Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 3 mars 2010 | Parlophone UK

Distinctions 4 étoiles Rock and Folk - 5/6 de Magic - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music
Ce troisième album de Gorillaz se démarque des précédents par sa capacité à brouiller les liens entre genres musicaux. C’est donc l’album le moins accessible du groupe, le plus sombre aussi. Si le terrible Stylo entre dans la tradition du tube immédiat, le reste se bonifie écoutes après écoutes.
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 octobre 2020 | Parlophone UK

Hi-Res
Deux ans après leur retour en grâce avec The Now Now sans featuring, Gorillaz revient aux premiers amours : les collaborations. Les singles ont été semés comme des petits cailloux au cours de l’année 2020 avec un casting de très haute volée. Damon Albarn a eu l’idée de créer un morceaux par mois et le tout forme la saison 1 de Song Machine. Le bal s’ouvre avec le génial Strange Timez, tout en progression, avec Robert Smith qui complète le nom de cet opus. Damon raconte avoir travaillé avec le chanteur des Cure exclusivement par mail. « Ce que j'ai envoyé à Robert était très vague, c'est lui qui en a fait ce que c'est », a-t-il précisé. Un véritable coup de maître en parfait accord avec le contexte pandémique. Mais dans cette longue liste, on remarque aussi The Valleys of the Pagans avec Beck, le soul The Lost Chord et les aiguës suaves de la voix d’Imagination Leee John, le post-punk Aries avec la basse de Peter Hook et la jeune Georgia, l’hypnotique Désolée de Fatoumata Diawara où Albarn fredonne même en français ou encore le rap punk déglingué de Momentary Bliss avec slowthaï. La richesse du disque s'apprécie à mesure des écoutes et le génie de Gorillaz se situe là : convoquer des artistes qui n’ont rien à voir mais capables de les transporter n’importe où, ne jamais savoir où l’on va aller, naviguer entre les styles avec adresse, puis apporter le vernis final à toutes ses couches bien superposées. La Deluxe comprend six autres tracks dont MLS avec JPEGMafia et l’excellent Opium du duo Sudiste EarthGang signé chez J Cole. Un projet de très grande envergure, éclectique et profond, estampillé par la production impeccable d’Albarn, qui aura une saison 2 et même un documentaire Netflix. De la très bonne musique en série, en somme. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
Après le coup de génie du premier album, la difficulté était grande. Pourtant, nombreux sont ceux qui voient en Demon Days l'album le plus abouti du groupe. Le son est d'une remarquable profondeur et les featuring sont toujours aussi pertinents. Mais le plus impressionnant c'est toujours cette faculté à créer des hits.
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 juin 2018 | Parlophone UK

Hi-Res
Le Damon n'est jamais loin. 2017, en tournée avec Gorillaz, son imagination coule The Now Now sur le logiciel GarageBand et les toits ensoleillés d'hôtels américains. Onze pistes fignolées avec Jamie Hewlett et son équipe. Le leader de Blur veut éviter de trop s'entourer. Histoire de ne pas éponger ce trop-plein de featurings – une bonne quinzaine, de Pusha T à Benjamin Clementine en passant par Peven Everett – qui inondent Humanz, sorti un an plus tôt. The Now Now agit en négatif. Là où Humanz est hip-hop, collectif et extraverti, The Now Now est pop, intimiste et mélancolique (Fire Flies). Ce sixième opus a l'amplitude d'un plein air, hors-champ, d'une conception hors studio, tout en ayant celle de l'introspection. Il se contente de la crème de la crème, bien tapée mais loin d'être périmée : George Benson (à la guitare sur Humility), Snoop Dogg et Jamie Principle (Hollywood). Il réduit de moitié ses pistes, s'éloigne du croisement de genres, funk-dub-reggae-dance, sorte de palimpseste indigeste et labile sur scène. Plonge dans un groove rétrofuturiste, simple. Albarn confirme, s'il le fallait, qu'il a encore un paquet de choses à dire. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
HI-RES3,49 €
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 août 2021 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 avril 2017 | Parlophone UK

Hi-Res
Publié en 2017, Humanz, cinquième recueil studio du projet britannique Gorillaz porté par l'auteur-compositeur-interprète Damon Albarn (Blur) et le dessinateur James Hewlett, succède au doublé Plastic Beach et The Fall paru entre 2010 et 2011 et participant d'un même élan. Annoncé par une série de singles, l'album, enregistré entre Londres, Paris et la Jamaïque, propose une nouvelle collection de titres aux saveurs particulièrement synthétiques et voyant défiler les invités transgénérationnels de rigueur, des fidèles De La Soul ("Momentz") à Grace Jones ("Charger") en passant par Mavis Staples, Benjamin Clementine, Pusha T, Vince Staples ou le très en vue Rag'n'Bones Man sur "The Apprentice", l'un des meilleurs moments du disque mais uniquement présent sur sa version Deluxe. © TiVo
A partir de :
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 28 avril 2017 | Parlophone UK

