Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES18,99 €
CD16,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 décembre 2020 | City Slang

Hi-Res
« La rouille ne dort jamais », chantait Neil Young. Mais à Tucson dans le désert de l’Arizona, l’air est si sec que la rouille dort quand même plus longtemps qu’ailleurs. Voyez Calexico. Les deux membres fondateurs du groupe, Joey Burns et John Convertino, jouent ensemble depuis le début des années 90, et ils parviennent encore à enregistrer des disques aussi frais qu’une margarita frappée. Seasonal Shift, leur quinzième album au moins, est consacré à des chants de Noël. Mais pas Noël comme ici. Déjà, Calexico a composé la plupart des chansons, et emprunté les autres à John Lennon et Tom Petty. Et depuis tout ce temps, le groupe s’est constitué un excellent carnet d’adresses, avec beaucoup de contacts chez les musiciens latinos. On les retrouve sur Seasonal Shift : Camilo Lara du Mexican Institute of Sound, les chanteuses Gaby Moreno et Gisela João et bien sûr quelques guitares acoustiques et cuivres mariachis, qui font partie du style Calexico. Parmi les invités, il y a aussi un roi mage, le guitariste nigérien Bombino. Façon auberge espagnole, ou mexicaine, tout ce petit monde invente des chansons comme des paquets à ouvrir sous le sapin : feel-good, joyeuses mais sans niaiserie, qui invitent à ouvrir une parenthèse de paix le temps d’un album. Calexico fait un peu son Manu Chao en fin d’album, pour faire danser les cactus enguirlandés. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 mars 2006 | City Slang

A partir de :
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 janvier 2018 | City Slang

Terrain de jeu favori de Calexico depuis le milieu des années 90, la ligne sud-américaine qui longe l’americana, les rythmes mariachis, la cumbia et la country alternative n’a presque pas bougé. Au contraire, elle devient leur ligne de flottaison. The Thread That Keeps Us s’écarte peu des habitudes des lonesome boys de Tucson mais goûterait presque le plastique californien, où il a été produit. Preuve en est la pop sage d’End of the World With You qui joue les ouvertures ou de Eyes Wide Awake. Là réside le paradoxe de cet album, contestataire et engagé dans ces paroles porte-voix des opprimés et des migrants en exil (Voices in the Field), mais enfoncé encore plus profondément dans une zone de confort rock. Il faut finalement être patient. Les réjouissances s’allongent sur les dernières plages, servies avec les instrumentaux Longboard et Luna Roja, l’interlude doux-amer d’Inside the Energy Field ou encore le mélancolique Dream On Mount Tam. Des déserts assassins du sud de l’Arizona, le chanteur Joey Burns et le batteur John Convertino retiennent les flirts frontaliers, plus toxiques encore. Un neuvième album dont les débordements légers visent finalement plus large. © CS/Qobuz
A partir de :
CD18,49 €

Amérique latine - Paru le 23 novembre 2018 | City Slang

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 septembre 2008 | City Slang

L’americana peut être la plus belle chose du monde. Et aussi la plus vulgaire, quand elle est mal comprise. Vulgaire quand elle est prostituée par un Johnny Hallyday et un Christian Audigier, elle sait toucher à la beauté glaçante quand c’est Joey Burns et John Convertino qui la caressent dans le sens de la poussière que le vent chaud soulève sur un paysage de western idyllique. Calexico, bâti de façon aléatoire et mobile autour de ce duo, s’est fait une spécialité de ces chansons surannées, à la tranquillité désarmante dans ce monde de parures, toutes baignées d’épices d’au delà de la frontière. Les ambiances mariachi démarrent ici au septième titre, le bien nommé « Inspiracion », aux cuivres pimentés autour de la voix lumineuse d’Amparo Sanchez. Jusque là, ce n’était que ballades inspirées (« Victor Jara’s Hands », qui ouvre l’album) et tout ce foutu songwriting neurasthénique que le duo a balisé comme son territoire depuis toujours. Carried To Dust n’est en rien une révolution, on y croise ces pedal steels languissantes, ces voix en unisson paresseux, et ce savoir-faire d’artisans de luxe de la musique américaine dans ce qu’elle a de plus sudiste, à la Carson McCullers. Une musique de cartes postales, et bien sûr de films, puisqu’elle ne ressemble qu’à cela, un story telling hanté de personnages vrais comme au cinéma, mis en scène dans une science exacte du décor musical. Il y a quelques années, Jean-Louis Murat avait collaboré avec Calexico pour le superbe Mustango. En parangon de l’Americana pour la plèbe, Johnny H. ferait bien d’en faire autant, mais il faudrait pour cela qu’il change de fréquentations… © ©Copyright Music Story Jean-Eric Perrin 2015
A partir de :
CD21,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 février 2003 | City Slang

