Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Gramophone Award - Discothèque Idéale Qobuz
La musique de Paul Hindemith pose toujours un sérieux problème aux Français. Souvent perçu comme un "Herr Professor" académique et ennuyeux, il reste dans l'ombre de nombre de ses contemporains. Voilà un album qui balaie définitivement ce genre d'idée. Ecrites entre 1921 et 1927, ces 8 Kammermusik sont destinées à de petits effectifs dans un esprit de musique de chambre. Leur variété instrumentale (quintette à vents, piano et orchestre, violoncelle et orchestre, violon et orchestre, alto et orchestre à vents, viole d'amour et orchestre de chambre, orgue et orchestre de chambre), la diversité de l’écriture en font des petits bijoux finement ciselés par les exceptionnels musiciens du Concertgebouw d'Amsterdam, sous la direction inspirée, fine et ferme de Riccardo Chailly. Une excellente manière de revoir nos préjugés. FH
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pendant vingt années, Stravinski accompagna, tout au long de son contrat Decca, le chef italien Riccardo Chailly. En fait, en 1979, le label Dischi Ricordi missionnait le jeune loup de la direction d’orchestre italienne pour l’enregistrement de 3 LP dédiés à Stravinski, probablement en vue du dixième anniversaire de la mort du compositeur (1981). Enregistré aux CTS Studios, de Wembley, les 28 et 29 août avec le London Sinfonietta, le premier fut justement publié en juillet 1980 chez Dischi Ricordi, avant que la suite des enregistrements avec l’orchestre de chambre anglais (réalisée entre le 28 juin et 2 juillet 1980, et incluant les Trois Pièces pour clarinette, la Fanfare for a New Theater, l’Octuor, le Divertimento, les Suites pour petit ensemble Nos. 1 & 2, la Suite de L’Histoire du soldat, et Renard) ne soit définitivement cédée à Decca qui les publia au fil des années 1980. Decca et Riccardo Chailly poursuivirent leur exploration de l’œuvre du compositeur, marquant souvent les esprits, avec notamment une version superlative de The Rake’s Progress où figure notamment le mémorable Philip Langridge. Cet album avec l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam rassemble le ballet Pétrouchka (enregistrement des 11-12 octobre 1993), et l’intégralité de Pulcinella (19 octobre 1992). Peu connu en définitive, il demeure sans doute le meilleur des enregistrements Stravinski réalisés en Hollande par Riccardo Chailly. Pulcinella profite d’une distribution magnifique, avec la jeune soprano Anna Caterina Antonacci, le ténor Pietro Ballo et le baryton William Shimell. Il y a beaucoup d’esprit et de lumière dans ce Pulcinella, aux rythmes acérés, à la virtuosité instrumentale généreuse (6. ou 16. Allegro, ou l’étonnant 18. Vivo). L’esprit aiguisé de Riccardo Chailly n’exagère pas le côté néo-classique de la partition, créant même de très fort parallèles, dans le son comme dans le phrasé, avec Le Tricorne de Manuel de Falla, et même avec les œuvres plus modernes du compositeur : ainsi dirigée, la Tarantella ne pourrait pas être d’un autre compositeur que celui de Pétrouchka. Toujours très fluide, la direction de Riccardo Chailly témoigne surtout d’un lyrisme tendre et réellement irrésistible, vertu peu reconnue à Stravinski, même dans ses œuvres les plus « classiques », et qualité ô combien pourtant primordiale ! On en vient à regretter que Chailly n’ait pas choisi plutôt pour son Pétrouchka la version originale, il recourt ici à la version révisée et allégée du compositeur. Avec un tel orchestre, le plaisir reste cependant complet. Voici un Pétrouchka en mode français peut-être, très légèrement badin – écoutez la Danse russe par exemple !, et puis, ces cuivres qui éructent sans vergogne ! et ce basson véritablement goguenard, comme une anticipation de l’incipit du Sacre. Passionnant, et en même temps excitant. Un disque heureux. Mieux : la musique en mode bonheur. