
CD15,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | Legacy Recordings

Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Thelonious Monk a 34 ans lorsqu’il traverse pour la première fois l’Atlantique. En cette année 1954, le pianiste américain déjà considéré comme un grand novateur est l’invité du Salon du Jazz qui se tient à Pleyel où il se produit avec le batteur Jean-Louis Viale et le contrebassiste Jean-Marie Ingrand. Cet album qui parait en 2017, année du centenaire Monk, propose certes la captation de cinq titres de cette prestation mais son véritable intérêt est ailleurs : Thelonious Monk seul au piano que le producteur André Francis a la judicieuse idée d’enregistrer. D’autant plus judicieuse que le musicien n’avait jusqu’ici jamais enregistré en solitaire. Et le feu d’artifice est total ! Entendre une telle musique mêlant chaos et passion, humour et intelligence, c’est regarder un funambule au bord de la chute mais qui évidemment ne tombe jamais. Sans parler du génie des compositions ! Tout l’art de Monk est déjà là. Dans cette promenade parisienne de 1954 qui sonne toujours aussi moderne bien des décennies plus tard… © MZ/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 juillet 2014 | CM BLUE NOTE (A92)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès ses débuts comme leader à la fin des années 40, tout est déjà là ! Jeu cubiste, décrochages déroutants, déconstruction mélodique, sens inédit du rythme, compositions géniales (Straight No Chaser, Round About Midnight, Well You Needn’t et Ruby My Dear sont sur ces enregistrements historiques !), Thelonious Monk embarque le piano vers des cieux avant-gardistes où la dissonance est belle et la perversion mélodique ingénieuse. Une modernité toutefois respectueuse d’une certaine tradition. Juste que le pianiste américain, dans son écriture comme dans son jeu, se joue des règles du jeu. Et dès ces faces historiques pour le label Blue Note, il est simplement en train d’inventer ce qui deviendra le jazz moderne. Essentiel et toujours aussi… moderne ! © MZ
A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2002 | Columbia - Legacy

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pour son premier album pour le label Columbia, Monk frappe un grand coup sur la table. Epaulé par le saxophoniste Charlie Rouse, le contrebassiste John Ore et le batteur Frankie Dunlop, le pianiste revisite essentiellement des thèmes déjà enregistrés ou joués sur scène précédemment mais rarement offerts dans un contexte aussi créatif. Et les acrobaties rythmiques auxquels se livrent les quatre hommes sont tout bonnement époustouflantes. C’est surtout l’entente, un jazz réellement conçu à quatre, qui prédomine ici. Nous ne sommes qu’en 1962 et la modernité de la musique de Monk’s Dream est un pur rêve. Essentiel.
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 3 mars 2003 | CM BLUE NOTE (A92)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès ses débuts comme leader à la fin des années 40, tout est déjà là ! Jeu cubiste, décrochages déroutants, déconstruction mélodique, sens inédit du rythme, compositions géniales (Straight No Chaser, Round About Midnight, Well You Needn’t et Ruby My Dear sont sur ces enregistrements historiques !), Thelonious Monk embarque le piano vers des cieux avant-gardistes où la dissonance est belle et la perversion mélodique ingénieuse. Une modernité toutefois respectueuse d’une certaine tradition. Juste que le pianiste américain, dans son écriture comme dans son jeu, se joue des règles du jeu. Et dès ces faces historiques pour le label Blue Note, il est simplement en train d’inventer ce qui deviendra le jazz moderne. Essentiel et toujours aussi… moderne ! © MZ
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Jazz - Paru le 3 mars 2003 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès ses débuts comme leader à la fin des années 40, tout est déjà là ! Jeu cubiste, décrochages déroutants, déconstruction mélodique, sens inédit du rythme, compositions géniales (Straight No Chaser, Round About Midnight, Well You Needn’t et Ruby My Dear sont sur ces enregistrements historiques !), Thelonious Monk embarque le piano vers des cieux avant-gardistes où la dissonance est belle et la perversion mélodique ingénieuse. Une modernité toutefois respectueuse d’une certaine tradition. Juste que le pianiste américain, dans son écriture comme dans son jeu, se joue des règles du jeu. Et dès ces faces historiques pour le label Blue Note, il est simplement en train d’inventer ce qui deviendra le jazz moderne. Essentiel et toujours aussi… moderne ! © MZ
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1987 | Original Jazz Classics

