Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES20,99 €
CD16,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 septembre 2016 | XL Recordings

Hi-Res
Un véritable rêve humide pour les fans de Jack White et des White Stripes que cette malle aux trésors 100% acoustique ! Comme son titre l’indique, Acoustic Recordings 1998 - 2016 renferme 26 titres unplugged enregistrés par le songwriter de Detroit avec les White Stripes, les Raconteurs et également en solo. Titres extraits d’albums officiels, faces B (comme, au hasard, Honey, We Can’t Afford To Look This Cheap produit par ce bon Beck), versions alternatives à gogo et autres inédits, c’est la fiesta totale qui certes ravira les fans hardcore du travail de White mais pourra également intéresser les touristes de son œuvre. Une somme évidemment entièrement remasterisée (par Andrew Mendelson à Nashville) et qui prouve surtout que dépouillées d’artifices, toutes ces chansons sont de vrais joyaux brassant la tradition blues, country et folk avec beaucoup d’originalité. © MD/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2014 | XL Recordings

Hi-Res
Jack White est le gardien du temple rock. Le vigile d'une certaine tradition qui, sans se vouloir passéiste pour autant, aime à rappeler régulièrement ce que sont les véritables valeurs du rock’n’roll, son histoire, ses héros, ses légendes… Sa musique suinte ainsi le blues des pionniers comme le rock fifties, le rockabilly comme la soul sudiste voire la country ou le rock garage. Tous sont miraculeusement conviés à sa grande messe... Mais après un furieux Blunderbuss en 2011, l’ex-White Stripes se devait de faire évoluer son style au cœur duquel des guitares hirsutes mènent le bal. Avec Lazaretto, le pari est gagné. Et haut la main ! Même si sa « marque de fabrique » est guitaristiquement et puissamment bien présente (les ravageurs High Ball Stepper et Lazaretto), le bonhomme offre ici davantage de pluralisme. Certains titres posés, parfois presque pop, montre un artiste désireux de ne pas rester saucissonné dans un costume de rocker post-zeppelinien. L’éclectisme de Lazaretto peut déconcerter d’entrée de jeu. Mais au fil des écoutes, chaque composition se laisse apprivoiser et la palette de l’artiste présente son impressionnante largeur. Surtout, Jack White rappelle qu’il est un excellent songwriter. Bref, voilà un deuxième album solo montrant que l’ex de Meg White a encore énormément de choses à raconter… © MD/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 mars 2018 | XL Recordings

Hi-Res
Si on lui avait dit ça, il y a dix ans, Jack aurait rit. Jaune, sans doute. Le lonesome boy biberonné au blues, cantonné à l’analogique, verse pour la première fois dans un album synthétique. Pressentie ces dernières années dans ses collaborations, cette volte au milieu de sa percée en solitaire reste étonnante. A côté des riffs de blues, White, du haut de ses 42 ans, articule son premier vocabulaire croisé. Et ce langage conjugué à l’aube 2018 argumente à la perfection. Eclaboussures rock (Respect Commander), jam sessions turbulentes (Ice Station Zebra), congas et percussions pour rythmes afro-cubains brisés sur des saillies numériques (Over and Over and Over, Everything’s You’ve ever Learned), envolées gospel sur échappées d’orgue avec les McCrary Sisters de Nashville (Connected by Love), country attendrie au piano (What’s done is done), interlude chambriste avec C.W. Stoneking (Abulia and Akrusia), vocodeur pour miniature funk (Get In The Mind Shaft), paroles d’Al Capone écrites à Alcatraz déposées sur l’Humoresque de Dvořák façon jazz, tout y passe. Pour ce saut dans l’inconnu, l’ancien Stripes a pris soin de se détacher. De s’en foutre. De prendre tous les risques. D’abord il s’est planqué des mois solo dans un studio loué à Nashville, hors des murs bien construits de Third Man Records, pour écrire d’abord sans instrument, tâter les touches de synthés, tout en enregistrant sur bandes. Puis, a filé s’enfermer à New-York et Los Angeles avec Carla Azar d’Autolux, Louis Cato, Justin Poree et Bobby Allende, ceux qui jouent pour Kendrick Lamar et font la crème du hip-hop. Des musiciens avec qui il n'avait encore jamais travaillé. Jack : “Certains morceaux pouvaient faire toute une face, un peu comme Miles Davis à sa période Funkadelic. Et puis dès qu’un autre musicien s’y mettait, ça changeait tout, toute l’ambiance musicale.” Toujours hors de sa zone, White, qui aime capter la brutalité d’un son vif, sale et encore palpitant, né dans la sueur, a choisi de retravailler à L.A. les enregistrements à froid. A l’arrivée, les treize pistes de Boarding House Reach forment pourtant bien l’album le plus effréné, excentrique et chaud de White. Excellent. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 avril 2012 | XL Recordings

