Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 8 février 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
CD14,99 €

Jazz - Paru le 28 août 2000 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En signant chez ECM en 1989, Charles Lloyd n’imagine sans doute pas qu’il va vivre l’une des plus belles résurrections qu’un jazzman de sa génération ait connue. Adoubé par ses pairs comme par le public jusqu’à la fin des années 60, le saxophoniste de Memphis a alors 51 ans. Durant les années 70, son instrument n’a résonné qu’occasionnellement et ce n’est qu’au début de la décennie suivante qu’il remonte un nouveau groupe, avec le pianiste Michel Petrucciani notamment. De 1989 à 2013, Lloyd gravera seize albums pour ECM. Des disques savamment réfléchis et toujours empreints du lyrisme aérien qui lui est propre. Il développe son chant rêveur et attachant qui, s’il s’inscrit dans ses travaux d’antan, a su conserver une fraîcheur toujours aussi vive. Publié en août 2000, The Water is Wide est l’un des sommets de cette longue parenthèse enchantée en partie grâce à son casting cinq étoiles. Le guitariste John Abercrombie, le pianiste Brad Mehldau, le contrebassiste Larry Grenadier et son vieux complice Billy Higgins à la batterie apportent à Charles Lloyd une matière riche sur laquelle il peut apposer la spiritualité et la générosité de ses phrases. Avec l’aide d’un répertoire de tempos lents mêlant standards, traditionals (Georgia, The Water Is Wide, Black Butterfly, Lotus Blossom, Heaven, There Is a Balm in Gilead) et compositions personnelles, il accentue la profondeur bouleversante de son jeu. Quant à l’alchimie entre les cinq hommes, elle est en permanence palpable et amplifie la chaleur d’un disque qu’on réécoute sans jamais se lasser. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 28 février 2020 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Pour souffler ses 80 bougies, Charles Lloyd s’est offert un concert, en mars 2018, chez lui en Californie, dans le magnifique Lobero Theatre de Santa Barbara, avec un groupe plutôt inédit comprenant le guitariste Julian Lage, le pianiste Gerald Clayton, le bassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland. Le résultat est d’autant plus étonnant que cette impressionnante brochette de virtuoses n’a pas l’habitude de jouer ensemble, exception faite de la rythmique Rogers/Harland, celle de Lloyd depuis 2007. Mais l’aura du saxophoniste comme les ondes chamaniques qu’il dégage aident à stimuler les échanges et le partage, même entre gens qui ne se côtoient pas régulièrement. 8: Kindred Spirits devient ainsi un trip 100 % lloydien comme en attestent les 21 minutes de Dream Weaver qui ouvrent le disque. Les années n’ont surtout guère altéré sa verve libertaire, ni son lyrisme gorgé de spiritualité qui s’inscrivent dans la sémantique de John Coltrane et de Pharoah Sanders. Des marqueurs qui déteignent sur l’inspiration du groupe de ce bel album. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 8 février 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Ce grand soliste de l'histoire du jazz, à la longue et belle carrière, nous offre ces dernières années, tant sur scène que sur disque, quelques'unes de ses plus belles réalisations. À la spiritualité et la générosité qui ont illuminé de tous temps son jeu, Charles Lloyd a gagné en profondeur et en bienveillance. Le voici juste en duo sur un répertoire de standards plutôt liés au jazz « traditionnel » (Mood Indigo de Duke Ellington, Bess, You Is My Woman Now de Gershwin, Rosetta d'Earl Hines, You've Changed, chanson intimement lié à Billie Holiday, etc.) d'ou émerge une suite - la pièce maîtresse de cet album - intitulée Hagar's Song. cinq mouvements constituent cette suite dédiée à son arrière-arrière-grand-mère, petite fille du Mississippi, séparée des siens alors qu'elle n'avait que dix ans, pour être vendue à un marchand d'esclaves dans le Tennessee. Avec cet opus, Charles Lloyd enrichit sa longue collaboration avec le label ECM et avec ce pianiste majeure de notre époque : Jason Moran, membre du quartet régulier du saxophoniste depuis plus de quatre ans. Quand on sait l'intérêt que porte Lloyd à ses pianistes - c'est lui qui révéla Keith Jarrett et Michel Petrucciani, entre autres - ce duo prend ici toute sa dimension. Un disque majeur de l'année 2013 ! © JMP/Qobuz
CD16,99 €

Jazz - Paru le 17 mai 2005 | Rhino Atlantic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré au festival de Monterey en 1966, le saxophoniste et flûtiste Charles Lloyd présente, au sein de son quartet, de très jeunes musiciens qui ont pour noms : Keith Jarrett, Cecil McBee et Jack DeJohnette. L'histoire est en marche. Mais ce qui fait la force de cet album est la maturité de ce groupe, la cohésion dont font preuve ces quatre jeunes artistes, l'esprit qu'ils insufflent alors qu'ils ne sont réunis ensemble que depuis un an. En pleine époque free, la musique du quartet est lyrique, généreuse, inspirée, libre tout en restant accessible. Le succès du quartet fut phénoménal, et le disque demeure toujours aussi passionnant quarante cinq ans plus tard, surtout quand on connaît le destin des trois jeunes accompagnateurs. © MD/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 7 mars 2008 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
CD13,99 €

