Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 6 février 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
A partir de :
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Jazz - Paru le 5 octobre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Sans faire de vagues, Jakob Bro continue à être un guitariste rare, pour ne pas dire essentiel. Son, espace, mélodie, silence, le Danois fraîchement quadragénaire n’est pas un locataire de la maison ECM pour rien. Avec Streams, son second album pour le label munichois de Manfred Eicher qu’il publia en 2016 avec le contrebassiste Thomas Morgan et le batteur Joey Baron, il continua d’affiner ces valeurs et ce jeu qui lui vont si bien. Sous l’influence d’un confrère comme Bill Frisell, Bro pétrissait des textures étirées qu’il superposait avec virtuosité. Deux ans plus tard, les trois hommes se retrouvent pour ce Bay of Rainbows enregistré en live au Jazz Standard de New York en juillet 2017. Un nouveau trip en apesanteur au cœur duquel la relation que Bro entretient avec Morgan (il l’appelle « mon âme sœur musicale ») est toujours aussi fascinante. L’aîné, Baron, n’est pas là par hasard puisque Bro a rencontré Morgan alors que celui-ci jouait dans le groupe de Baron… Pour ce disque live, les échanges sont susurrés et les improvisations se font dans les non-dits. Une retenue jamais synonyme d’ennui, au contraire, qui fait de cet album un périple d’une grâce radicale. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 12 février 2021 | ECM

Hi-Res Livret
Et Jakob Bro poursuit calmement son chemin, sans faire de vagues, mais en restant un guitariste qui compte, sous-estimé, peu médiatisé, mais réellement passionnant… Son, espace, mélodie, silence, le Danois quadra de chez ECM possède son propre langage, même si l’influence d’un aîné comme Bill Frisell apparait ça-et-là. Un langage qu’il embarque sur des sentiers inédits comme sur Uma Elmo pour lequel il s’est entouré du Norvégien Arve Henriksen et de l’Espagnol Jorge Rossy. L’originalité d’un trio guitare, trompette, batterie permet aux mélodies – toutes signées Bro – de se développer de manière inattendue. Ces trois-là manipulent ici les textures sonores avec intelligence pour empêcher la sérénité ambiante d’être lisse voire vaine. Car cette musique alternant entre plages méditatives et séquences sous tension agit fortement sur les émotions. On est comme happé par l’océan sonore dans lequel la trompette d’Henriksen est un chant de sirène totalement hypnotique, la guitare de Bro un mélange de courant froids et chauds et les baguettes de Rossy des ponctuations stimulantes. Sur Housework, les échanges se font à contre-courant, comme dans un rêve, pour déboucher sur une sorte de jazz déstructuré qu’un magma électronique empêche de se déliter. Jakob Bro salue aussi les anciens. To Stanko est un hommage au trompettiste polonais Tomasz Stanko disparu en 2018 et qui l’avait accueilli dans son Dark Eyes Quintet. Et Music for Black Pigeons est dédié au grand saxophoniste Lee Konitz, mort en 2020… On sort exténué d’Uma Elmo. Une bonne fatigue mentale. Physique aussi. Une expérience exigeante des plus tonique, repoussant sans cesse les frontières de la musique improvisée. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | ECM

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Son, espace, mélodie, silence, Jakob Bro n’est pas un pensionnaire de la maison ECM pour rien. Avec son second album pour le label de Manfred Eicher, le guitariste danois continue d’affiner ces valeurs et ce jeu qui lui vont si bien. En trio avec le contrebassiste Thomas Morgan et le batteur Joey Baron, il pétrit des textures qu’il superpose avec virtuosité. La relation que Bro entretient avec Morgan (il l’appelle « mon âme sœur musicale » !) est devenue fascinante, si bien que les deux musiciens développent souvent des idées d’improvisation en parallèle. Il y surtout une certaine justesse historique dans le choix de Baron en tant que nouveau batteur du trio, Bro ayant rencontré Morgan pour la première fois alors que celui-ci jouait dans le groupe de Baron il y a dix ans… Sur Streams, tout ce petit monde échange dans les susurrements, et même dans les non-dits. Une retenue jamais synonyme d’ennui ou de vacuité, bien au contraire. Mais Stream est surtout le disque de Jakob Bro sur lequel son jeu est le plus personnel. Un album au cœur duquel surgit un moment assez intense : PM Dream, composition dédiée à la mémoire du batteur Paul Motian, son ancien « patron » au sein de l’Electric Bebop Band avec qui il enregistra notamment Garden Of Eden en novembre 2004… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 12 février 2021 | ECM