Hi-Res
Dès sa naissance en 1997, Gorillaz était en phase avec son temps, avec cette ère abolissant progressivement les frontières musicales. Humanz, le cinquième album du groupe virtuel piloté par Damon Albarn de Blur et le dessinateur Jamie Hewlett, enfonce un peu plus le clou de l’avènement d’une sono mondiale dans laquelle se carambolent sans hiérarchie pop, rock, électro, hip hop, soul et funk. Et la simple lecture des participants de cette cuvée 2017 donne le tournis quant à cet éclectisme revendiqué : les rappeurs Vince Staples, Danny Brown, Pusha T, DRAM et De La Soul, la grande Grace Jones, la star du dancehall Popcaan, la légende de la house de Chicago Jamie Principle, le maître R&B Anthony Hamilton, la prêtresse soul et gospel Mavis Staples, le fils spirituel de Nina Simone Benjamin Clementine, mais aussi la sombre et nerveuse Jehnny Beth du groupe Savages, Noel Gallagher d’Oasis, Graham Coxon de Blur, sans oublier notre Jean-Michel Jarre national, Rag'n'Bone Man et même Carly Simon ! Au cas où cela ne suffirait pas, l’acteur australien Ben Mendelsohn (brillant dans le film Animal Kingdom comme dans la série Bloodline) joue les récitants entre chaque morceau ! Stylistiquement et générationnellement, Humanz pouvait donc difficilement faire plus fou. Mais ce casting alléchant accouche-t-il pour autant d’un grand disque ? Assez axé dancefloor, ce cinquième Gorillaz est sans doute celui qui ressemble le moins à… Gorillaz ! La diversité des invités lui fait un peu perdre sa singularité et son identité. Mais comme Damon Albarn reste un musicien et un producteur très doué, il a pris soin de peaufiner chaque titre et de s’assurer que chaque intervenant prenait sa mission d’un jour très au sérieux. Il n’a surtout pas oublié de faire de ce patchwork, une œuvre viscéralement politique et engagée, aidé par un monde de plus en plus fou. Le plus drôle – à moins que ce soit l’inverse – est qu’il ait imaginé l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis avant même sa véritable élection ! Au moment de ramasser les copies,Humanz reste un disque bluffant. Une sorte de zapping musical géant qui encage bien son époque, dans ses sons comme dans ses idées. Un disque fascinant à l’image des humains. Un disque donc un brin effrayant… © MD/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 mai 2005 | Parlophone UK

Après le coup de génie du premier album, la difficulté était grande. Pourtant, nombreux sont ceux qui voient en Demon Days l'album le plus abouti du groupe. Le son est d'une remarquable profondeur et les featuring sont toujours aussi pertinents. Mais le plus impressionnant c'est toujours cette faculté à créer des hits.
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Hip-Hop/Rap - Paru le 26 mars 2001 | Parlophone UK

Le vingt-et-unième siècle s’ouvre avec l’arrivée d’un objet musical non identifié auquel personne ne s’attendait. Après un maxi (Tomorrow Comes Today, 2000) qui avait beaucoup fait parler de lui dans les clubs londoniens, Gorillaz sort son premier album. Aux commandes, Jamie Hewlett, le papa de la BD Tank Girl, et Damon Albarn, l’ancien leader à mèche blonde de Blur. Le premier dessine et anime ce groupe-concept, composé de quatre personnages virtuels et complètement déjantés : 2-D, Murdoc, Noodle et Russel. Le deuxième se charge de la musique, bien présente derrière ces frimousses cartoonesques, s’offrant les services de Dan Nakamura dit « The Automator ». L’album est précédé de quelques jours par le célèbre single « Clint Eastwood », fort de son refrain accrocheur et ses « oooh oooh oooh » tout droit sortis de la jungle de la pop. Gorillaz connaît un succès mérité : l’album (et tout ce qui va avec : livret, pochette, clips, site internet…) surprend avant tout par son éclectisme joyeux et son graphisme coloré. Dan « The Automator » étant une référence de la production hip-hop West Coast, on n’est guère étonné d’entendre avant tout des beats d’obédience rap. Mais, très vite, les guitares rock et les mélodies pop viennent semer la zizanie, offrant dix-sept chansons inventives qui oscillent d’un genre à l’autre… Les références fourmillent, entre le funk de l’époque Motown, les rythmes latinos et la pop so british délicieusement interprétée par un spécialiste du genre, Damon Albarn. Les invités surprennent également. Ibraham Ferrer du Buena Vista Social Club chante un très beau « Latin Simone (¿Qué Pasa Contigo?) », tandis Tina Weymouth (ex-Talking Heads) et Miho Hatari poussent la chansonnette sur « 19-2000 » ou « Re-Hash ». Dansant, ludique, accompagné d’une identité visuelle très forte, la musique de Gorillaz réussit dès ce premier album à s’imposer, aussi bien dans les milieux dits « undergound » qu’auprès du grand public. Ce mélange à la fois typiquement pop et curieusement varié, atteste l’immense culture musicale de Damon Albarn et fait mouche. © ©Copyright Music Story 2015
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 septembre 2020 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 février 2020 | Parlophone UK