A partir de :
CD21,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 mai 2000 | City Slang

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 7 septembre 2012 | City Slang

Quand le projet de Calexico d'enregistrer le successeur du superbe Carried To Dust de 2008 en Europe tombe à l'eau, le groupe se rabat sur la plus européenne des villes américaines, la Nouvelle-Orléans. Ce changement de cadre transparait clairement sur Algiers, baptisé d'après le quartier de la ville où Calexico a choisi de s'implanter pour l'occasion. Si Joey Burns et John Convertino n'ont pas pour autant adopté de recettes zydeco ou de folklore cajun, le résultat n'en demeure pas moins un riche brouet dans lequel les clins d'oeil à la Big Easy ne sont jamais appuyés mais sont autant d'évocations subtiles des différents courants musicaux qui ont fait l'histoire du lieu. Au final Algiers dispose de chansons solides et d'une vitalité à laquelle on aimerait voir Calexico s'habituer à l'avenir. © Heather Phares /TiVo
A partir de :
CD12,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 mai 2013 | City Slang

A partir de :
CD20,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 10 avril 2015 | City Slang

Après les territoires plus sombres explorés sur Algiers en 2012, Calexico retrouve la lumière sur Edge of the Sun en 2015. Des titres comme "Cumbia de Donde", avec ses synthétiseurs, sa guitare virevoltante et sa basse appuyée, rappellent les ambiances des débuts de la formation américaine. Enregistré à Mexico, Edge of the Sun constitue en outre leur disque le plus riche en collaborations, avec des interventions signées Neko Case, Amparo Sanchez, Sam Beam (Iron & Wine), Ben Bridwell (Band of Horses) ou encore Nick Urata ("DeVotchka). © TiVo
A partir de :
CD12,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 novembre 2011 | City Slang

A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 12 août 1997 | Quarterstick Records

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 31 mars 2006 | City Slang

A partir de :
CD6,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 6 avril 2004 | Quarterstick Records

A partir de :
CD8,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 mai 2001 | Quarterstick Records

A partir de :
CD2,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 2 mai 2019 | City Slang

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2000 | Quarterstick Records

A partir de :
CD11,49 €

Bandes originales de films - Paru le 21 août 2011 | Cutting Edge Music Services LLC

A partir de :
CD16,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 4 décembre 2020 | City Slang

« La rouille ne dort jamais », chantait Neil Young. Mais à Tucson dans le désert de l’Arizona, l’air est si sec que la rouille dort quand même plus longtemps qu’ailleurs. Voyez Calexico. Les deux membres fondateurs du groupe, Joey Burns et John Convertino, jouent ensemble depuis le début des années 90, et ils parviennent encore à enregistrer des disques aussi frais qu’une margarita frappée. Seasonal Shift, leur quinzième album au moins, est consacré à des chants de Noël. Mais pas Noël comme ici. Déjà, Calexico a composé la plupart des chansons, et emprunté les autres à John Lennon et Tom Petty. Et depuis tout ce temps, le groupe s’est constitué un excellent carnet d’adresses, avec beaucoup de contacts chez les musiciens latinos. On les retrouve sur Seasonal Shift : Camilo Lara du Mexican Institute of Sound, les chanteuses Gaby Moreno et Gisela Joao et bien sûr quelques guitares acoustiques et cuivres mariachis, qui font partie du style Calexico. Parmi les invités, il y a aussi un roi mage, le guitariste nigérien Bombino. Façon auberge espagnole, ou mexicaine, tout ce petit monde invente des chansons comme des paquets à ouvrir sous le sapin : feel-good, joyeuses mais sans niaiserie, qui invitent à ouvrir une parenthèse de paix le temps d’un album. Calexico fait un peu son Manu Chao en fin d’album, pour faire danser les cactus enguirlandés. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
CD5,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 juin 2013 | City Slang

L'interprète

Calexico dans le magazine
  • La hotte de Calexico
    La hotte de Calexico Avec "Seasonal Shift", le duo arizonien signe un magnifique album de Noël sur lequel on croise notamment des reprises de John Lennon et de Tom Petty...
  • Calexico et Iron & Wine sont dans un bateau
    Calexico et Iron & Wine sont dans un bateau Les deux formations phares de l'américana signent un premier album en commun...
  • Calexico, soleil d'Arizona sur l'hexagone
    Calexico, soleil d'Arizona sur l'hexagone Cinq escales françaises pour Calexico et leur country rock alternative cet automne, à l'occasion de la sortie de leur nouvel album, "Algiers".
  • QIBUZ / Lundi 18 juin 2012
    QIBUZ / Lundi 18 juin 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...