Jazz - Paru le 14 avril 2015 | Blue Note (BLU)

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Après de nombreux somptueux albums pour ECM, Charles Lloyd revient au bercail Blue Note, trente ans après un mythique A Night In Copenhagen avec un certain Michel Petrucciani… Ce Wild Man Dance est un live qui documente une suite exceptionnelle, œuvre de commande pour le Festival Jazztopad à Wroclaw en Pologne. Avec le pianiste Gerald Clayton, le contrebassiste Joe Sanders, le batteur Gerald Cleaver, le virtuose de la lyre Sokratis Sinopoulos et le maître du cimbalom Miklós Lukács, Charles Lloyd déploie des compositions tantôt élégantes, gracieuses, turbulentes ou dynamiques, tantôt méditatives, pacifiques et émotionnelles. Sa musique évoque un sentiment de transcendance lors d'un voyage mystérieux, depuis l'ouverture Flying Over The Odra Valley, qui éclaire à la fois le jeu martelé de Lukács et le brio du saxophone ténor, jusqu'au dynamisme lyrique de l'épopée finale Wild Man Dance, avec une grâce jubilatoire dans son dialogue d'ensemble. « Lorsque Don Was a pris la direction de Blue Note en 2011 raconte le saxophoniste, il est venu me voir et m'a invité à enregistrer pour le label… Je souhaite étendre mes ailes et trouver de nouveaux courants ascendants pour m'envoler. Il s'agit de continuer mes recherches au service du son. » A 70 ans passés, force est de constater que Charles Lloyd est ici au sommet de ses capacités artistiques, déchiffrant de nouveaux sentiers en repoussant les limites de la musique moderne. © CM/Qobuz
CD21,99 €

Jazz - Paru le 21 octobre 2002 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 12 février 1999 | ECM

CD41,99 €

Jazz - Paru le 5 avril 2013 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 12 mai 1997 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 4 avril 2006 | ECM

CD21,99 €

Jazz - Paru le 26 août 2011 | ECM

Epaulé par son quartet d’un raffinement ultime (Jason Moran est au sommet de son art !), Charles Lloyd croise ici le fer avec l’une des plus grandes chanteuses de la Grèce contemporaine. La voix engagée de Maria Farantouri trouve dans le « chant » du saxophoniste américain un fleuve lyrique et ample qui sied à la perfection à sa prose habitée, poétique et majestueuse. Tous ces superlatifs pourraient effrayer mais ce live enregistré à Athènes en juin 2010 est avant tout une expérience intérieure d’une grande intensité, assez intime et sensuelle. Un disque de toute beauté.
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 7 mars 2008 | ECM

Hi-Res Livret
CD21,99 €

Jazz - Paru le 22 mars 2004 | ECM

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 14 avril 2015 | Blue Note (BLU)

Hi-Res
Après de nombreux somptueux albums pour ECM, Charles Lloyd revient au bercail Blue Note, trente ans après un mythique A Night In Copenhagen avec un certain Michel Petrucciani… Ce Wild Man Dance est un live qui documente une suite exceptionnelle, œuvre de commande pour le Festival Jazztopad à Wroclaw en Pologne. Avec le pianiste Gerald Clayton, le contrebassiste Joe Sanders, le batteur Gerald Cleaver, le virtuose de la lyre Sokratis Sinopoulos et le maître du cimbalom Miklós Lukács, Charles Lloyd déploie des compositions tantôt élégantes, gracieuses, turbulentes ou dynamiques, tantôt méditatives, pacifiques et émotionnelles. Sa musique évoque un sentiment de transcendance lors d'un voyage mystérieux, depuis l'ouverture Flying Over The Odra Valley, qui éclaire à la fois le jeu martelé de Lukács et le brio du saxophone ténor, jusqu'au dynamisme lyrique de l'épopée finale Wild Man Dance, avec une grâce jubilatoire dans son dialogue d'ensemble. « Lorsque Don Was a pris la direction de Blue Note en 2011 raconte le saxophoniste, il est venu me voir et m'a invité à enregistrer pour le label… Je souhaite étendre mes ailes et trouver de nouveaux courants ascendants pour m'envoler. Il s'agit de continuer mes recherches au service du son. » A 70 ans passés, force est de constater que Charles Lloyd est ici au sommet de ses capacités artistiques, déchiffrant de nouveaux sentiers en repoussant les limites de la musique moderne. © CM/Qobuz
CD14,99 €

Jazz - Paru le 4 avril 2005 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 3 septembre 2001 | ECM

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 février 1990 | ECM

CD14,49 €

Jazz - Paru le 17 juillet 1964 | Columbia

L'interprète

Charles Lloyd dans le magazine