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 16 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Vraiment, quel dommage que le reste du ballet L’Acier de Mossolov ait été perdu, et que seul nous soit parvenu le dernier mouvement – à la faveur d’un concert « à l’ouest » – ; mais quel mouvement : il s’agit de l’extravagance orchestrale La Fonderie d’acier (titre original : Usine – musique mécanique) de 1926. Le compositeur y déploie une féroce panoplie de sonorités toutes plus implacables les unes que les autres, avec force tam-tam, feuilles d’acier frappées, rails ou enclumes, sans parler des cuivres dont les instruments doivent, après ces quatre minutes, surchauffer comme une centrale nucléaire soviétique… A côté, la descente chez les Niebelungen de L’Or du Rhin semble une promenade de cueillette de pâquerettes. Il est bien regrettable que ce soit là la seule œuvre de Mossolov (une des plus tragiques victimes de la dictature soviétique, avec vacances au goulag et tout l’arsenal répressif) qui soit encore jouées. La voici dans une vision dantesque dirigée par Chailly et le Concertgebouw en grande forme. Non content de commencer en fanfare, Chailly poursuit avec la fantastique Troisième symphonie de Prokofiev, une œuvre qui rassemble bon nombre des thèmes de l’opéra L’Ange de feu (1927) – encore un ouvrage d’extravagance orchestrale. Pour finir dans la même veine, l'album ne propose rien moins qu’Arcana (1927) de Varèse, encore de quoi faire exploser l’orchestre. On aura remarqué les dates très rapprochées de ces trois chefs-d’œuvre de la musique « motorique » : sans doute l’époque était-elle à ce genre de langage. Ce disque en présente la quintessence.
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1963 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une vision très touchante de l'univers mahlerien, d'une douceur et d'une poésie inoubliables. Enregistrée à Amsterdam en 1963, cette version réunit un couple mythique dans Le Chant de la Terre, Nan Merriman et Ernst Haefliger. Eugen Jochum propose une version inhabituelle de Mahler, mais d'un équilibre sans failles. A découvrir impérativement !
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1964 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y a une sorte de réflexe de Pavlov associé à Bruckner qui a pour nom Eugen Jochum. Cet immense chef allemand laisse deux intégrales (DGG et EMI) d’une splendeur cosmique sans pareille. Il est intéressant de l’écouter ici, à la fin de sa vie, à la tête d’un des plus somptueux orchestres de la planète, le Concertgebouw d’Amsterdam, qui répond à ses moindres sollicitations avec une beauté instrumentale qui nous emmène tout droit au paradis. FH
A partir de :
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 11 octobre 2004 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
« [...] Une Inachevée captée au Concertgebouw toute en tendresse, en pudeur, mais allante, légère, à rebours du tragique wagnérien qui plombe nombre de versions. Les habituelles pages de Rosamunde sont de la même veine, la Gemütlichkeit viennoise en plus !» (Diapason, janvier 2016 / Jean-Pierre Rousseau)
A partir de :
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1952 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
« Les chefs dont la discographie est aussi riche en coups de maître, aussi pauvre en déchets que celle d’Eduard Van Beinum (1900-1959) se comptent sur les doigts d’une main. Eloquence poursuit la réédition intégrale de ses enregistrements, partagés entre Decca (1945-1953) et Philips (1954-1959). […] Les symphonies de Schubert, dont Van Beinum n’enregistra hélas jamais la "Grande", enchantent par une ductilité et une aération de chaque instant. […] l’« Inachevée » montre une science des contrechants, de l’étagement des plans, du temps musical, qui est la marque des plus grands. Formidable redécouverte, la "Tragique" s’impose par ses envoûtants jeux d’ombres […] » (Diapason, septembre 2018 / Hugues Mousseau)
A partir de :
CD69,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Orfeo

A partir de :
HI-RES11,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 11 janvier 2009 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 janvier 2008 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res
A partir de :
HI-RES31,99 €
CD27,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res Livret
A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

A partir de :
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

A partir de :
CD34,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret
Claudio Arrau, piano - Henryk Szeryng, violon - János Starker, violoncelle - Concertgebouw Orchestra - Bernard Haitink, direction / Enregistrements réalisés durant les années 1960-70 pour le label Philips
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 10 janvier 2008 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res
A partir de :
CD34,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Decca Music Group Ltd.