Distinctions Le top 6 JAZZ NEWS
With the robust ambience of Fugazi Hall in San Francisco at his disposal, Thelonious Monk recorded ten unaccompanied tracks over two days to create a long-awaited sequel to his immensely endearing Thelonious Himself long-player. As had become somewhat customary for Monk, he brought with him a healthy sampling from his voluminous back catalog, cover tunes, as well as a few new compositions. What is most immediately striking about these recordings is the rich and accurate sound stage at Fugazi Hall. The overtones are rich and thoughtful in their ability to animate Monk's recreations of some of his most endearing works, such as the pair that opens this set. "Blue Monk" still retains the proud stride and walking blues heritage of previous renderings. Adding a bit of off-tempo improvisation, Monk propels and emphasizes the rhythmic swing even harder. He is obviously also enjoying what he is hearing. The audible maturity guiding Monk through the familiar, albeit offbeat, chord progressions of "Ruby, My Dear" is striking. His nimble reflexes and split-second timing render this version superior. Again, the sound of the hall offers even more to enjoy from this performance. It is unfortunate that the playful solitude of "Round Lights" was never revisited. This freeform composition is framed within a blues structure, yet reveals all of the slightly askew freedom of a Monk original. The recreation of an old 1920s hit, "There's Danger in Your Eyes, Cherie," is another of the highlights from Thelonious Alone in San Francisco that was never recorded again by Monk. The noir qualities are immeasurably enhanced by Monk's oblique phrasings as well as the eerie resonance of the Fugazi. This is an absolute must-own recording -- Monk enthusiast or not. © Lindsay Planer /TiVo
A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2002 | Columbia - Legacy

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note (BLU)

Distinctions Qobuz Référence
1969, dernier concert de Thelonious Monk à Paris, malgré la fatigue et une santé qui commence à lui faire défaut, le pianiste est ici en très grande forme. Son orchestre l'a quitté en partie, seul reste son fidèle saxophoniste, Charlie Rouse. Le contrebassiste et le batteur (respectivement : Lloyd Hygelund à la contrebasse et Paris Wright à la batterie) sont de très jeunes musiciens (le batteur a 17 ans) embauchés le temps d'une tournée, ils swinguent dur mais n'en laisseront pas pour autant une trace indélébile. Ce concert démontre combien ce pianiste essentielle de l'histoire du jazz moderne a bien joué tout au long de sa vie dans une cohérence artistique sans faille.
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Jazz - Paru le 18 septembre 2020 | Legacy Recordings

Hi-Res
L’Amérique est sous tension durant les semaines qui suivent l’assassinat de Martin Luther King Jr en avril 1968. La ville universitaire californienne de Palo Alto, majoritairement blanche, n’est pas épargnée. Âgé de seulement 16 ans, Danny Scher du lycée local décide d’organiser un concert pour stimuler la cohésion raciale et collecter des fonds pour le Comité international de son école avec le rêve ultime d’y faire jouer un certain Thelonious Monk. Si le pianiste accepte, le lycéen peine à faire entendre au public que Monk sera bien présent en chair et en os. Le concert donné dimanche 27 octobre 1968 sera finalement un triomphe (local). Enfin publié cinquante-deux ans plus tard, c’est un document passionnant. Thelonious Monk n’est pourtant pas au sommet de sa forme au moment des faits. Sa cote est plutôt à la baisse entre un jazz-fusion dominant et une avant-garde qui ne jure que par le free. Quant à ses soucis de santé, notamment sa bipolarité qui s’accentue, ils n’arrangent rien. Ce jour d’automne pourtant, il se lance dans l’arène avec une vigueur impressionnante. Entouré des fidèles Charlie Rouse au saxophone, Larry Gales à la contrebasse et Ben Riley à la batterie (son solo sur Well, You Needn't est à tomber), le pianiste fonce tête baissée et donne des versions vraiment habitées de ses classiques. Vu les conditions, la captation faite alors par le gardien du lycée n’est pas un sommet d’audiophilie mais reste un travail plus qu’honnête. Le piano sur lequel s’acharne Monk n’est pas non plus une Rolls. Mais qu’importe, la musique qui résonne dans ce lycée californien fait vite oublier ces détails techniques. Une belle résurrection. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Jazz - Paru le 27 août 1996 | Columbia - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES10,49 €
CD7,49 €

Jazz - Paru le 15 avril 1968 | Columbia

Hi-Res
A partir de :
HI-RES9,99 €
CD6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1961 | Jazzland

Hi-Res Livret
A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 19 août 2003 | Columbia - Legacy

