Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Roc-A-Fella

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks
Ce ne seront pas les invités qui manqueront sur My Beautiful Dark Twisted Fantasy, le cinquième album de Kanye West. On sait en effet qu’Elly Jackson (de La Roux), Jay-Z, MIA, Alicia Keys et Mos Def seront présents sur cet opus du rappeur américain. Ces derniers y rejoignent ainsi John Legend, Kid Cudi, Bon Iver et No ID.
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2013 | Rock The World - IDJ - Kanye - LP6

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Au sommet de l’olympe rap, Kanye West signe ici un album sans concession et on ne peut plus osé. On ne pourra pas reprocher ici au rappeur né à Atlanta (mais ayant grandi à Chicago) de faire dans le commercial ou le racoleur et de se reposer sur ses lauriers… Production superbement épurée, sons electro tranchants et agressifs, flow percussif, Yeezus surprend de prime abord dans l’enchainement de ses changements de caps virulents, sa violence sonore et ses expériences tous azimuts. Mais au fil des écoutes, le climat oppressant sculpté par Kanye et sa horde de featurings cinq étoiles (Daft Punk, Kid Cudi, Justin Vernon de Bon Iver…) offre une réelle cohésion esthétique. Un vrai trip dont on se sort guère indemne. Tant mieux. © MD/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 30 août 2005 | Roc-A-Fella

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Sur Late Registration, Kanye se retrouve acculé au pied du mur, mais en tant que roi du ring. C'est un paradoxe, ce qu'il réussit le mieux. Kanye peut être terrible en tant qu'auteur pur, qu'il s'agisse de creuser des thèmes non abordés ou de sortir une réplique judicieuse. La démarche de production, toutefois, est assez différente de celle du premier album. Les beats crus et les samples au tempo décalé sont remplacés par la touche musicale plus traditionnelle de Jon Brion, qui co-produit la plupart des titres avec Kanye West. Aussi invraisemblablement que cela puisse paraître, West et Brion font la paire. Les arrangements de cordes et les ponctuations de cuivres de Brion ajoutent une nouvelle dimension aux beats de West sans les éclipser, et les résultats ne sont ni trop aventureux ni trop conservateurs. © Andy Kellman /TiVo
A partir de :
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 29 août 2021 | Rock The World - IDJ - Kanye LP7

Hi-Res
Il aura donc fallu un an à Kanye West pour enfin sortir Donda. Et au vu de son aspect pharaonique, on comprend pourquoi. Le rappeur de Chicago n’a pas fait dans la demi-mesure pour son dixième album : 1h48 de musique labyrinthique où la cohérence et l’homogénéité sont des valeurs artistiques sommes toutes relatives. Kanye West n’a que faire des formats. En musicien libre, pouvant se permettre toutes les folies, il n’a pas à choisir. Il peut tout faire s’il le souhaite. Alors, cet album placé sur l’égide de sa mère, Donda West, dont la voix et l’esprit hantent la tracklist, se peuple de featurings fracassant, comme ceux de Jay-Z sur le sombre Jail, Lil Baby et The Weeknd sur le lunaire Hurricane, Fivio Foreign et Playboi Carti sur le mastodonte Off the Grid ou encore Young Thug sur Remote Control. La figure de Dieu, qui a façonné son précédent album Jesus Is King, est toujours omniprésente et source d’ambiguïté. Qui est le plus divin ? Kanye ou Dieu lui-même ? Donda manie les contraires, voit son auteur se contredire, se questionner constamment, as de la remise en cause et de la révolution artistique permanentes. Il faut du temps pour digérer ces vingt-sept titres, mais comme un roman fleuve dont on ne comprend pas toujours les intentions, il est un objet musical unique et génial. © Brice Miclet/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 11 septembre 2007 | Roc-A-Fella

