Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 27 septembre 2019 | Barclay

Hi-Res
En 2016, Welcome Home marquait un tournant dans la carrière de Mark Daumail puisqu’il s’agissait du premier album de Cocoon sans son autre moitié, Morgane Imbeaud, partie voler vers d’autres cieux. Surtout, le songwriter français semblait tout sauf blasé par le succès, avec ces chansons qui se sont retrouvées dans des spots de pub (Chupee). Avec cet impeccable troisième disque conçu en partie à Richmond en Virginie chez Matthew E. White, la pop folk de Cocoon s’étoffait de saveurs soul, osait des violons et même du gospel. Trois ans plus tard, Mark Daumail prolonge ce trip solaire tout en revenant aux fondamentaux de Cocoon. Il parle d’amour pour la première fois, avec l’image du couple comme un feu à entretenir. Et infuse son disque aux valeurs du voyage (Israël, la Californie, la Toscane…) et des rencontres (Clou, Lola Marsh, Owlle…). La musique de Wood Fire ne révolutionne pas l’univers de Cocoon mais elle n’avait jamais sonné aussi sincère et attachante. Et Mark Daumail, en grand fan de Paul McCartney, reste surtout un mélodiste doué qui n’oublie jamais les bases d’une bonne chanson. © Clotilde Maréchal/Qobuz
CD8,99 €

Pop - Paru le 29 octobre 2007 | Sober & Gentle

La mélancolie est indéniablement la ligne directrice du premier album du duo Cocoon. Le curieux titre lui-même est plus qu’évocateur : My Friends All Died in a Plane Crash (littéralement « Tous mes amis sont morts dans un accident d'avion »). Si ce n’est qu’une métaphore, son auteur l’explique ainsi : « C'est la première phrase que j'ai écrite pour cet album, pour la chanson « Take Off », la première de l'album. Et puis c'était à un moment où j'ai perdu beaucoup de gens et de voir cette phrase partout, ça m'a aussi permis de faire mon deuil ».   Pour ce premier opus, Cocoon s’est attribué des rôles bien définis : Mark Damail à la composition des chansons et Morgane à l’harmonisation et aux arrangements. Ce qui a vraiment l’air de fonctionner puisque les morceaux sont très construits pour un premier album. L’originalité et la richesse du tandem tiennent dans ce contraste entre les voix féminine et masculine. La voix cristalline de Morgane Imbeaud complète celle, plus rauque, de son partenaire et les deux tessitures se marient parfaitement. L’accompagnement musical reste sobre et efficace : une guitare sèche, quelques claviers, voire parfois un ukulélé. Peu de choses, finalement, qui mettent d’autant plus en valeur ce joli cocktail.   Cocoon chante une pop/folk dépouillée avec un paysage féerique, onirique, propice à la rencontre de canards magiques, de pandas géants, tout cela dans des montagnes où l’herbe pousse drue et très verte : les morceaux « Vultures », « Owls » et « On My Way »font voyager à travers leur merveilleux pays enfantin où les animaux sont rois.   Mais le monde de Cocoon n’est pas si rose et le paradoxe s’installe entre l’univers naïf et léger jumelé à une réalité bien plus sombre, faite d’histoires de viols et de meurtres dans « Take Off », « Seesaw », « Paper Boat » ou « Microwave ». Avec toujours une petite note d’espoir rendue par des mélodies plus pop : « Cliffhanger », « Chupee » ou encore un « Hummingbird » accompagné par un ukulélé.   En conclusion, avec ce premier album, Cocoon relève le défi de faire des mélodies pop/folk en évitant toute facilité ou ficelle commerciale. Enfin, les paroles, chantées en anglais, restituent parfaitement ces mélodies sensibles et élégantes dans la plus pure tradition du songwriting américain.   © Thomas Mahler / Music-Story
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res Livret
Six ans après Where The Oceans End paru en 2010, Cocoon se décide à sortir de sa tanière. La bonne nouvelle, c’est que Mark Daumail semble tout sauf blasé par le succès comme par toutes ces chansons qui se sont retrouvées dans des spots publicitaires. Welcome Home est en fait un disque à part pour deux raisons essentielles. Il s’agit du premier album de Cocoon sans Morgane Imbeaud, partie voler vers d’autres cieux en solitaire. Ce disque a surtout pris forme en plein drame : Daumail est devenu le papa d’un enfant né avec une malformation cardiaque. Une maladie qui l’a cloué au chevet de son bébé à l’hôpital durant des mois. Là, guitare au poing, il a entamé l’écriture de nouvelles chansons qui – il ne le savait alors pas – serait le cœur de Welcome Home. Tempête passée, enfant guéri, retour à la maison, place à cet impeccable troisième album conçu en grande partie à Richmond en Virginie chez l’Américain Matthew E. White. Le songwriter, producteur et patron du label Spacebomb et son équipe apportent à Welcome Home un véritable savoir-faire à l’ancienne. Une sorte d’artisanat qui fleure bon le vrai studio d’enregistrement et pas juste GarageBand… Un Matthew E. White ayant participé à la production et aux arrangements de l’album de Cocoon et qui pousse même la chansonnette sur Up For Sale. L’épatante Natalie Prass (dont le premier album éponyme fut produit par White justement) apparait elle aussi sur deux titres (Retreat et Watch My Back). Au moment de ramasser les copies, Welcome Home offre les contours d’un disque magnifique sur lequel la pop folk du groupe s’étoffe de saveurs soul, ose des violons et même du gospel. © MD/Qobuz
CD14,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | Universal Music Division Barclay