Livret
Et Jakob Bro poursuit calmement son chemin, sans faire de vagues, mais en restant un guitariste qui compte, sous-estimé, peu médiatisé, mais réellement passionnant… Son, espace, mélodie, silence, le Danois quadra de chez ECM possède son propre langage, même si l’influence d’un aîné comme Bill Frisell apparait ça-et-là. Un langage qu’il embarque sur des sentiers inédits comme sur Uma Elmo pour lequel il s’est entouré du Norvégien Arve Henriksen et de l’Espagnol Jorge Rossy. L’originalité d’un trio guitare, trompette, batterie permet aux mélodies – toutes signées Bro – de se développer de manière inattendue. Ces trois-là manipulent ici les textures sonores avec intelligence pour empêcher la sérénité ambiante d’être lisse voire vaine. Car cette musique alternant entre plages méditatives et séquences sous tension agit fortement sur les émotions. On est comme happé par l’océan sonore dans lequel la trompette d’Henriksen est un chant de sirène totalement hypnotique, la guitare de Bro un mélange de courant froids et chauds et les baguettes de Rossy des ponctuations stimulantes. Sur Housework, les échanges se font à contre-courant, comme dans un rêve, pour déboucher sur une sorte de jazz déstructuré qu’un magma électronique empêche de se déliter. Jakob Bro salue aussi les anciens. To Stanko est un hommage au trompettiste polonais Tomasz Stanko disparu en 2018 et qui l’avait accueilli dans son Dark Eyes Quintet. Et Music for Black Pigeons est dédié au grand saxophoniste Lee Konitz, mort en 2020… On sort exténué d’Uma Elmo. Une bonne fatigue mentale. Physique aussi. Une expérience exigeante des plus tonique, repoussant sans cesse les frontières de la musique improvisée. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Jazz - Paru le 28 janvier 2013 | Music Mecca

A partir de :
CD16,49 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | ECM

Livret
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 6 février 2015 | ECM

A partir de :
CD16,49 €

Jazz - Paru le 5 octobre 2018 | ECM

Livret
Sans faire de vagues, Jakob Bro continue à être un guitariste rare, pour ne pas dire essentiel. Son, espace, mélodie, silence, le Danois fraîchement quadragénaire n’est pas un locataire de la maison ECM pour rien. Avec Streams, son second album pour le label munichois de Manfred Eicher qu’il publia en 2016 avec le contrebassiste Thomas Morgan et le batteur Joey Baron, il continua d’affiner ces valeurs et ce jeu qui lui vont si bien. Sous l’influence d’un confrère comme Bill Frisell, Bro pétrissait des textures étirées qu’il superposait avec virtuosité. Deux ans plus tard, les trois hommes se retrouvent pour ce Bay of Rainbows enregistré en live au Jazz Standard de New York en juillet 2017. Un nouveau trip en apesanteur au cœur duquel la relation que Bro entretient avec Morgan (il l’appelle « mon âme sœur musicale ») est toujours aussi fascinante. L’aîné, Baron, n’est pas là par hasard puisque Bro a rencontré Morgan alors que celui-ci jouait dans le groupe de Baron… Pour ce disque live, les échanges sont susurrés et les improvisations se font dans les non-dits. Une retenue jamais synonyme d’ennui, au contraire, qui fait de cet album un périple d’une grâce radicale. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2016 | ECM

Son, espace, mélodie, silence, Jakob Bro n’est pas un pensionnaire de la maison ECM pour rien. Avec son second album pour le label de Manfred Eicher, le guitariste danois continue d’affiner ces valeurs et ce jeu qui lui vont si bien. En trio avec le contrebassiste Thomas Morgan et le batteur Joey Baron, il pétrit des textures qu’il superpose avec virtuosité. La relation que Bro entretient avec Morgan (il l’appelle « mon âme sœur musicale » !) est devenue fascinante, si bien que les deux musiciens développent souvent des idées d’improvisation en parallèle. Il y surtout une certaine justesse historique dans le choix de Baron en tant que nouveau batteur du trio, Bro ayant rencontré Morgan pour la première fois alors que celui-ci jouait dans le groupe de Baron il y a dix ans… Sur Streams, tout ce petit monde échange dans les susurrements, et même dans les non-dits. Une retenue jamais synonyme d’ennui ou de vacuité, bien au contraire. Mais Stream est surtout le disque de Jakob Bro sur lequel son jeu est le plus personnel. Un album au cœur duquel surgit un moment assez intense : PM Dream, composition dédiée à la mémoire du batteur Paul Motian, son ancien « patron » au sein de l’Electric Bebop Band avec qui il enregistra notamment Garden Of Eden en novembre 2004… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Jazz - Paru le 23 février 2018 | ECM

A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 7 septembre 2018 | ECM