Artistes similaires

Les albums

13,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 1997 | Universal Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. © MZ/Qobuz
13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2009 | Motown Record Company L.P.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Second volet du déjà très bon 4th World War, ce New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh est une petite perle de soul contemporaine sur laquelle la grande diva Erykah réaffirme son attachement aux racines contestataires de la soul et du hip-hop. Un œil dans le rétro, l'autre droit droit devant, la Badu abat tous ses concurrents ! © CM/Qobuz
13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2000 | Motown

Pour la suite studio de Baduizm, la diva Erykah enclenche la seconde. Le groove contemplatif, toujours omniprésent, se transforme parfois en étirements funky, voire rock. La Texane rugit même comme une Betty Davis light (Penitentiary Philosophy). Sa new soul de fin de soirée, organique et dense, s’appuie sur une poésie très personnelle, aux frontières de l’impressionnisme. Comme toujours, Badu s’entoure de musiciens démentiels capables de lui tendre une toile de soul rêveuse comme une tapisserie de rythmes jazz et funky à la fois. © MZ/Qobuz
21,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2007 | Motown (Kedar)

Dès son premier album, Erykah Badu accumule les comparaisons flatteuses : Lauryn Hill texane, Billie Holiday nu soul, Diana Ross sous tranquillisants ou Gil Scott-Heron féminin, l’affaire est sérieuse sous ses airs désinvoltes et langoureux. Cette soul d’inspiration jazz – smooth de préférence – avance sur des rythmes à peine hip-hop qui épousent les contours d’une voix magnifique. Treize ans plus tôt, Sade livra une sensualité similaire, que Badu rend plus captivante dans la forme. Chuchoté d’un bout à l’autre, Baduizm est le vent de fraicheur que la soul attendait à la fin des 90’s. A noter que cette Special Edition comprend de nombreux remixes et inédits. © MZ/Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | Kedar

14,99 €

Soul - Paru le 27 novembre 2015 | Erykah Badu

Quand on est la reine, on peut évidemment faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut, quand on veut. D’où l’intérêt d’être la reine… C’est un ce que fait Erykah Badu avec But You Caint Use My Phone. Un nouvel album ? Pas vraiment. En fait une mixtape, sous-entendu un brouillon plutôt qu’un véritable opus neuf. Mais quel brouillon ! Un missile soul totalement azimuté qui tourne autour de – attention concept – l’addiction au téléphone ! La reine texane offre ainsi un vrai faux hommage à Drake dont elle revisite pour ne pas dire déshabille le Hotline Bling (le tube du rappeur canadien aurait été le déclencheur de ce But You Caint Use My Phone), et s’amuse aussi à secouer U Don’t Have To Call de Usher, Mr. Telephone Man de New Edition, Hello des Isley Brothers (qu’elle entonne avec son ex, Andre 3000 d’OutKast, père de son fils Seven) et Hello, It’s Me, mythique ballade pop 70’s de Todd Rundgren… Même dans cet assemblage de croquis de groove, sortes de démos améliorées, Erykah Badu conserve sa classe intergalactique, sa voix extra-terrestre et sa façon bien à elle d’assembler funk, soul, rap et jazz. Le côté brut de l’ensemble apporte même une touche singulière qu’on ne trouve pas dans les précédents enregistrements de la chanteuse. Aucun doute : But You Caint Use My Phone est tout sauf une parenthèse… © MZ/Qobuz
13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Motown

Avec son quatrième album, la reine Erykah ne se contente pas de ressortir les recettes certes brillantes de ses précédents opus mais propulse au contraire sa nu-soul vers plus de folie funky. Suite de Worldwide Underground, ce New Amerykah Part One (4th World War) est un concept album un brin ésotérique, très ancré dans le social, la pauvreté, la violence urbaine, la complaisance et l'identité culturelle. Alternant entre funk, soul et hip-hop, il accueille même quelques invités de marque (Madlib, Questlove des Roots, Roy Ayers, Shafiq Husayn…) et prouve que la chanteuse et musicienne originaire de Dallas a su grandir musicalement. © MD/Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | Motown (Kedar)

12,49 €

R&B - Paru le 1 septembre 2003 | UNI - MOTOWN

13,99 €

R&B - Paru le 26 février 2007 | Motown

3,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | Motown (Kedar)

1,49 €

R&B - Paru le 1 janvier 2010 | Motown Record Company L.P.

2,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | Universal Music

L'interprète

Erykah Badu dans le magazine
  • Erykah Badu condamnée
    Erykah Badu condamnée La chanteuse soul américaine a été condamnée à 500 dollars d'amende pour s'être promenée nue dans son dernier clip…
  • Erykah Badu à l’Olympia
    Erykah Badu à l’Olympia Le 22 juillet, la reine de la nu soul est en concert parisien à l’Olympia.
  • Le scandale de l’Erykah
    Le scandale de l’Erykah Dans son nouveau clip, la grande dame de la nu soul Erykah Badu effectue un striptease intégral à l’endroit même où fut assassiné JFK. Scandale outre-Atlantique.
  • Badu's back !
    Badu's back ! Quand la déesse de la nu soul, Erykah Badu, groove toujours et encore…