Livret
Depuis leur premier EP sorti en 2006 intitulé I Hate Birds, le duo de folk-rock clermontois emmené par Mark Daumail et Morgane Imbeaud n’a cessé de grandir. Leur deuxième album, nommé pour le prix Constantin, a rencontré le succès que l’on sait. Where The Oceans end devrait suivre, à juste titre, le même chemin.
CD14,99 €

Pop - Paru le 27 septembre 2019 | Barclay

En 2016, Welcome Home marquait un tournant dans la carrière de Mark Daumail puisqu’il s’agissait du premier album de Cocoon sans son autre moitié, Morgane Imbeaud, partie voler vers d’autres cieux. Surtout, le songwriter français semblait tout sauf blasé par le succès, avec ces chansons qui se sont retrouvées dans des spots de pub (Chupee). Avec cet impeccable troisième disque conçu en partie à Richmond en Virginie chez Matthew E. White, la pop folk de Cocoon s’étoffait de saveurs soul, osait des violons et même du gospel. Trois ans plus tard, Mark Daumail prolonge ce trip solaire tout en revenant aux fondamentaux de Cocoon. Il parle d’amour pour la première fois, avec l’image du couple comme un feu à entretenir. Et infuse son disque aux valeurs du voyage (Israël, la Californie, la Toscane…) et des rencontres (Clou, Lola Marsh, Owlle…). La musique de Wood Fire ne révolutionne pas l’univers de Cocoon mais elle n’avait jamais sonné aussi sincère et attachante. Et Mark Daumail, en grand fan de Paul McCartney, reste surtout un mélodiste doué qui n’oublie jamais les bases d’une bonne chanson. © Clotilde Maréchal/Qobuz
CD4,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Barclay