A partir de :
HI-RES25,49 €
CD17,99 €

Jazz - Paru le 15 décembre 2017 | Prestige

Hi-Res Livret
Etonnant d’entendre que dès l’aube des années 50, Thelonious Monk n’était déjà pas un pianiste comme les autres. Un musicien comme les autres, même… Avec The Complete Prestige 10-Inch LP Collection, ce sont les cinq 10-Inch gravés pour le label Prestige qui sont réunis, restaurés et remasterisés à partir des bandes d’origine par Joe Tarantino : Thelonious Monk Trio: Thelonious (1952), Thelonious Monk Quintet Blows For LP, Featuring Sonny Rollins (1953), Thelonious Monk Quintet (1954), Thelonious Monk Plays (1954) et Sonny Rollins and Thelonious Monk (1954). Artistiquement, Monk est déjà en état de grâce alors que l’époque n’est pas la plus joyeuse pour le musicien à qui la justice a retiré sa carte professionnelle, l’empêchant ainsi de se produire dans les clubs new-yorkais. Mais le contrat phonographique que Bob Weinstock lui fait signer pour Prestige lui permet de briller pendant ce temps dans les studios d’enregistrement. On sent alors le musicien visionnaire plus affamé que jamais. Aventurier aussi. Pour ne pas dire à l’avant-garde du jazz de son temps. Déjà, sur ses quelques enregistrements pour Blue Note effectués entre la fin des années 40 et 1952, Monk prenait les routes du jazz à contre-sens mais sans jamais sortir de la route. Ici l’affaire est encore plus impressionnante. Surtout dans les pistes avec un autre génie, Sonny Rollins, lui aussi bien décidé à bousculer les codes d’un genre musical vivant alors parmi ses heures les plus intenses et révolutionnaires. © MD/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 15 avril 2019 | RevOla

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 juin 2006 | Riverside

Hi-Res Livret
1957. Deux géants du jazz se retrouvent de nombreux soirs durant sur la scène du Five Spot Café. A l’aube de cette avalanche de concerts new-yorkais, ils se rendent en studio pour graver une dizaine de compositions en trio, quartet et septet. Incroyable mais vrai, ces sessions réalisées avec notamment Art Blakey, Wilbur Ware, Coleman Hawkins, Shadow Wilson, Ray Copeland et Gigi Gryce, seront les seules qui réuniront Thelonious Monk et John Coltrane. Si ce tandem fait évidemment rêver, il faut garder à l’esprit qu’à l’époque, la star c’est Monk ! Coltrane est certes un nom qui circule chez les spécialistes mais son aura est loin d’être celle à venir. « Travailler avec Monk, racontera plus tard le saxophoniste au magazine DownBeat, c’était me retrouver à côté d’un architecte musical du plus grand ordre. J’ai appris de lui dans tous les sens du terme. » Comme son nom l’indique, ce Complete 1957 Riverside Recordings réunit toutes les prises de cette session composée de thèmes quasiment tous signés Monk. Prises principales, faux départs, versions alternatives, conversations de studio, tout est là ! Un document assez fascinant, surtout pour la façon qu’a ici le pianiste d’accueillir tous ses jeunes complices dans son univers musical si singulier, si ouvert et si libre. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Jazz - Paru le 12 août 1963 | Columbia - Legacy

Hi-Res
A partir de :
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1955 | Prestige

Hi-Res Livret
This disc contains an all-star cast headed up by Thelonious Monk (piano) and includes some collaborative efforts with Sonny Rollins (tenor sax) that go beyond simply inspired and into a realm of musical telepathy. The five tunes included on Work are derived from three separate sessions held between November of 1953 and September of the following year. As is often the case, this likewise means that there are three distinct groups of musicians featured. Whether by design or happenstance, the tracks compiled for this EP present Monk in the favorable confines and settings of smaller combos, ranging from the intimacy of the Percy Heath (bass) and Art Blakey (drums) trio on "Nutty" as well as the equally grooving title track. Both utilize Monk's uncanny and distinct sense of melody and are conspicuous for Blakey's rollicking percussive contributions -- which, at times, become thrust between Monk's disjointed chord work. The larger quartet and quintet settings are equally as inventive, retaining the highly inventive atmosphere. However, the undeniable highlight is the interaction between Monk and Rollins. Leading off the disc is a definitive and freewheeling reading of the pop standard "The Way You Look Tonight." Equally as scintillating is "I Want to Be Happy," both of which are also highlighted by Art Taylor (drums) and Tommy Potter (bass). They provide a supple and unencumbered framework for the soloists to weave their inimitable and often contrasting contributions. The final track is the beautifully dissonant and extended "Friday the Thirteenth," which is ironically the first fortuitous collaboration between the two co-leads. Rollins is able to entwine a sinuous lead throughout Monk's contrasting chord counterpoint. Enthusiasts seeking additional tracks from these and the remainder of Monk's sessions during his brief residency with Prestige should consider the suitably titled four-CD Complete Prestige Recordings compilation. © Lindsay Planer /TiVo