Avec son troisième album Graduation, Kanye West passe du statut de prodige de la production hip-hop à celui de superstar mondiale, aussi exubérante et provocatrice que géniale, du beatmaking d'orfèvre au rap de stade. Et cette folie des grandeurs lui permet de produire certains des morceaux les plus audacieux de sa carrière, à l'image de la prouesse orchestrale I Wonder ou du tube de R&B symphonique qu'est Flashing Lights. Kanye, qui a passé l'essentiel des deux années qui séparent Late Registration – son deuxième coup de maître – de Graduation, en tournée à travers le monde (notamment avec U2 et les Rolling Stones) a très largement élargi son horizon et du même coup renouvelé ses sources, délaissant la soul américaine pour s'emparer, par exemple, de la house vocodée des Français de Daft Punk (sur Stronger), du krautrock des Allemands cultes de Can (samplés sur Drunk and Hot Girls, avec Mos Def) ou du soft rock de Steely Dan (sur Champion). Plus maximaliste et azimuté que ses deux prédécesseurs, Graduation convoque Elton John, Prince, Jay-Z et Coldplay ; le reggae, la musique symphonique et le rap de club. En cela, c'est un album unique et si, avec le recul, il s'agit sans doute, à l'échelle d'une carrière comme celle de Kanye West, d'un album de transition, il ferait office de chef-d’œuvre dans nombre de discographies respectables. Il préfigure en tout cas la suite des aventures musicales de l'un des grands inventeurs de son temps. © Damien Besançon/Qobuz
A partir de :
CD34,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 10 juin 2016 | Rock The World - IDJ - Kanye LP7

Annoncé par une nuée de tweets affirmant, entre deux changements d'intitulés, que le septième album de Kanye West était son meilleur, The Life of Pablo a fini par sortir vers un tuyau unique, celui de la plate-forme Tidal de son ami Jay-Z, le 14 février 2016, avec grand renfort de communication à défaut d'abonnements.Le projet, entamé dans la foulée de collaborations avec Paul McCartney (« Only One ») plus le trio avec Rihanna (« FourFive Seconds »), absences notables, devait initialement s'appeler So Help Me God, puis SWISH, puis Waves, avant l'arrivée du single « No More Parties in L.A. », sans doute le meilleur « duel » de The Life of Pablo, celui avec Kendrick Lamar. Pas plus gospel que pop, le recueil de dix-huit morceaux hétéroclites co-produit par Madlib part dans de multiples directions qu'il est difficile de résumer.Néanmoins, au milieu de collaborations en nombre parmi lesquelles figurent celles de Kirk Franklin sur « Ultralight Beam », The Weeknd sur « FML » (avec pour surprise de taille un sample du groupe de post-punk Section 25) et Young Thug sur « Highlights », cet étalage panoramique ne manque pas d'idées. S'il n'est pas toujours à la hauteur de la réputation de son auteur, notamment sur la charge « Famous » envers Taylor Swift ou « Waves », en présence de Chris Brown, l'album comprend des saillies dignes de sa grandeur, à l'instar de « Real Friends » ou de « Feedback ».À travers ses bifurcations, ses changements d'humeur, ses vociférations de forme et ses batailles d'ego entre le maître et ses prétendants, The Life of Pablo révèle une complexité insoupçonnable si l'on ne s'en tient qu'aux déclarations fantoches du rappeur suprême, se rêvant en génie tel qu'il en donne parfois l'illusion. © ©Copyright Music Story 2020
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 octobre 2019 | Rock The World - IDJ - Kanye LP7

Hi-Res
Après s’être déifié sur Yeezus en 2013, Kanye West est revenu au prêche en 2019, se donnant en spectacle chaque dimanche dans ses “Sunday Services”, des jam-sessions itinérantes en public durant lesquelles il revisitait ses tubes et ceux des autres (Drake, No Doubt et même Nirvana) à la sauce gospel. Jesus Is King est le point d’orgue de ce cheminement : un album concept de hip-hop d’église qui rappelle la singularité et surtout la liberté que s’octroie Kanye West à chaque disque sous son nom.C’est le Sunday Service Choir, qui l’accompagne chaque dimanche, qui donne le ton d’un album multipliant les références gospel, avec notamment un sample de Can You Lose by Following God de Whole Truth, superbe morceau de spiritual soul made in Memphis, qui rythme l’entêtant Follow God. L’album contient quelques coups de génie, comme le mystique et déjà mythique Selah, et le minimaliste Use This Gospel, featuring Clipse et Kenny G, qui tourne d’abord sur une seule corde vibrant sur deux notes, puis un accord plaqué sur un orgue, suivi d’un saxophone qui vient gicler sur la dernière minute et enfin la batterie qui rentre avant 20 dernières secondes avec toutes les pistes ensemble.Alors que sur Hands On, avec le chanteur de gospel Fred Hammond, il interroge les critiques de la communauté chrétienne américaine, circonspecte quant aux intentions d’un homme qui s’est renommé Yeezus (“What have you been hearin' from the Christians ? / They'll be the first one to judge me”), on termine cette petite demi-heure de musique avec la reposante sensation d’avoir pu oublier le personnage pour mieux apprécier l’artiste. © Smaël Bouaici/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 10 février 2004 | Roc-A-Fella

