Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 21 octobre 2016 | Columbia

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Evoquer la grande faucheuse aussi explicitement n’est pas une première pour Leonard Cohen. Sauf que cette fois, le poète du gris anthracite pour ne pas dire du noir foncé sait que la fin est potentiellement proche… Il est donc tentant de voir You Want It Darker qu’il publie à l’âge de 82 ans comme un « disque testament ». Le Canadien certes diminué physiquement est plus subtil et intelligent que ce genre d’étiquette marketing et fait de son quatorzième album une ode magnifique et bouleversante – avec sa pointe d’humour voire de causticité – à ses thèmes de prédilection mais dans un contexte neuf. Produit par son fils Adam Cohen, You Want It Darker propose ainsi un habillage musical inédit chez lui et plus ambitieux qu’à l’accoutumée. Fini les synthés à deux balles, place aux atmosphères chambristes fascinantes. La présence, par exemple, du chœur de la synagogue Shaar Hashomayim de Montréal – celle qu‘il fréquenta dès l’enfance – en plus de mettre en exergue sa judaïté à un moment fort de sa vie confère une spiritualité décuplée (mais parfaitement dosée) à sa musique. Evidement lorsque Cohen entame Leaving The Table par I'm leaving the table, I'm out of the game (Je quitte la table, je suis hors-jeu) ou sur la chanson You Want It Darker qu’il déclare I’m ready my Lord (Je suis prêt, Seigneur), on cerne très très bien son propos… Sauf qu’ici, rarement Leonard Cohen n’aura fusionné texte et musique avec autant de génie. Un grand disque ? Doux euphémisme…© MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 21 octobre 2016 | Columbia

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Evoquer la grande faucheuse aussi explicitement n’est pas une première pour Leonard Cohen. Sauf que cette fois, le poète du gris anthracite pour ne pas dire du noir foncé sait que la fin est potentiellement proche… Il est donc tentant de voir You Want It Darker qu’il publie à l’âge de 82 ans comme un « disque testament ». Le Canadien certes diminué physiquement est plus subtil et intelligent que ce genre d’étiquette marketing et fait de son quatorzième album une ode magnifique et bouleversante – avec sa pointe d’humour voire de causticité – à ses thèmes de prédilection mais dans un contexte neuf. Produit par son fils Adam Cohen, You Want It Darker propose ainsi un habillage musical inédit chez lui et plus ambitieux qu’à l’accoutumée. Fini les synthés à deux balles, place aux atmosphères chambristes fascinantes. La présence, par exemple, du chœur de la synagogue Shaar Hashomayim de Montréal – celle qu‘il fréquenta dès l’enfance – en plus de mettre en exergue sa judaïté à un moment fort de sa vie confère une spiritualité décuplée (mais parfaitement dosée) à sa musique. Evidement lorsque Cohen entame Leaving The Table par I'm leaving the table, I'm out of the game (Je quitte la table, je suis hors-jeu) ou sur la chanson You Want It Darker qu’il déclare I’m ready my Lord (Je suis prêt, Seigneur), on cerne très très bien son propos… Sauf qu’ici, rarement Leonard Cohen n’aura fusionné texte et musique avec autant de génie. Un grand disque ? Doux euphémisme…© MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 19 septembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Jeune octogénaire, le Canadien rappelle à ceux qui en douteraient encore que son blues dépressif et joliment cynique fait toujours d’impressionnantes étincelles. Avec Popular Problems, Leonard Cohen applique sa nonchalance si personnelle sur de nouvelles chansons impressionnantes de maîtrise. Surtout, le songwriter réussit à ne jamais se répéter, sa belle voix rauque et mélancolique servant de fil conducteur à un treizième album qui comptera. © CM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 25 juillet 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
A chaque nouvel album, l’envoûtement est immédiat. Et ces démentielles Old Ideas ne dérogeront pas à la règle… A 77 ans passés, Leonard Cohen, comme quelques autres géants de sa trempe, semble réitérer, toujours et encore, le même album, les mêmes compositions. Mais ces Vieilles idées n’ont pourtant rien de poussiéreuses. Au contraire. Sur ce douzième album studio aux saveurs parfois bluesy, le moine canadien a beau malaxer des thèmes aussi imposants/essentiels/majeurs que l’Amour ou la Mort, sa fausse nonchalance comme les courbes de sa voix chloroformée sont là pour magnifier cette poésie si particulière qu’il est bien le seul à distiller. Bref, longtemps imité, jamais égalé… © MD/Qobuz

L'interprète

Leonard Cohen dans le magazine