Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 mars 2003 | Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 octobre 2000 | Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 mai 2007 | Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 juin 2012 | Warner Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 juillet 2002 | Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 septembre 2010 | Warner Records

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 mai 2017 | Warner Records

Hi-Res
Vingt ans après sa naissance, Linkin Park a bien changé. Oh, non pas niveau rides mais plutôt niveau son… Ces ambassadeurs californiens du nu metal sont devenus des experts en pop musclée. Avec One More Light, la puissance est toujours de mise mais plutôt au service de mélodies bien polies pour s’installer au sommet des charts…Les fans de la première heure seront donc déboussolés par ce septième album studio qui propose tout de même un spectre assez large de l’idiome pop, lorgnant tantôt vers le Coldplay de A Head Full Of Dreams, tantôt vers Katy Perry… Et pour brouiller encore plus les cartes, Linkin Park convient les rappeurs Pusha T et Stormzy. De quoi ne pas leur reprocher de se reposer sur leurs lauriers… © CM/Qobuz
HI-RES73,99 €
CD63,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 janvier 2013 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 mars 2003 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 décembre 2017 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 octobre 2000 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 mars 2003 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 13 juin 2014 | Warner Records

Hi-Res
Considéré un peu injustement comme un groupe de rock rap pour adolescents, Linkin Park risque d'en surprendre plus d'un avec The Hunting Theory. La chasse est lancée et le gentil groupe aux refrains consensuels pour bacchanale d'université américaine, se tranforme presque ici en un dangereux gang de psychopathes. Exit Rick Rubin et la production trop polie des trois précédents albums, Brad Delson et Mike Shinoda sont les seuls au pupitre de ce sixième disque.Il est toujours difficile de croire un groupe arrivé au zénith qui déclare vouloir revenir à ses racines, tant l'argutie est facile, usée jusqu'à la corde et le plus souvent fausse. Il faut bien reconnaître que Linkin Park fait mieux que tenir sa promesse et livre ici ce qui est effectivement son meilleur album depuis le fondateur Hybrid Theory (2000). Sans même devoir pousser le bouchon trop loin, on peut se risquer à affirmer que The Hunting Party est digne de Rage Against the Machine.La présence de Tom Morello sur le torturé « Drawbar » n'est certainement pas fortuite et vient encore renforcer cette idée de filiation. Page Hamilton d'Helmet (« All for Nothing »), Daron Malakian de System of a Down et Scars on Broadway (« Rebellion ») et le rappeur Rakin du duo Eric B. & Rakim (« Guilty All the Same »), sont aussi là pour aider Linkin Park à replonger dans les années 1990. Sauf que The Hunting Party est bien un disque de 2014 et que « Final Masquerade », « Keys to the Kingdom » ou « War » mettent bien le feu aux esprits d'aujourd'hui.Il aura donc fallu attendre une quinzaine d'années pour voir Linkin Park dévoiler sa vraie nature. The Hunting Theory va sérieusement remonter la cote de Linkin Park chez tous ceux qui piquaient auparavant ses disques à leur petit frère ou à leur fils pour les écouter avec un certain sentiment de culpabilité. Les masques peuvent désormais tomber. © Francois Alvarez / Music-Story
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 mai 2007 | Warner Records

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 mai 2007 | Warner Records

Hi-Res
CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 20 juin 2012 | Warner Records

Epaulé par une production roborative signée Rick Rubin, le nouvel album de Linkin Park confirme le statut de grand maître du neo metal du gang californien formé en 1996. Sonorités electro, rythmiques pêchues, touches rap et guitares hirsutes, la bande de Chester Bennington déroule son art avec efficacité.
CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 mai 2007 | Warner Records

CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 mars 2003 | Warner Records

Après leur projet de remix Reanimation, le second album à proprement parler de Linkin Park, Meteora, n'est ni plus ni moins une deuxième partie de Hybrid Theory. Ça ne veut pas dire que Linkin Park n'a pas fourni d'effort sur le disque. L'album prouve que le groupe se démarque de la meute en ayant la sagesse de broyer toutes les caractéristiques du nu-metal (guitares vrombissantes, rythmes pesants, cris angoissés, scratching caché, paroles rappées) en un son accessible qui suggère des accroches plutôt que de les fournir. Plus important, le groupe fait preuve de discipline et de compétences en matière de montage ; l'album ne fait que 36 minutes, ce qui le rend bien plus accessible et puissant que ceux de ses homologues, car ils savent où concentrer leur énergie, chose rare chez beaucoup de groupes de nu-metal. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
CD16,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 octobre 2000 | Warner Records

Quand sort Hybrid Theory en octobre 2000, le néo-metal est au sommet de sa popularité : les groupes ayant préparé le terrain (Deftones, Korn, Limp Bizkit, Soulfly, Sugar Ray, Incubus, etc.) parcourent le monde et vendent leurs disques par cargos, suivis par une bruyante nuée de geignards gémissants et vagissants (Crazy Town, Drowning Pool, Staind, Papa Roach, etc.). C’est dans ce contexte favorable que Linkin Park sort son premier album, intitulé d’un des précédents noms de la formation. De fait, le groupe sera, de la très diverse « scène » néo-metal, LE plus grand succès commercial.   Un succès logique, tant les compositions sont accrocheuses, qui combinent la mélodie à une agressivité tempérée : le son du groupe est très « FM », avec sa production léchée et ses morceaux succincts (entre 2mn30 et 3mn30). Reprenant la recette du néo-metal, Linkin Park pratique le mélange des genres : guitares lourdes, alternances du chant (le groupe a deux chanteurs : un rappeur, Mike Shinoda, et un chanteur/crieur, Chester Bennington), métissage d’élémentsmetal, electro et rap. Le tout mâtiné d’une sensibilité pop accusée, à la structure on ne peut plus classique (couplet-refrain-couplet).   Bien sûr, la musique et les textes sont truffés de clichés (les jérémiades nombrilistes, braillées sur fond de guitare modérément saturées, étant la norme du néo-metal américain) et bien sûr tout cela est essentiellement un recyclage d’idées déjà développées par d’autres auparavant. Pourtant, Hybrid Theory a quelque chose de séduisant. D’une séduction vulgaire, pourrait-on dire, facile et qui ne requiert aucun effort de l’auditeur. Certes, mais ces douze titres se laissent écouter, parfois avec un certain plaisir – et s’il n’y a rien là de très profond, rien qui hante et trouble, ce disque est pourtant une chouette – et opportune – réussite pop rock : les radios ne s’y sont pas trompées. Car au fond, sans doute faut-il considérer le sextet californien tel qu’il est : un groupe de pop à alibi metal, tout comme ce que sont Green Day ou blink-182 au punk.   En définitive, Linkin Park est un groupe représentatif de son époque : simple car immédiat, inoffensif et efficace. Warner peut donc se frotter les mains : en 2006, Hybrid Theory s’était déjà vendu à 24 millions d’exemplaires et les nombreuses publications (DVD, éditions limitées, albums de remixes) raviront à chaque fois des fans conquis et une maison d’édition satisfaite de sa poule aux œufs d’or.   © Mikaël Faujour / Music-Story
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 décembre 2017 | Warner Records

L'interprète

Linkin Park dans le magazine
  • Chester Bennington est mort
    Chester Bennington est mort Le monde de la musique est en deuil. Le chanteur emblématique de Linkin Park, Chester Bennington, est décédé ce jeudi 20 juillet. Il avait 41 ans.