Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1998 | Pacific Jazz

Distinctions Qobuz Référence
Alors que les exégètes s’interrogent douloureusement depuis sa sortie pour savoir si Chet Baker Sings est l’expression d’un trompettiste qui chante ou d’un chanteur qui joue de la trompette, il est bon de rappeler que cet album a bénéficié de deux accueils excessivement distincts. L’homme de la rue (enfin… surtout la femme) en a raffolé, positivement. Conquis par la délicatesse, la fragilité du bonhomme, mais son élégance aussi à poser ses phrases d’amour au cœur même du micro, comme un soupir de désir. Les amateurs de jazz, quant à eux, ont purement et simplement voué aux gémonies cette « voix de fiotte » (comme on disait délicatement dans les magazines de l’époque), arachnéenne et en suspension, pour eux aux antipodes de ce que doit être un jazz tranché, vif et implacable. Il est pourtant surprenant que les auditeurs soient surpris : après tout, Chet Baker, alors nouvelle petite merveille de la trompette, jeune homme de vingt-quatre ans s’essayant pour la première fois au chant, module exactement de la même manière qu’il pratique son instrument : avec un sens inouï de l’espace et dans la brillance d’un vibrato en liberté. Beaucoup de sucre et de chantilly, donc, mais les copains réquisitionnés pour l’occasion (trois batteurs, deux contrebassistes et, surtout, le pianiste Russ Freeman) semblent parfaitement s’amuser à créer la plus pertinente ambiance de jazz West Coast de l’époque. Et si vous vous voulez entendre la plus belle version de « My Funny Valentine » jamais enregistrée (même les créateurs Lorenz Hart et Richard Rodgers ne se rêvaient pas telle soierie), c’est ici que cela se passe. © Christian Larrède / Music-Story
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 10 août 2018 | Ubuntu Music

Hi-Res

Jazz contemporain - Paru le 13 juin 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible
CD13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1989 | Blue Note Records

Distinctions Qobuz Référence
Pour ceux qui préfèrent Baker dans son habit de chanteur, cette excellente compilation regroupe ses apports les plus essentiels. Ces 20 morceaux sont extraits de sessions datant de l’époque que l’on s’accorde à reconnaître comme l’âge d’or de sa carrière vocale (1953-1956), sessions dans lesquelles Rodgers & Hart, Carmichael, Gershwin et Kern imposent leurs normes. Baker chantait d’une façon "blanche" et naïve au meilleur sens du terme, avec un sérieux tremblotant et incertain qui incarnait une certaine tendance du bohémianisme du milieu des années 50. Tel est le Baker que l’on découvre dans cette compilation, avec quelques-unes de ses interprétations les plus célèbres : "My Funny Valentine", "Time After Time", "There Will Never Be Another You" et "Let's Get Lost". © Richie Unterberger /TiVo
CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1988 | Fantasy Records

Distinctions Qobuz Référence
CD14,49 €

Jazz - Paru le 15 avril 2003 | RCA Bluebird

Distinctions Qobuz Référence
L’album a été enregistré en Italie, mais cela aurait pu se dérouler en Sierra Leone, tout aussi bien. De toute façon, à l’époque, Chet Baker ne sait pas où il couche et encore moins où il ouvre les yeux. Donc, sur le sol du studio sont éparpillées des partitions signées Thelonious Monk, Oscar Petitford, Sonny Rollins ou Charlie Parker (rien que des standards : on ne va pas se gêner). Ce qui n’est pas très grave, puisque le trompettiste ne déchiffre pas les portées, davantage par paresse que par incapacité, d’ailleurs. On a choisi « Over the Rainbow » (Judy Garland avait assez talentueusement descendu l’escalier d’Harold Arlen et de Yip Harburg, en son temps) également et, ça, l’ex-petit prodige du jazz West Coast, qui a passé les derniers mois plus souvent en prison que sur scène, aime bien. Alors, il ferme les yeux et s’envole avec la mélodie, lui, le micro et la chansonnette. Et c’est tout. La brigade qui l’entoure (et qui n’a de transalpine que le contrat, puisqu’elle inclut Daniel Humair, meilleur batteur suisse de tous les temps et René Thomas, meilleur guitariste belge de tous les temps) écoute poliment. Un peu estomaquée, aussi, de voir planer ce grand oiseau décharné entre les consoles et les pieds de cymbales. Les autres pièces proposées, accréditent la thèse stupide que le temps n’a pas de prise sur notre homme et qu’il reste indestructible face aux excès. L’amour peut laisser penser de ces bêtises, parfois. En tout état de cause, Chet Is Back ! reste un chef d’œuvre, en direct du plus douloureux gâchis de toute l’histoire du jazz. © Christian Larrède / Music-Story
CD8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1994 | Blue Note Records

Distinctions Qobuz Référence
CD5,99 €

Jazz - Paru le 1 septembre 2012 | Igloo Jazz Classics

Distinctions Qobuz Référence
CD9,99 €

Be Bop - Paru le 25 septembre 2012 | BDMUSIC

Jazz contemporain - Paru le 19 mars 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz - Paru le 26 février 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz contemporain - Paru le 9 mai 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible
CD8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 9 novembre 2018 | Dot Time Legends

Jazz contemporain - Paru le 2 juillet 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz contemporain - Paru le 13 juin 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz contemporain - Paru le 26 juillet 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz contemporain - Paru le 2 juillet 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible
CD7,99 €

Jazz - Paru le 6 août 2012 | Saga

Livret

Jazz contemporain - Paru le 13 juin 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

Jazz contemporain - Paru le 29 janvier 2019 | RevOla

Téléchargement indisponible

L'interprète

Chet Baker dans le magazine
  • Autour de Chet
    Autour de Chet Quand la jeune génération rend hommage à Chet Baker, trompettiste et chanteur hors norme...
  • Chet Baker, le biopic
    Chet Baker, le biopic Quand Ethan Hawke enfile le costume du James Dean du jazz...
  • OctoChet
    OctoChet Pffff, tout le monde se doutait bien que Chet Baker ne les atteindrait jamais ses 80 printemps qu’il aurait eu aujourd’hui 23 décembre 2009…
  • Trésor caché : Soft Journey de Chet Baker et Enrico Pieranunzi
    Trésor caché : Soft Journey de Chet Baker et Enrico Pieranunzi Le chant de l’ange Chet pas tout à fait déchu. Celui, lyrique à souhait, de son aficionado transalpin, Enrico, au sommet de sa poésie pianistique… De cette rencontre entre le trompettiste aux prise...
  • Chet Baker, ange déchu…
    Chet Baker, ange déchu… Le trompettiste tourmenté, à la vie agitée, aura signé une des œuvres les plus à part de l’histoire du jazz. Comme une bulle de mélancolie en apesanteur. Comme un songe sans fin, perpétuellement ra...