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Pop - Paru le 1 juillet 2002 | Parlophone UK

A partir de :
CD14,99 €

Pop - Paru le 7 mars 2011 | Parlophone UK

On a déjà beaucoup parlé de ce nouvel album, conçu sur la route, en un mois seulement et à l’aide d’une petite tablette bien connue des mangeurs de pomme. The Fall est un album conceptuel. Un vrai disque de tournée, le documentaire musical des pérégrinations hautes et basses d'un cerveau qui ne sait plus s'arrêter. Une pièce indispensable pour tout amateur du groupe.
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 11 avril 2014 | Parlophone UK

Hi-Res
Pour clore en beauté une année 2010 qui a vu son concept groupe livrer un album de haute volée et une tournée de la même imposante facture, Damon Albarn, définitivement l’artiste phare de son époque, et supposé geek par ailleurs, met sur le marché un disque instantané, enregistré sur son Ipad, durant les 32 jours d’une tournée américaine. Par essence, le projet est plus immédiat et intime que surproduit et on n’y croise pas l’habituelle noria d’invités de luxe. Mick Jones y pose quelques guitares, sur « Hillbilly Man », et son comparse Paul Simonon brode une ligne de basse sur « Aspen Forest ». Avec Bobby Womack, seul invité vocal, sur « Bobby In Phoenix », en esquisse de soul déchirée par le langage numérique, ce sont quasi les seules participations extérieures à ce journal de bord 2.0, tenu par un Albarn qui le soir, au lieu de boire des coups au bar de l’hôtel, se retranchait dans sa chambrette avec sa tablette hi-tech et ses claviers portables. La couleur sonore est par conséquent technologique et brute, avec peu de chaleur acoustique, et ce côté un peu froid, mais elle a une valeur intrinsèque unique, celle de quinze chansons instinctives, jetées dans la puce intel comme elles viennent, sans avoir passé l’épreuve du temps, de la réflexion, et des doutes. Les applications de l’Ipad faisant office de studio, d’ingénieur du son, d’effets spéciaux, et toute cette sorte de chose. Mais Damon Albarn n’est pas homme à se laisser dépasser par les mirages de la technologie, il a mis dans ces vignettes cette mélancolie vaporeuse dont il sait à l’occasion se faire le chantre, et que dans une instrumentation totalement différente, on pouvait ressentir avec son groupe parallèle (encore un) The Good The Bad & The Queen. Une semaine tout juste après le concert final de cette tournée homérique, The Fall est donc le cadeau de Noël offert en téléchargement gratuit aux fans planétaires de l’ex leader de Blur. Un album expéri-Mental, témoin des nuits imaginatives de ce créateur polymorphe aux ressources exceptionnelles, qui a trouvé un exutoire à l’ennui des tournée américaines (autoroutes, truck stops, salles de concerts et hôtels dupliqués à l’infini), en bricolant cet opéra minimaliste et désabusé, avec les jouets de son temps. Il y a dans The Fall une liturgie étrange, des enregistrements de bruits de forêts, des annonces de trains entrant en gare, des bribes de conversations, des rythmiques maladives, des réminiscences d’une culture extrêmement vaste, le tout malaxé, copié-collé, échaffaudé de la plus originale façon. Clos sur un yodel fantomatique, The Fall est certes un bonus, guère comparable avec la luxuriance des albums studio de Gorillaz, mais il en est un prolongement naturel, comme un indice de plus sur la fascinante personnalité de son géniteur si doué. © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2018
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2020 | Parlophone UK

Hi-Res

L'interprète

Gorillaz dans le magazine