Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Ambiance - Paru le 6 octobre 2017 | Interscope Records

Hi-Res
Showbiz has been in Gwen Stefani's blood since the start of her career, which is the reason why she, unlike many '90s alt-rock veterans, can seem at home within the confines of the televised musical competition The Voice. Her very presence on The Voice, one of the last genuinely popular franchises on network television in the 2010s, guaranteed the existence of an album like You Make It Feel Like Christmas, one that's pitched directly in the mainstream. You Make It Feel Like Christmas plays upon her romance with co-host Blake Shelton, making her bouncy duet with the country singer the album's title track and first single. "You Make It Feel Like Christmas" bops along to a Motown beat, just one of many intentional nostalgic nods at the past -- "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" grooves to a simmering '60s soul groove, her version of "Santa Baby" has a mid-century swing, Wham!'s "Last Christmas" is given drippy strings that turn it into a girl group number -- but the record is surprisingly heavy on new material for a holiday album. Occasionally, this means Stefani veers into territory that doesn't feel strictly seasonal: "When I Was a Little Girl" plays like a diary entry, not a memory of Christmases past, "My Gift Is You" is a love song bearing the faintest hint of mistletoe, and "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" has only a tangential relationship with Christmas. They don't seem out of place, since they're given the same bells and whistles as "Let It Snow" and "White Christmas," but they also diminish the album, making it seem smaller than the season. Still, the moments that work have a coquettish charm that is appealing, which is reason enough to warrant a listen. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD21,99 €

Pop - Paru le 23 novembre 2004 | Interscope

À l’écoute de ce premier opus, il paraît évident que Gwen n’aurait pu faire cet album avec No Doubt. Musicalement, la Blonde platine est loin du rock/ska auquel elle nous avait habitués la chanteuse du groupe. Cet album est un savant mélange de titres aux sonorités New wave années 80 comme le morceau « Bubble Pop Electric », ou hip-hop / dance avec « Cool », et  pop. Gwen Stefani a changé de style et son disque correspond complètement à sa nouvelle image : étonnant et singulier. Très professionnelle, elle a fait appel à une pléiade d’artistes  reconnus tels que Dr. Dre, The Neptunes, Linda Perry, Dallas Austin, Andre 3000, Nellee Hooper ou encore Jimmy Jam & Terry Lewis pour la production de ces chansons très différentes les unes des autres, ce qui en fait un disque aussi agréable que varié. On y retrouve de vraies mélodies acidulées (« Cool »), et des titres sur lesquels la sautillante chanteuse prouve qu’elle n’a rien perdu de sa puissance vocale : « Love Angel Music Baby », « Hollaback Girl » ; des synthés estampillés 80’s (« Serious ») et des beats électro « Danger Zone ». Le premier extrait « What You Waiting For? » est un excellent condensé de la nouvelle direction musicale. Avec un son actuel très électro, ce morceau est vite devenu un tube de dancefloors. Le second, « Rich Girl », un duo interprété avec la rappeuse Eve produit par Dr. Dre, est lui aussi dans la veine du premier. Une rythmique très groovy  sur laquelle Gwen Stefani se révèle en femme très sexy, loin de l’adolescente de No doubt. À côté de cet aspect sensuel apparaît son goût pour les mangas, fortement présent dans ses clips où elle s’amuse avec son image. En effet, Gwen Stefani ne se déplace plus sans quatre de ses danseuses connues sous le nom de Harajuku Girls (d’après le nom d’une station de métro japonaise connue pour être le lieu branché de la jeunesse à la mode). Présentes dans les clips, sur  la pochette de l’album et dans les photos de presse, elles ont même une chanson qui leur est dédiée. Malgré tout, Gwen Stefani reste très professionnelle, et ce premier album l’installe comme une grande chanteuse avec laquelle sur laquelle il faut compter. © ©Copyright Music Story Jamila Wahid 2021
A partir de :
CD14,99 €

