Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Électronique - Paru le 24 juillet 2020 | Black Focus

Hi-Res
Deuxième album de l’année pour Kamaal Williams, qui avait régalé en février avec le Live at Dekmantel Festival, rassemblement néerlandais couru des adeptes de musique électronique pointue. La preuve que le talent du fer de lance de la scène (nu-)jazz londonienne a aboli les frontières musicales. Avec Henry Wu, surnom que lui donnait sa grand-mère et son pseudo quand il enfile sa casquette de DJ, il estime avoir enregistré “son meilleur album”. Il déploie sur 10 titres un jazz funky à la Herbie Hancock, et comme son aîné qui n’a jamais hésité à traverser les genres (toute la scène hip-hop peut encore dire merci à Rock It, en featuring avec Grand Mixer D.ST), Kamaal Williams étale sa classe dans un maelström stylistique. Il y a du groove en smoking, comme l’ouverture hollywoodienne Street Dreams avec les cordes de Miguel Atwood-Ferguson, présent également sur Toulouse et 1989 (qui porte bien son nom), du jazz furieux (Pigalle, avec le sax en folie de Quinn Mason), mais aussi de la house sur Mr Wu, clin d’œil appuyé à la scène broken beat de Londres, Bugz In The Attic en tête. La confusion est à son comble sur Save Me, entre beat hip-hop funky et clavier soul cosmique, et Kamaal Williams garde le meilleur pour la fin, avec le génial Hold On et la voix enchanteresse de Lauren Faith, connue pour son travail avec Kaytranada. Un sillon à creuser pour la suite ? © Smaël Bouaici/Qobuz

Électronique - Paru le 8 novembre 2019 | !K7 Records

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD13,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 mai 2018 | Black Focus

A partir de :
CD1,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 25 janvier 2019 | Black Focus

A partir de :
CD3,99 €

Électronique - Paru le 24 octobre 2019 | !K7 Records

A partir de :
CD1,49 €

Électronique - Paru le 24 juin 2020 | Black Focus

A partir de :
CD1,79 €

Jazz - Paru le 15 décembre 2017 | Black Focus Records Ltd

A partir de :
CD1,49 €

Électronique - Paru le 22 juillet 2020 | Black Focus

De son vrai nom Henry Williams, le musicien londonien est l'un des protagonistes de la scène qui agite la capitale anglaise et replace la Grande-Bretagne sur la carte du jazz, après les vagues successives de l'avant-garde des années 1970 et de l'acid jazz des années 1990. Impossible à résumer de façon concise, ce renouveau puise son inspiration dans le jazz cosmique, le jazz fusion et les racines africaines, comme dans le rap et l'électronique du XXIe siècle. Ainsi, n'est-il pas étonnant de constater l'éclectisme de Wu Hen, deuxième album solo de Kamaal Williams, deux ans après The Return (2018) et toujours sous son propre label indépendant Black Focus.Ouvert par un dialogue entre la harpe d'Alina Bzhezhinska, les cordes de Miguel Atwood-Ferguson et le saxophone de Quinn Mason dans la courte pièce « Sweet Dreams », le recueil offre avec le morceau électronique et polyrythmique suivant, « One More Time », l'un de ses meilleurs moments. S'il part dans plusieurs directions, Wu Hen est cependant constitué d'une dizaine de pièces accessibles à tout-un chacun, amateur de jazz ou simple visiteur. Suave et lyrique à souhait, la composition smooth jazz « 1989 » débouche sur les frémissements de cordes et la mélodie au piano « Toulouse », autre épisode soft avant de rejoindre le tempo plus dynamique de Pigalle et le solo de saxophone qui l'occupe tout du long. Cette pièce de résistance est suivie par la frappe solide de Greg Paul, les claviers miroitants et la basse profonde de Rick Leon James, à qui « Big Rick » est dédié. Nommé d'après le surnom de sa grand-mère taïwainaise, l'album enchaîne sur la belle parenthèse jazz funk de « Save Me » et gagne ainsi en solidité. Williams semble trouver le style qu'il recherche après quelques égarements. Ses nappes de claviers spatiales accompagnent une section rythmique puissante, et si le motif évolue peu, le morceau n'en demeure pas moins hypnotique. Sur « Hold On », c'est la chanteuse aux accents soul Lauren Faith qui s'associe au groupe et à la harpiste slave. Plus enthousiasmant dans sa deuxième moitié, Wu Hen aligne des transitions très fluides entre chaque titre. L'ensemble, qui gagne en cohérence et séduit sur la longueur, se termine sur la progression harmonique de « Early Prayer », guidée par la sonorité alanguie du saxophone. © ©Copyright Music Story 2021
A partir de :
CD1,49 €

Électronique - Paru le 26 mai 2020 | Black Focus

A partir de :
CD8,99 €

Électronique - Paru le 8 novembre 2019 | !K7 Records

A partir de :
CD1,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 30 avril 2018 | Black Focus

New Age - Paru le 6 janvier 2017 | Gurecords

Téléchargement indisponible
A partir de :
CD1,49 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 30 novembre 2018 | Black Focus

A partir de :
CD2,19 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 21 mars 2018 | Black Focus