Artistes similaires

Les albums

13,99 €

Country - Paru le 1 janvier 2013 | Mercury Nashville

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Grammy Awards
Certains imaginaient sans doute que Kacey Musgraves serait le clone n°25478 de Taylor Swift. Grosse grosse grosse erreur… Avec ce Same Trailer Different Park qui décrochera le Grammy Award du meilleur album country, la jeune songwriteuse texanne évite de tomber dans les pièges tendus par Nashville. Et lorsque chaque chanson semble s’engager sur le chemin des clichés du genre, Musgraves donne un gros coup de collier pour faire brillamment vriller la composition. On alterne ainsi de la country pure à la country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro. Et côté textes, elle maîtrise son art à la perfection, capable de soutirer les larmes comme de faire rire avec causticité. Souvent formatées, les stars de la country pop contemporaine proposent peu d’aspérité et de talent. Same Trailer Different Park prouve que Kacey Musgraves est non seulement une star mais une grande artiste. © CM/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Country - Paru le 30 mars 2018 | MCA Nashville

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music
En 2013, avec l’impeccable Same Trailer Different Park qui décrocha, à la surprise générale, le Grammy Award du meilleur album country de l’année, Kacey Musgraves avait évité de tomber dans les pièges tendus par Nashville en devenant une 5 473e Taylor Swift. D’autant plus que ses textes parlaient notamment d’homosexualité, de fumette et de mères célibataires, bref de choses qu’on n’aime guère trop dans les franges les plus conservatrices de la country américaine… Pour Pageant Material, son deuxième opus paru durant l’été 2015, la Texane poursuivait dans une veine similaire. Lorsqu’une chanson semblait s’engager sur le chemin miné des clichés du genre, la jeune cow-girl donnait un gros coup de collier pour faire brillamment vriller sa composition. On alternait alors entre country pure et country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro avec banjo et pedal steel ou, à l’opposé, violons langoureux… Sans révolutionner le genre, ni faire vaciller Nashville, la native de Golden, dans le Nord du Texas, étendait son cercle de fans qui se demandaient sans doute à quoi allait ressembler la suite…  Printemps 2018, Kacey Musgraves sort donc la suite en question. Un troisième album qu’elle ancre encore un peu plus vers la pop. Si les intégristes de la country risquent de lâcher l’affaire, les curieux feraient bien d’écouter Golden Hour jusqu’au bout. Est-ce le fait d’avoir passé la bague au doigt de son collègue Ruston Kelly qui fait de ce disque un traité d’Amour ? Sans jamais sonner niaiseux, ses chansons d’amour offrent en effet un vrai lâcher-prise émotionnel et une sincérité inédite. Dans une interview accordée à Entertainment Weekly, Kacey Musgraves dit avoir été influencée par Neil Young, Sade et les Bee Gees ! Un triumvirat on ne peut plus éclectique et déroutant mais plutôt pertinent une fois Golden Hour refermé. Reste à se laisser porter par la douceur de ses chansons qui fleurent bon l’été indien et dont les mélodies sont souvent d’une redoutable efficacité. © Max Dembo/Qobuz
14,99 €

Country - Paru le 30 mars 2018 | MCA Nashville

Livret
En 2013, avec l’impeccable Same Trailer Different Park qui décrocha, à la surprise générale, le Grammy Award du meilleur album country de l’année, Kacey Musgraves avait évité de tomber dans les pièges tendus par Nashville en devenant une 5 473e Taylor Swift. D’autant plus que ses textes parlaient notamment d’homosexualité, de fumette et de mères célibataires, bref de choses qu’on n’aime guère trop dans les franges les plus conservatrices de la country américaine… Pour Pageant Material, son deuxième opus paru durant l’été 2015, la Texane poursuivait dans une veine similaire. Lorsqu’une chanson semblait s’engager sur le chemin miné des clichés du genre, la jeune cow-girl donnait un gros coup de collier pour faire brillamment vriller sa composition. On alternait alors entre country pure et country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro avec banjo et pedal steel ou, à l’opposé, violons langoureux… Sans révolutionner le genre, ni faire vaciller Nashville, la native de Golden, dans le Nord du Texas, étendait son cercle de fans qui se demandaient sans doute à quoi allait ressembler la suite…  Printemps 2018, Kacey Musgraves sort donc la suite en question. Un troisième album qu’elle ancre encore un peu plus vers la pop. Si les intégristes de la country risquent de lâcher l’affaire, les curieux feraient bien d’écouter Golden Hour jusqu’au bout. Est-ce le fait d’avoir passé la bague au doigt de son collègue Ruston Kelly qui fait de ce disque un traité d’Amour ? Sans jamais sonner niaiseux, ses chansons d’amour offrent en effet un vrai lâcher-prise émotionnel et une sincérité inédite. Dans une interview accordée à Entertainment Weekly, Kacey Musgraves dit avoir été influencée par Neil Young, Sade et les Bee Gees ! Un triumvirat on ne peut plus éclectique et déroutant mais plutôt pertinent une fois Golden Hour refermé. Reste à se laisser porter par la douceur de ses chansons qui fleurent bon l’été indien et dont les mélodies sont souvent d’une redoutable efficacité. © Max Dembo/Qobuz
13,99 €

