Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1967 | Philips

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Perhaps a bit more conscious of contemporary soul trends than her previous Philips albums, this is still very characteristic of her mid-'60s work in its eclectic mix of jazz, pop, soul, and some blues and gospel. Hal Mooney directs some large band arrangements for the material on this LP without submerging Simone's essential strengths. The more serious and introspective material is more memorable than the good-natured pop selections here. The highlights are her energetic vocal rendition of the Oscar Brown/Nat Adderley composition "Work Song" and her spiritual composition "Come Ye," on which Simone's inspirational vocals are backed by nothing other than minimal percussion. © Richie Unterberger /TiVo
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz vocal - Paru le 27 août 2013 | Bethlehem Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Réédité souvent, sous des pochettes différentes et souvent sous le titre My Baby Just Cares For Me, cet album initial de la diva Nina reste, cinquante ans après sa parution, un sommet d’évidence. Tout est là : la fluidité du piano, qui fait corps avec la chanteuse, dont la dextérité ne s’abîme jamais en trop savantes démonstrations, mais qui au contraire garde un groove de bon aloi. La science du choix des chansons, de « I Love You Porgy » tiré de Porgy and Bess à « Mood Indigo » emprunté à Duke Ellington. Le seul original est « Central Park Blues », car elle va polir son talent de compositrice, et puis il y a le monumental « My Baby Just Cares For Me ». Une chanson de 1928, écrite par Walter Donaldson et Gus Kahn, pour le musical Whopee, et qu’elle s’approprie pour toujours. Il faudra certes attendre Chanel, et le clip en animation, en 1987, pour que le morceau devienne ce sommet de la musique populaire du XXe siècle, mais il n’en reste pas moins que ces quelques minutes de musique sont d’une limpidité unique et éternelle. © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2016
A partir de :
CD14,49 €

Jazz vocal - Paru le 17 janvier 2006 | RCA - Legacy

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Paru en 1967, Nina Simone Sings The Blues fut le premier enregistrement de la chanteuse et pianiste pour le label RCA. Comme un nouveau départ assez éloigné de ce qu’elle avait proposé chez Phillips. Epaulée ici par un somptueux tandem de guitaristes (Eric Gale et Rudy Stevenson), un bassiste (Bob Bushnell), un batteur (Bernard "Pretty" Purdie), un organiste (Ernie Hayes) et un harmoniciste et saxophoniste (Buddy Lucas), Nina Simone revient aux sources d’une certaine simplicité, d’un son brut, sans fioritures aucune. Comme à l’accoutumée, elle brasse le jazz, le gospel, le folk et évidemment le blues pour en faire un style qui lui est propre. Certains instants sont de vrais sommets (sa version d’I Want a Little Sugar In My Bowl de Bessie Smith est à tomber) et rarement son chant n’avait été aussi viscéral. Un classique. © MD/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz vocal - Paru le 4 septembre 2009 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1965 | Philips

Hi-Res
One of her most pop-oriented albums, but also one of her best and most consistent. Most of the songs feature dramatic, swinging large-band orchestration, with the accent on the brass and strings. Simone didn't write any of the material, turning to popular European songsmiths Charles Aznavour, Jacques Brel, and Anthony Newley, as well as her husband, Andy Stroud, and her guitarist, Rudy Stevenson, for bluesier fare. There are really fine tunes and interpretations, on which Simone gives an edge to the potentially fey pop songs, taking a sudden (but not uncharacteristic) break for a straight jazz instrumental with "Blues on Purpose." The title track, a jazzy string ballad version of the Screamin' Jay Hawkins classic, gave the Beatles the inspiration for the phrasing on the bridge of "Michelle." © Richie Unterberger /TiVo
A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 9 octobre 2020 | RCA - Legacy