Pop - Paru le 23 novembre 2004 | Interscope

A partir de :
CD13,99 €

Pop - Paru le 5 décembre 2006 | Interscope

Le premier album solo de Gwen Stefani, Love.Angel.Music.Baby., a fait d’elle une plus grande star qu'elle ne l’était en qualité de chanteuse principale de No Doubt. Il y avait un sens de l’artifice derrière la métamorphose de la gentille fille ska-punk en reine des clubs dance ; cela ne veut pas dire que la recette n’ait pas fonctionné, au moins à plusieurs reprises, mais quand elle a tenté de refaire rentrer la parvenue dans le personnage de gamine new wave de ses débuts, on n’y croyait pas. Gwen ne réitère pas son erreur dans The Sweet Escape : elle garde ces deux aspects de sa personnalité bien séparés, optant pour les rues et les nightclubs plutôt que pour le confort de ses origines new wave. Sous ses couches de bling-bling, Gwen reste la gentille fille de Californie du Sud aussi audacieuse et sympathique qu’elle est sexy. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 7 décembre 2020 | UMGRI Interscope

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 11 mars 2021 | UMGRI Interscope

Hi-Res
A partir de :
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Pop - Paru le 18 mars 2016 | Interscope

Hi-Res Livret
Pour ce troisième album solo, la chanteuse de No Doubt confirme ses talents de grande faiseuse pop. Après une décennie de silence discographique, This Is What The Truth Feels Like n’est pas un simple comeback poussif mais un opus mûrement pensé et méticuleusement conçu. Et même en restant dans le jardin d’une pop bubble-gum assumée et commerciale, la Californienne soigne les mélodies, les textes, la production et le chant. Des mélodies catchy au possible sans pour autant être racoleuse. Elle s’amuse même à tâter du reggae ici Reggae (Where Would I Be) ou du disco là (Make Me Like You)… A 46 ans, Gwen Stefani joue la carte de la confession en déballant ses tracas personnels déjà étalés dans la presse (séquence people : son mari Gavin Rossdale du groupe Bush l’a trompé avec la nounou et donc Gwen s’en est allé dans les bras de Blake Shelton, et patati et patata), du jus de quotidien parfait pour nourrir ses textes… A l’heure des bilans, rien donc de révolutionnaire mais la sensation d’entendre un beau joujou de pop pure jus. © CM/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Ambiance - Paru le 6 octobre 2017 | UMGRI Interscope

Hi-Res Livret
Showbiz has been in Gwen Stefani's blood since the start of her career, which is the reason why she, unlike many '90s alt-rock veterans, can seem at home within the confines of the televised musical competition The Voice. Her very presence on The Voice, one of the last genuinely popular franchises on network television in the 2010s, guaranteed the existence of an album like You Make It Feel Like Christmas, one that's pitched directly in the mainstream. You Make It Feel Like Christmas plays upon her romance with co-host Blake Shelton, making her bouncy duet with the country singer the album's title track and first single. "You Make It Feel Like Christmas" bops along to a Motown beat, just one of many intentional nostalgic nods at the past -- "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" grooves to a simmering '60s soul groove, her version of "Santa Baby" has a mid-century swing, Wham!'s "Last Christmas" is given drippy strings that turn it into a girl group number -- but the record is surprisingly heavy on new material for a holiday album. Occasionally, this means Stefani veers into territory that doesn't feel strictly seasonal: "When I Was a Little Girl" plays like a diary entry, not a memory of Christmases past, "My Gift Is You" is a love song bearing the faintest hint of mistletoe, and "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" has only a tangential relationship with Christmas. They don't seem out of place, since they're given the same bells and whistles as "Let It Snow" and "White Christmas," but they also diminish the album, making it seem smaller than the season. Still, the moments that work have a coquettish charm that is appealing, which is reason enough to warrant a listen. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD14,99 €