The College Dropout est presque aussi phénoménal que Kanye le vantard avait voulu faire croire à tout le monde. Du point de vue de la production, rien ne vaut les excellents "You Don't Know My Name" d'Alicia Keys ou "Get By" de Talib Kweli, mais il est toujours fort et tempère ses caractéristiques habituelles, samples soul aigus, éléments de gospel, en les améliorant sans les utiliser comme des béquilles. Même si ceux qui gardent toujours les oreilles ouvertes savaient que Kanye pouvait être un excellent MC, il a vu en cet album une occasion de prouver ses compétences moins connues à un public plus large. Avant ce disque, on connaissait Kanye West pour ses prouesses indéniables en tant que producteur. Maintenant on sait qu'il est également un parolier remarquablement polyvalent et un MC talentueux. © Andy Kellman /TiVo
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 24 novembre 2008 | Roc-A-Fella

Vous rappelez-vous quand Kanye West avait menacé de faire un album où son chant soul mélancolique, comparable à celui de T-Pain, serait retravaillé sur chaque morceau avec Auto-Tune, inévitable à l'époque, et posé sur une boîte à rythme Roland TR-808 ? Ça aurait pu être un désastre, un chanteur décortiquant une peine de cœur qui le tétanise, perdu au beau milieu d'un magasin de jouet. Sauf que Kenye West ne plaisantait pas. À plusieurs moments sur 808s & Heartbreak, l'émoi constant de sa voix retravaillée est animé par la façon touchante dont le désespoir et la douleur sont véhiculés. Plusieurs titres ont autant de choses en commun avec ses albums post-punk incontestablement maussades que le rap contemporain et le RnB. Si vous ressassez une rupture en éprouvant une certaine auto-déception, cet album pourrait peut-être vous être bénéfique. © Andy Kellman /TiVo
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €
ye

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 juin 2018 | Getting Out Our Dreams, Inc. - Def Jam Recordings

Hi-Res
Succédant à The Life of Pablo, publié en 2016 et ayant reçu un accueil mitigé, Ye, livré en 2018, constitue le huitième effort studio du rappeur et producteur américain Kanye West, s'inscrivant dans une période particulièrement prolifique (Nas, Pusha T, KIDS SEE GHOSTS) dans la carrière de son auteur et proposant son recueil le plus personnel, introspectif et sincère en date, comme en atteste le message inscrit sur sa pochette évoquant ses problèmes de santé mentale. Composé de beats aux saveurs electro, d'un vaste éventail de samples et de synthétiseurs brumeux, Ye reste en outre fidèle à une tradition d'expérimentation de la part de West et prend sans surprise les charts d'asssauts mondiaux avec notamment un numéro un aux Etats-Unis. © TiVo
A partir de :
CD3,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2007 | Roc-A-Fella

A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 30 juin 2020 | Getting Out Our Dreams II - Def Jam Recordings