A partir de :
CD9,99 €

Jazz vocal - Paru le 5 janvier 2013 | BDMUSIC

Livret
Une exception. Une rebelle. Bref, une chanteuse de jazz à des années-lumière des clichés de la chanteuse de jazz. L’art de Nina Simone fut avant tout un cri. Un salvateur grain de sable dans une Amérique gangrénée par la ségrégation. La superbe bande-dessinée de Yumiko Hioki saisit ici à la perfection la singularité de cette grande voix qui fut aussi une grande pianiste. Un charisme total au cœur des enregistrements qui composent ce passionnant volume de la collection BD Music. Des pépites captées entre 1957 et 1962, principalement pour le label Colpix, là où elle commença à trouver une certaine forme de liberté artistique collant à sa personnalité d'indomptable. Notamment sur ses relectures de standards blues, jazz et folk où Nina Simone chante déjà comme Nina Simone et comme personne d’autre ! © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Soul - Paru le 25 juin 2021 | BMG Rights Management (UK) Ltd

Hi-Res
Comme dans le jazz ou le classique – et Nina Simone faisait très bien le grand écart entre les deux –, c’est souvent encore mieux sur scène qu’en studio. Un des meilleurs albums de Nina Simone, It Is Finished, est un live. Et ce Montreux, compilation inédite de ses passages au fameux festival de jazz, vient le rejoindre sur le podium. On y entend des extraits de ses cinq concerts sur les bords du Léman, en 1968, 1976, 1981, 1987 et 1990, liés sans problème par la qualité sonore. En 1968, c’est la seconde édition du festival et le début d’une longue relation entre Nina Simone et Montreux. Ce concert en intégralité, jusqu’alors disponible sur des rares et coûteux pressages, permet d’entendre ses grands morceaux de l’époque (de I Wish I Knew How It Would Feel to Be Free à Backlash Blues ou See-Line Woman en passant par sa reprise de Ne me quitte pas) dans des versions assez appliquées et décontractées. C’est plus tard, et notamment en 1976, que sa musique est devenue extrême, entre brise candide et déchaînement cathartique. Grande prêtresse de la soul, Nina Simone est devenue chaman, séduisante sorcière qui fait ce qu’elle veut de la musique et du public. Dans le registre de la ballade intime comme dans l’afro-jazz en transe, elle est au sommet, maîtresse de sa musique et toujours impériale. Sur les morceaux de 1990, éprouvée par la vie, Nina Simone a une autre voix. Elle a perdu de l’assurance et de la puissance, mais cette fragilité la rend encore plus touchante. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Jazz - Paru le 13 juin 2000 | Verve Reissues

Hi-Res
Verve's Finest Hour collection of Nina Simone's work compiles 60 minutes of career highlights, including "Wild Is the Wind," "I Put a Spell on You," "Four Women," "I Loves You, Porgy," and "My Baby Just Cares for Me." Though it's by no means a definitive compilation of Simone's music, it does provide a welcome overview of her Verve years. © Heather Phares /TiVo
A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 19 juin 2015 | RCA - Legacy

A partir de :
CD13,49 €

Soul - Paru le 19 février 2021 | Rhino

A partir de :
CD14,49 €

Soul - Paru le 19 mai 2003 | RCA Camden

A partir de :
CD14,49 €

Jazz - Paru le 24 avril 2012 | RCA - Legacy

A partir de :
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1965 | Verve Reissues

Hi-Res
If this is blues, it's blues in the Billie Holiday sense, not the Muddy Waters one. This is one of Nina Simone's more subdued mid-'60s LPs, putting the emphasis on her piano rather than band arrangements. It's rather slanted toward torch-blues ballads like "Strange Fruit," "Trouble in Mind," Billie Holiday's own composition "Tell Me More and More and Then Some," and "Nobody Knows You When You're Down and Out." Simone's then-husband, Andy Stroud, wrote "Be My Husband," an effective adaptation of a traditional blues chant. By far the most impressive track is her frantic ten-minute rendition of the traditional "Sinnerman," an explosive tour de force that dwarfs everything else on the album. © Richie Unterberger /TiVo
A partir de :
CD14,49 €

Jazz vocal - Paru le 18 juillet 1995 | Epic - Associated - Legacy

A partir de :
CD12,49 €

Jazz - Paru le 11 juillet 1994 | Verve Reissues

A partir de :
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1964 | Philips

