Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 février 1981 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Entre 1979 et 1982, le Miroslav Vitous Group ne cesse d’innover, repousse les limites de l’improvisation et du jazz encore très contingenté à l’époque. Ils enregistrent trois albums, celui-ci étant celui du milieu. Miroslav Vitous et John Surman se complètent à merveille, puisant dans leurs racines et leurs influences les plus diverses. Leur approche de l’improvisation libre les rassemble, ils utilisent pleinement les ressources de leurs instruments respectifs. John Surman se joue des aigus de son saxophone baryton et fait écho, comme en contrepoint, au jeu en archet de Miroslav sur sa contrebasse. Le redoutable batteur, percussionniste norvégien, Jon Christensen partage avec eux leur passion de l’improvisation, tout comme le tout jeune pianiste, Kenny Kirkland, alors âgé de 24 ans. Le répertoire comprend le classique de Miroslav When Face Gets Pale, des improvisations collectives et une des première versions du Number Six de Surman.
CD14,99 €

Jazz - Paru le 17 mai 1993 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2003 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 avril 1983 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 5 juin 2009 | ECM

Album du Miroslav Vitous Group, composé de Miroslav Vitous, John Surman, Kenny Kirkland & Jon Christensen, avec la participation de Michel Portal
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 février 1992 | ECM

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 10 juin 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Evidemment il n’est pas un inconnu… Evidemment ses fans sont légions… Pourtant, Miroslav Vitous est un génie qui mériterait une reconnaissance bien plus conséquente. Son instrument n’a certes généralement pas trop tendance à engendrer les stars, le raffinement et l’élégance de sa musique sont pourtant toujours des sommets étoilés de très grande musicalité. Cette façon d’utiliser l’archet, ses phrases lancées à ses amis pianistes et batteurs lorsqu’il sévit en trio, sa conception du raffinement et de la liberté, Vitous a toujours été un puits sans fond d’intelligence… En 2009, avec l’album Remembering Weather Report, une superbe réflexion sur ce groupe mythique qu’il fonda en 1970 avec Joe Zawinul et Wayne Shorter, le contrebassiste tchèque livrait encore des instants rares. Cette fois, il attaque de front le répertoire le plus connu de son ancien gang avec Music Of Weather Report en compagnie d’un sextet comprenant Aydin Esen aux claviers, les deux batteurs Gerald Cleaver et Nasheet Waits et les saxophonistes Gary Campbell et Roberto Bonisolo. Le résultat est une réussite surtout lorsque la composition revisitée est la plus célèbre. Avec Birdland par exemple, Miroslav Vitous et ses complices signent une variation inattendue, mêlant respect et remise en question dans un équilibre plus que parfait. Les aficionados de Weather Report seront scotchés. Les autres pourront (re)découvrir l’œuvre du plus célèbre groupe de toute l’histoire du jazz fusion avec cette magique entreprise de déstabilisation musicale. © MD/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 février 1981 | ECM

Hi-Res Livret
CD16,99 €

Jazz - Paru le 8 février 2005 | Rhino Atlantic

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 octobre 1986 | ECM

CD7,99 €

Jazz - Paru le 23 juin 2015 | Rhino - Warner Records

CD7,99 €

Jazz - Paru le 31 juillet 1984 | 1201 MUSIC

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1980 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 15 juin 2007 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 10 juin 2016 | ECM

Evidemment il n’est pas un inconnu… Evidemment ses fans sont légions… Pourtant, Miroslav Vitous est un génie qui mériterait une reconnaissance bien plus conséquente. Son instrument n’a certes généralement pas trop tendance à engendrer les stars, le raffinement et l’élégance de sa musique sont pourtant toujours des sommets étoilés de très grande musicalité. Cette façon d’utiliser l’archet, ses phrases lancées à ses amis pianistes et batteurs lorsqu’il sévit en trio, sa conception du raffinement et de la liberté, Vitous a toujours été un puits sans fond d’intelligence… En 2009, avec l’album Remembering Weather Report, une superbe réflexion sur ce groupe mythique qu’il fonda en 1970 avec Joe Zawinul et Wayne Shorter, le contrebassiste tchèque livrait encore des instants rares. Cette fois, il attaque de front le répertoire le plus connu de son ancien gang avec Music Of Weather Report en compagnie d’un sextet comprenant Aydin Esen aux claviers, les deux batteurs Gerald Cleaver et Nasheet Waits et les saxophonistes Gary Campbell et Roberto Bonisolo. Le résultat est une réussite surtout lorsque la composition revisitée est la plus célèbre. Avec Birdland par exemple, Miroslav Vitous et ses complices signent une variation inattendue, mêlant respect et remise en question dans un équilibre plus que parfait. Les aficionados de Weather Report seront scotchés. Les autres pourront (re)découvrir l’œuvre du plus célèbre groupe de toute l’histoire du jazz fusion avec cette magique entreprise de déstabilisation musicale. © MD/Qobuz

L'interprète

Miroslav Vitous dans le magazine