CD14,99 €

Pop - Paru le 17 juin 2016 | Universal Music Division Barclay

Livret
Six ans après Where The Oceans End paru en 2010, Cocoon se décide à sortir de sa tanière. La bonne nouvelle, c’est que Mark Daumail semble tout sauf blasé par le succès comme par toutes ces chansons qui se sont retrouvées dans des spots publicitaires. Welcome Home est en fait un disque à part pour deux raisons essentielles. Il s’agit du premier album de Cocoon sans Morgane Imbeaud, partie voler vers d’autres cieux en solitaire. Ce disque a surtout pris forme en plein drame : Daumail est devenu le papa d’un enfant né avec une malformation cardiaque. Une maladie qui l’a cloué au chevet de son bébé à l’hôpital durant des mois. Là, guitare au poing, il a entamé l’écriture de nouvelles chansons qui – il ne le savait alors pas – serait le cœur de Welcome Home. Tempête passée, enfant guéri, retour à la maison, place à cet impeccable troisième album conçu en grande partie à Richmond en Virginie chez l’Américain Matthew E. White. Le songwriter, producteur et patron du label Spacebomb et son équipe apportent à Welcome Home un véritable savoir-faire à l’ancienne. Une sorte d’artisanat qui fleure bon le vrai studio d’enregistrement et pas juste GarageBand… Un Matthew E. White ayant participé à la production et aux arrangements de l’album de Cocoon et qui pousse même la chansonnette sur Up For Sale. L’épatante Natalie Prass (dont le premier album éponyme fut produit par White justement) apparait elle aussi sur deux titres (Retreat et Watch My Back). Au moment de ramasser les copies, Welcome Home offre les contours d’un disque magnifique sur lequel la pop folk du groupe s’étoffe de saveurs soul, ose des violons et même du gospel. © MD/Qobuz
CD8,99 €

Pop - Paru le 7 septembre 2009 | Sober & Gentle

CD1,99 €

Pop - Paru le 26 mai 2019 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Pop - Paru le 10 mai 2019 | Universal Music Division Barclay

CD3,99 €

Pop - Paru le 16 avril 2007 | Sober & Gentle

CD1,49 €

Pop - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Pop - Paru le 30 août 2019 | Universal Music Division Barclay

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 9 mars 2018 | Universal Music Division Barclay

Hi-Res
CD14,99 €

Pop - Paru le 27 septembre 2019 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Pop - Paru le 9 mars 2018 | Universal Music Division Barclay

CD1,99 €

Pop - Paru le 25 octobre 2019 | Universal Music Division Barclay

CD6,99 €

Jazz - Paru le 21 décembre 2017 | Emme Record Label

CD1,99 €

Pop - Paru le 29 mai 2019 | Universal Music Division Barclay

CD9,99 €

Rock - Paru le 29 mai 2015 | Staubgold

L'interprète

Cocoon dans le magazine
  • Morgane Imbeaud, l'après Cocoon
    Morgane Imbeaud, l'après Cocoon Cinq ans après "Les Songes de Léo", l'ancienne chanteuse de Cocoon signe un nouvel album solo très personnel conçu notamment avec Jean-Louis Murat, H-Burns, Mickey 3D, Chris Garneau et la comédienn...
  • Cocoon | One Cover One Word
    Cocoon | One Cover One Word Rencontre avec Mark Daumail pour la sortie de "Wood Fire", 4e album de Cocoon. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Cocoon : interview & session Qobuz
    Cocoon : interview & session Qobuz Malgré le départ de Morgane Imbeaud, Mark Daumail poursuit l'aventure Cocoon avec un beau 3e album fortement influencé par la soul music et conçu en partie à Richmond, la capitale de la Virginie.
  • Cocoon aux Amériques
    Cocoon aux Amériques Le 3e album virginien de Mark Daumail...
  • Carl Barât se prend pour Néron
    Carl Barât se prend pour Néron L'ancien leader des Libertines, Carl Barât, a toujours affirmé que son désir artistique dépassait le cadre musical. A vérifier sur la scène du Théâtre du Chatelet où il sera à l’affiche d’une relec...
  • Reprise de volée de Cocoon
    Reprise de volée de Cocoon Le duo français de Cocoon sort aujourd'hui Cover, un EP entièrement constitué de reprises.
  • Quand « Let It Be » revit…
    Quand « Let It Be » revit… Le 4 juillet, le dernier album des Beatles, Let It Be, sera revisité par la crème des musiciens européens sous la direction de David Coulter à Paris, Salle Pleyel.