Hi-Res
Pour son arrivée chez Philips, label qui l’hébergera entre 1964 et 1967, Nina Simone commence par un live enregistré à Carnegie Hall. Un an plus tôt, elle avait déjà gravé sa performance sur cette même scène mythique. Entre les deux pourtant, son statut a changé et la chanteuse est devenue l’une des voix majeures du mouvement pour les droits civiques. Pour preuve, la présence d’Old Jim Crow, Pirate Jenny, Go Limp mais surtout Mississippi Goddam, immense chanson qui referme ce disque et fait référence au meurtre de Medgar Evers (militant assassiné le 12 juin 1963 par un membre du Ku Klux Klan) et à l'attentat de l'église baptiste de la 16e rue de Birmingham (perpétré lui aussi par des membres du KKK et qui tua quatre jeunes filles le 15 septembre 1963). Entourée d’un impeccable trio (Rudy Stevenson à la guitare, Lisle Atkinson à la contrebasse et Bobby Hamilton à la batterie) qui lui concocte une partition épurée et presque en retrait, Nina Simone ne cherche jamais ici à caresser l’oreille de son public dans le sens du poil. Elle est plus que jamais elle-même et scande, se scandalise, implore, défie, se recueille, interpelle et tente de comprendre la folie des hommes. Plus que sur tous ses autres disques de l’époque, elle apparait ici dans toute sa singularité. Dans cette force vocale aride qui prend aux tripes et s’avère différente de celle de Billie, Ella et Sarah. Avec In Concert, rarement souffrance et liberté avaient résonné à l’unisson avec autant de force. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD12,49 €

Jazz - Paru le 1 avril 2013 | Wagram Music

A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1966 | Verve Reissues

Hi-Res
This album was apparently a bit of a pastiche of leftovers from sessions for Nina Simone's four previous albums on Philips. But you'd never guess from listening; the material is certainly as strong and consistent as it is on her other mid-'60s LPs. As is the case with most of her albums of the time, the selections are almost unnervingly diverse, ranging from jazz ballads to traditional folk tunes ("Black Is the Color of My True Love's Hair") to the near calypso of "Why Keep on Breaking My Heart" to the somber, almost chilling title track. Highlights are two outstanding pop-soul numbers written by the pre-disco Van McCoy ("Either Way I Lose," "Break Down and Let It All Out") and "Four Women," a string of searing vignettes about the hardships of four African-American women that ranks as one of Simone's finest compositions. © Richie Unterberger /TiVo
A partir de :
HI-RES4,99 €
CD4,99 €

Jazz - Paru le 3 novembre 2014 | BnF Collection

Hi-Res

L'interprète

Nina Simone dans le magazine
  • Nina Simone, les années Montreux
    Nina Simone, les années Montreux Captées entre 1968 et 1990, les meilleures performances de la grande prêtresse du jazz et de la soul au festival de Montreux sont enfin réunies sur un double album renversant de plus de 2h30 !
  • Nina Simone, le ton monte...
    Nina Simone, le ton monte... Enregistré sur la scène new-yorkaise de Carnegie Hall en 1964, son album très engagé "In Concert" ressort en Hi-Res 24Bit. Mythique, essentiel et toujours aussi moderne.
  • Se souvenir de Nina
    Se souvenir de Nina Quand dix artistes revisitent le répertoire de Nina Simone...
  • From Sonia to Nina
    From Sonia to Nina L’hommage de Sonia Wieder-Atherton à Nina Simone…
  • Kellylee Evans au Duc des Lombards
    Kellylee Evans au Duc des Lombards Sur la scène du Duc des Lombards, Kellylee Evans fait revivre Nina Simone, du 15 au 18 février, en lui imprimant son style qui a déjà conquis, entre jazz et soul.
  • Mary dans la peau de Simone
    Mary dans la peau de Simone La diva du R&B, Mary J.Blige, interprétera la célèbre chanteuse Nina Simone à l'écran dans le prochain biopic de Cynthia Mort.