Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 25 juillet 1989 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’il publie ce premier album à Noël de l’année 1967, Leonard Cohen a déjà 33 ans et une solide réputation d’écrivain. Sans doute la raison pour laquelle la maturité de son disque de folk on ne peut plus épuré impose sa grâce avec fermeté. Si l’influence de la scène folk du Greenwich Village des sixties est bien là, le Canadien réussit d’entrée de jeu à offrir la singularité (comme chez Dylan, on aime ou on déteste…) de sa voix hantée par une forme de tristesse. Un organe et une plume qui ont envoûté le grand producteur John Hammond (déjà découvreur de légendes nommées Billie Holiday, Bob Dylan, Bruce Springsteen, Aretha Franklin et Stevie Ray Vaughan) qui l’a signé chez Columbia. Songs Of Leonard Cohen débute par sa mythique Suzanne popularisée quelques mois plus tôt par la belle reprise qu’en a fait Judy Collins. Un hypnotique filet de voix monocorde, une capacité à sublimer le désespoir, l’amour et les bleus à l'âme, Leonard Cohen est alors un genre à lui seul. Cette nonchalance mêlée de mélancolie assez sombre, ces touches de cordes par ici, de chœurs par-là, presque en arrière-plan, tout cet univers, aride de prime abord, et qui demande attention et recueillement pour être pleinement apprécié… © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 11 décembre 1995 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Publié en mars 1971, ce troisième album de Leonard Cohen est assez bien résumé dans son titre : Chansons d’amour et de haine. Sauf que cette fois, la fascinante mélancolie du troubadour canadien revêt des habits un peu moins austères que précédemment. Cohen n’a certes pas opté pour une section de cuivres funky ou du ukulélé, mais son folk nu lorgne ici vers des ambiances country (Diamonds In The Mine) qui lui vont à merveille. Son désenchantement intérieur comme le ton monocorde de sa voix si singulière font d’Avalanche, de Joan Of Arc ou de Famous Blue Raincoat des cathédrales folk de l’intime, des bâtisses de tristesse alors inédite. Au sortir d’un tel disque, on comprend mieux l’influence du bonhomme sur nombre de ses cadets… © MZ/Qobuz

L'interprète

Leonard Cohen dans le magazine