Country - Paru le 23 juin 2015 | Mercury Nashville

Avec l’impeccable Same Trailer Different Park qui décrocha, à la surprise générale, le Grammy Award du meilleur album country en 2013, Kacey Musgraves avait évité de tomber dans les pièges tendus par Nashville en devenant une 5473e Taylor Swift insipide, incolore et inodore… Pour son deuxième opus qui parait durant l’été 2015, la Texane poursuit dans une veine similaire. Ainsi, lorsqu’une chanson semble s’engager sur le chemin des clichés du genre, Musgraves donne un gros coup de collier pour faire brillamment vriller la composition. On alterne alors country pure et country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro avec banjo et pedal steel ou, à l’opposé, violons langoureux. Sans révolutionner le genre, ni faire vaciller Nashville, Pageant Material est un disque joliment troussé, que les écoutes répétées rendent vraiment attachant. © MD/Qobuz
13,99 €

Country - Paru le 28 octobre 2016 | Mercury Nashville

Avec les impeccables Same Trailer Different Park (2013) et Pageant Material (2015), Kacey Musgraves est devenue l’une des voix les plus intéressantes de Nashville. Evitant de tomber dans les pièges tendus par Music City en devenant une 5473e Taylor Swift (période country pop) insipide, incolore et inodore, la jeune Texane a su imposer son style contemporain avec une petite touche old school nécessaire. Musgraves boucle l’année 2016 par un exercice dont les Américains sont très friands : le Christmas album. Une épreuve qu’elle passe haut la main en proposant une palette stylistique large, des invités triés sur le volet (le pape de la country himself Willie Nelson, le soul brother qui monte, qui monte, qui monte, Leon Bridges et les Quebe Sisters, expertes du western swing) et, à l’arrivée, un album douillet comme une couette en plumes d’oie. A Very Kacey Christmas alterne surtout parfaitement bien entre séquences volontairement rétro et juste kitsch comme il faut (I Want A Hippopotamus For Christmas) et chansons country soul modernes (Present Without A Bow en duo avec Leon Bridges). Le meilleur disque 100% « boules et sapin » de 2016 ! © MZ/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Country - Paru le 28 octobre 2016 | Mercury Nashville

Hi-Res
Avec les impeccables Same Trailer Different Park (2013) et Pageant Material (2015), Kacey Musgraves est devenue l’une des voix les plus intéressantes de Nashville. Evitant de tomber dans les pièges tendus par Music City en devenant une 5473e Taylor Swift (période country pop) insipide, incolore et inodore, la jeune Texane a su imposer son style contemporain avec une petite touche old school nécessaire. Musgraves boucle l’année 2016 par un exercice dont les Américains sont très friands : le Christmas album. Une épreuve qu’elle passe haut la main en proposant une palette stylistique large, des invités triés sur le volet (le pape de la country himself Willie Nelson, le soul brother qui monte, qui monte, qui monte, Leon Bridges et les Quebe Sisters, expertes du western swing) et, à l’arrivée, un album douillet comme une couette en plumes d’oie. A Very Kacey Christmas alterne surtout parfaitement bien entre séquences volontairement rétro et juste kitsch comme il faut (I Want A Hippopotamus For Christmas) et chansons country soul modernes (Present Without A Bow en duo avec Leon Bridges). Le meilleur disque 100% « boules et sapin » de 2016 ! © MZ/Qobuz
2,99 €

Dance - Paru le 3 juillet 2018 | MCA Nashville

2,29 €

Country - Paru le 10 août 2018 | BMG

1,79 €

Country - Paru le 23 janvier 2007 | Warner Bros. - Nashville

1,49 €

Country - Paru le 17 juin 2014 | Mercury Nashville

L'interprète

Kacey Musgraves dans le magazine