Ambiance - Paru le 6 octobre 2017 | UMGRI Interscope

Livret
Showbiz has been in Gwen Stefani's blood since the start of her career, which is the reason why she, unlike many '90s alt-rock veterans, can seem at home within the confines of the televised musical competition The Voice. Her very presence on The Voice, one of the last genuinely popular franchises on network television in the 2010s, guaranteed the existence of an album like You Make It Feel Like Christmas, one that's pitched directly in the mainstream. You Make It Feel Like Christmas plays upon her romance with co-host Blake Shelton, making her bouncy duet with the country singer the album's title track and first single. "You Make It Feel Like Christmas" bops along to a Motown beat, just one of many intentional nostalgic nods at the past -- "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" grooves to a simmering '60s soul groove, her version of "Santa Baby" has a mid-century swing, Wham!'s "Last Christmas" is given drippy strings that turn it into a girl group number -- but the record is surprisingly heavy on new material for a holiday album. Occasionally, this means Stefani veers into territory that doesn't feel strictly seasonal: "When I Was a Little Girl" plays like a diary entry, not a memory of Christmases past, "My Gift Is You" is a love song bearing the faintest hint of mistletoe, and "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" has only a tangential relationship with Christmas. They don't seem out of place, since they're given the same bells and whistles as "Let It Snow" and "White Christmas," but they also diminish the album, making it seem smaller than the season. Still, the moments that work have a coquettish charm that is appealing, which is reason enough to warrant a listen. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD14,99 €

Pop - Paru le 23 novembre 2004 | Interscope

À l’écoute de ce premier opus, il paraît évident que Gwen n’aurait pu faire cet album avec No Doubt. Musicalement, la Blonde platine est loin du rock/ska auquel elle nous avait habitués la chanteuse du groupe. Cet album est un savant mélange de titres aux sonorités New wave années 80 comme le morceau « Bubble Pop Electric », ou hip-hop / dance avec « Cool », et  pop. Gwen Stefani a changé de style et son disque correspond complètement à sa nouvelle image : étonnant et singulier. Très professionnelle, elle a fait appel à une pléiade d’artistes  reconnus tels que Dr. Dre, The Neptunes, Linda Perry, Dallas Austin, Andre 3000, Nellee Hooper ou encore Jimmy Jam & Terry Lewis pour la production de ces chansons très différentes les unes des autres, ce qui en fait un disque aussi agréable que varié. On y retrouve de vraies mélodies acidulées (« Cool »), et des titres sur lesquels la sautillante chanteuse prouve qu’elle n’a rien perdu de sa puissance vocale : « Love Angel Music Baby », « Hollaback Girl » ; des synthés estampillés 80’s (« Serious ») et des beats électro « Danger Zone ». Le premier extrait « What You Waiting For? » est un excellent condensé de la nouvelle direction musicale. Avec un son actuel très électro, ce morceau est vite devenu un tube de dancefloors. Le second, « Rich Girl », un duo interprété avec la rappeuse Eve produit par Dr. Dre, est lui aussi dans la veine du premier. Une rythmique très groovy  sur laquelle Gwen Stefani se révèle en femme très sexy, loin de l’adolescente de No doubt. À côté de cet aspect sensuel apparaît son goût pour les mangas, fortement présent dans ses clips où elle s’amuse avec son image. En effet, Gwen Stefani ne se déplace plus sans quatre de ses danseuses connues sous le nom de Harajuku Girls (d’après le nom d’une station de métro japonaise connue pour être le lieu branché de la jeunesse à la mode). Présentes dans les clips, sur  la pochette de l’album et dans les photos de presse, elles ont même une chanson qui leur est dédiée. Malgré tout, Gwen Stefani reste très professionnelle, et ce premier album l’installe comme une grande chanteuse avec laquelle sur laquelle il faut compter. © ©Copyright Music Story Jamila Wahid 2021
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Country - Paru le 24 juillet 2020 | Warner Music Nashville