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Roc-A-Fella

Kanye West a un caractère de cochon et une curieuse propension, dans ses déclarations et interventions publiques, à se faire détester d’une large part de la population. Il n’empêche qu’il reste la plus grande et durable fierté d’un genre musical en déshérence, depuis qu’il sacrifie son inventivité pour mettre l’accent sur la rentabilité immédiate. Le précédent opus magistral du rappeur et producteur avait déjà mis haut la barre, et prouvé que l’homme est un musicien bien plus qu’un simple rappeur. Ce nouvel album enfonce le clou. Le sample vertigineux du « 21st Century Schizoid Man » de King Crimson, sur l’ambitieux « Power », prouve la science et la culture de l’artiste. Puiser ses samples chez Gene Clark de The Byrds, Aphex Twin, Gil Scott-Heron ou Tony Joe White démontre une ouverture d’esprit rare en ces temps de beats préfabriqués. Inviter Sir Elton John (avec Alicia Keys, Fergie, Rihanna ou Ryan Leslie) sur le collégial « All Of The Lights » revient à mettre les points sur les « i ». En cela, il rejoint, si ce n’était déjà fait, les Pete Rock, DJ Premier ou autre Q Tip, tous lumières d’un hip hop fier et créatif, dans les années 1990, qui donnèrent au rap ses plus beaux et persistants étendards. Rick Ross, RZA, Kid Cudi, Jay-Z (sur deux titres, mais ils annoncent un album « en duo » pour 2011), Dwele, Raekwon ou le folk singer Bon Iver ne sont qu’un aperçu d’un casting de premier de la classe, mais à l’inverse de ce qui est courant dans ce genre de situation, Kanye West ne se départit jamais de son credo : créer, surprendre, essayer, inventer, en un mot risquer. La rythmique sur deux notes de piano de « Runaway », entêtante et rusée, en est une preuve parmi tant d’autres. Après le minimalisme mélancolique et électro de 808's & Heartbreak, Kanye West fait ici dans l’opulence, mais il en ressort une vraie aristocratie de la musique de 2010, diverse, aventureuse, atmosphérique autant que signifiante (il s’agit tout de même d’un rappeur qui a des trucs à dire et qui ne s’en prive pas, ça n’est pas le genre de la maison). Chaque chanson est unique, et propose un challenge flambant neuf, et si la pop 2.0 devait avoir un visage, ce ne peut être que celui-ci. Comme le disaient les pionniers De La Soul, The stake is high (la barre est haute, désormais, voire inaccessible). © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2016
A partir de :
CD20,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 29 août 2021 | Rock The World - IDJ - Kanye LP7

Il aura donc fallu un an à Kanye West pour enfin sortir Donda. Et au vu de son aspect pharaonique, on comprend pourquoi. Le rappeur de Chicago n’a pas fait dans la demi-mesure pour son dixième album : 1h48 de musique labyrinthique où la cohérence et l’homogénéité sont des valeurs artistiques sommes toutes relatives. Kanye West n’a que faire des formats. En musicien libre, pouvant se permettre toutes les folies, il n’a pas à choisir. Il peut tout faire s’il le souhaite. Alors, cet album placé sur l’égide de sa mère, Donda West, dont la voix et l’esprit hantent la tracklist, se peuple de featurings fracassant, comme ceux de Jay-Z sur le sombre Jail, Lil Baby et The Weeknd sur le lunaire Hurricane, Fivio Foreign et Playboi Carti sur le mastodonte Off the Grid ou encore Young Thug sur Remote Control. La figure de Dieu, qui a façonné son précédent album Jesus Is King, est toujours omniprésente et source d’ambiguïté. Qui est le plus divin ? Kanye ou Dieu lui-même ? Donda manie les contraires, voit son auteur se contredire, se questionner constamment, as de la remise en cause et de la révolution artistique permanentes. Il faut du temps pour digérer ces vingt-sept titres, mais comme un roman fleuve dont on ne comprend pas toujours les intentions, il est un objet musical unique et génial. © Brice Miclet/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 6 septembre 2018 | Getting Out Our Dreams, Inc. - Def Jam Recordings

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Roc-A-Fella

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2012 | Getting Out Our Dreams Inc. (G.O.O.D.) Music - IDJ

A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 1 janvier 2006 | Roc-A-Fella

A partir de :
CD13,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 11 septembre 2007 | Roc-A-Fella

Graduation n'est pas aussi audacieux ni diffus que The College Dropout, et il n'est pas aussi extraverti ni riche au niveau sonore que Late Registration. Kanye compense toujours ses défauts en tant que MC et parolier en conservant un charme maladroit, en racontant souvent n'importe quoi sur des rimes douteuses. Ceux qui l'admirent en tant que producteur pointu et le détestent en tant que MC incompétent trouveront peut-être que les éclairs de synthé étincelants, particulièrement mis en évidence sur "Flashing Lights" et "Stronger", figurent parmi les cartons rouges les plus flagrants de l'histoire du hip hop. Bien que l'usage du synthétiseur marque un écart clair et conscient par rapport à ses productions précédentes, on distingue "I Wonder", "The Glory" et "Everything I Am" qui sont profondément enracinés dans le travail du Kanye d'antan, avec des samples nostalgiques, d'élégants pianos et cordes et des chœurs de gospel. © Andy Kellman /TiVo
A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 2 mars 2015 | Rock The World - IDJ - Kanye LP7

L'interprète

Kanye West dans le magazine