Y-a-t-il une vie après les White Stripes ? La planète rock’n’blues attendait la réponse avec impatience et ce premier album solo de Jack White lui répond « oui », haut et fort. L’ancien leader du tandem le plus populaire des années 2000 signe ici un opus dans la droite ligne de ses préoccupations musicales de toujours. Rock’n’roll simple mais jamais simpliste, blues dans l’âme, solide en mélodies, furieux niveau guitares, tout est là pour faire de Blunderbuss un disque là pour durer.
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 mars 2012 | XL Recordings

CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 mars 2018 | XL Recordings

Pour la troisième fois consécutive, Jack White s'offre un luxe réservé aux grands artistes : celle de placer son album à la première place du classement américain dès sa sortie, quatre ans après Lazaretto (2014) et six ans après Blunderbuss (2012). Cette nouveauté est pourtant bien différente des deux précédents lauréats, puisqu'elle voit le prolifique multi-instrumentiste acharné du studio casser sa réputation de rocker pur et dur pour un habillage hybride, organique et électronique, qui ne manque pas de surprendre et déconcerter lors de sa découverte.Certes, bien que recouvert d'entrée d'une couche synthétique, le premier single « Connected by Love » reste assez facile et stimulant, dans sa progression en longueur, ses choeurs et son orgue épais, pour satisfaire ceux qui le suivent depuis l'aventure The White Stripes. Ce qui risque, à l'inverse, de heurter la vieille garde des fidèles sont les expérimentations sonores disséminées ici ou là dans chaque titre, en contrepoint ou au-devant des guitares rugueuses et tranchantes dont il s'est fait une spécialité.À l'anodin « Why Walk a Dog? » succède un genre de rock-rap bâti sur un riff, « Corporation », devant son salut aux dérapages à la Led Zeppelin façon « Whole Lotta Love » et à un solo qui a du mal à s'imposer sur la rythmique hip-hop bondissante. Les habitués comme les néophytes goûteront aussi au violon qui traverse la romance tzigane « Abulia and Akrasia » ou à un autre intermède comme « Ezmeralda Steals the Show », aux côtés d'exercices aussi bizarroïdes que « Hypermisophoniac » ou « Everything You've Ever Learned ».Est-ce dans l'espoir de convaincre les incrédules qui douteraient de ses capacités d'homme-orchestre, de producteur minutieux et de mélomane plus éclectique qu'il n'y paraît que Jack White s'est lancé dans ce projet risqué ? À vouloir marier à tout prix ses guitares garage rock, son piano free, ses influences soul et son goût pour les effets clinquants, il met en danger sa crédibilité. Seuls certains moment, sur « Ice Station Zebra », « Over and Over and Over » ou « Respect Commander », bénéficient d'une certaine indulgence face à une ambition si complaisante. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES3,99 €
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 juillet 2012 | Third Man Records - Columbia

Hi-Res
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 janvier 2018 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 janvier 2018 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 octobre 2012 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 novembre 2014 | XL Recordings

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 17 février 2015 | XL Recordings

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Tresona

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 septembre 2014 | XL Recordings

CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 octobre 2012 | Third Man Records - Columbia

CD10,79 €

Drum & Bass - Paru le 29 mai 2020 | Time of Night

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 juillet 2012 | XL Recordings

CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 juillet 2012 | Third Man Records - Columbia

CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 février 2012 | XL Recordings

CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 juillet 2012 | Third Man Records - Columbia

L'interprète

Jack White dans le magazine