Hi-Res
A partir de :
CD19,49 €

Pop - Paru le 18 mars 2016 | Interscope

Pour ce troisième album solo, la chanteuse de No Doubt confirme ses talents de grande faiseuse pop. Après une décennie de silence discographique, This Is What The Truth Feels Like n’est pas un simple comeback poussif mais un opus mûrement pensé et méticuleusement conçu. Et même en restant dans le jardin d’une pop bubble-gum assumée et commerciale, la Californienne soigne les mélodies, les textes, la production et le chant. Des mélodies catchy au possible sans pour autant être racoleuse. Elle s’amuse même à tâter du reggae ici Reggae (Where Would I Be) ou du disco là (Make Me Like You)… A 46 ans, Gwen Stefani joue la carte de la confession en déballant ses tracas personnels déjà étalés dans la presse (séquence people : son mari Gavin Rossdale du groupe Bush l’a trompé avec la nounou et donc Gwen s’en est allé dans les bras de Blake Shelton, et patati et patata), du jus de quotidien parfait pour nourrir ses textes… A l’heure des bilans, rien donc de révolutionnaire mais la sensation d’entendre un beau joujou de pop pure jus. © CM/Qobuz
A partir de :
CD2,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Interscope

A partir de :
CD13,99 €

Pop - Paru le 18 mars 2016 | Interscope

Pour ce troisième album solo, la chanteuse de No Doubt confirme ses talents de grande faiseuse pop. Après une décennie de silence discographique, This Is What The Truth Feels Like n’est pas un simple comeback poussif mais un opus mûrement pensé et méticuleusement conçu. Et même en restant dans le jardin d’une pop bubble-gum assumée et commerciale, la Californienne soigne les mélodies, les textes, la production et le chant. Des mélodies catchy au possible sans pour autant être racoleuse. Elle s’amuse même à tâter du reggae ici Reggae (Where Would I Be) ou du disco là (Make Me Like You)… A 46 ans, Gwen Stefani joue la carte de la confession en déballant ses tracas personnels déjà étalés dans la presse (séquence people : son mari Gavin Rossdale du groupe Bush l’a trompé avec la nounou et donc Gwen s’en est allé dans les bras de Blake Shelton, et patati et patata), du jus de quotidien parfait pour nourrir ses textes… A l’heure des bilans, rien donc de révolutionnaire mais la sensation d’entendre un beau joujou de pop pure jus. © CM/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Ambiance - Paru le 6 octobre 2017 | Interscope Records

Showbiz has been in Gwen Stefani's blood since the start of her career, which is the reason why she, unlike many '90s alt-rock veterans, can seem at home within the confines of the televised musical competition The Voice. Her very presence on The Voice, one of the last genuinely popular franchises on network television in the 2010s, guaranteed the existence of an album like You Make It Feel Like Christmas, one that's pitched directly in the mainstream. You Make It Feel Like Christmas plays upon her romance with co-host Blake Shelton, making her bouncy duet with the country singer the album's title track and first single. "You Make It Feel Like Christmas" bops along to a Motown beat, just one of many intentional nostalgic nods at the past -- "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" grooves to a simmering '60s soul groove, her version of "Santa Baby" has a mid-century swing, Wham!'s "Last Christmas" is given drippy strings that turn it into a girl group number -- but the record is surprisingly heavy on new material for a holiday album. Occasionally, this means Stefani veers into territory that doesn't feel strictly seasonal: "When I Was a Little Girl" plays like a diary entry, not a memory of Christmases past, "My Gift Is You" is a love song bearing the faintest hint of mistletoe, and "Never Kissed Anyone with Blue Eyes" has only a tangential relationship with Christmas. They don't seem out of place, since they're given the same bells and whistles as "Let It Snow" and "White Christmas," but they also diminish the album, making it seem smaller than the season. Still, the moments that work have a coquettish charm that is appealing, which is reason enough to warrant a listen. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD3,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Interscope

A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 22 mars 2005 | Interscope

A partir de :
CD2,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Interscope

A partir de :
CD1,99 €

Pop - Paru le 20 octobre 2014 | Interscope

A partir de :
CD2,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Interscope