Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Al Jarreau

Il ne ressemble à personne et personne ne lui ressemble. Il s’impose, naturellement, comme une grande voix du jazz, de la soul et de la pop dès le début des années 70. Né le 12 mars 1940, Alwyn Lopez Jarreau, connu sous le nom de scène de Al Jarreau, a gagné sept Grammy Awards et est le seul chanteur à avoir jamais remporté ces distinctions justement dans les trois catégories (jazz, pop et R&B), et, qui plus est, au cours de quatre décennies différentes (des années 1970 aux années 2000). Ses disques sont emprunts de swing, de légèreté, de fantaisie, tel un funambule sur des océans de musique.


Fils d'un pasteur et d'une pianiste, Al Jarreau commence à chanter dès l'âge de quatre ans à l'église, mais n'émerge que tardivement sur la scène américaine après des études de psychologie. Au tournant des années 1970, il quitte Milwaukee pour Los Angeles, où il entame quelques tours de chants dans plusieurs bars branchés. Remarqué par des agents, il signe un premier contrat chez Reprise Records et sort en 1975 un album produit par Al Schmitt, producteur et arrangeur bien connu des studios californiens, avec l'aide de Dave Grusin pour l'arrangement des cordes, des cuivres et des voix. Et ce sera We Got By, chef d’œuvre ! Le titre éponyme et You Don't See Me constituant des moments forts de cet album. En 1976 suit l'album Glow, coproduit par le tandem Al Schmitt et Tommy LiPuma où l'on retrouve des musiciens comme le guitariste Larry Carlton, Joe Sample et Wilton Felder (tous trois membres du groupe The Crusaders). On peut y apprécier des interprétations très personnelles de Your Song (Elton John) et de Agua De Beber de Vinícius de Moraes et Antônio Carlos Jobim. En 1977 paraîtra un album live Look To The Rainbow dans lequel il donne une version fort prisée des amateur du Take 5 de Paul Desmond. En 1978, All Fly Home marquera sa dernière collaboration avec Al Schmitt. Les meilleures années diront certains. La suite est pourtant probante.


En 1980 l'album This Time est produit par Jay Graydon (Airplay), guitariste connu des studios de Los Angeles. Succès immédiat, l'album, salué par la critique, conquiert un large public avec des titres comme Gimme What You Got ou Never Givin' Up. 1981 constituera le sommet commercial de la carrière de Jarreau avec l'album Breakin' Away. Les titres tels que Breakin' Away, We're In This Love Together et Roof Garden obtiennent un grand succès. Cet album se hissera à la première place du Billboard dans deux catégories : « Black Albums » et « Jazz Albums » et il atteindra la neuvième place dans la catégorie « Pop Albums ». Breakin' Away sera nommé aux Grammy Awards dans la catégorie « Meilleur Album de l'année ».


1983 voit la sortie de l'album Jarreau, toujours sous la houlette de Jay Graydon qui choisit pratiquement les mêmes musiciens que sur Breakin' Away. Les années 1983-4 marquent un profond changement dans l'industrie musicale, aussi bien dans la politique des maisons de disques que dans les productions proposées. L'année 84 verra l'avènement du tout synthétique et Al Jarreau n'échappera pas à cette mode avec l'album High Crime, qui connaîtra moins de succès que ses prédécesseurs.1984 verra également les retrouvailles entre Jarreau et le producteur Tommy LiPuma pour l'album Live In London enregistré au stade de Wembley. En 1985 Al Jarreau se fend d'une participation avec le groupe anglais de jazz/funk/pop Shakatak pour un single Day By Day. L'année 1985 sera également celle de USA for Africa, pour la chanson We Are The World, projet initié par Michael Jackson, Lionel Richie et Quincy Jones, qui réussiront à rassembler une très grande partie des stars américaines de la chanson du moment, dont Al Jarreau. En 1986, il prend la direction de New York pour enregistrer un nouvel album. Il décide de faire confiance à un Nile Rodgers, (Chic), ainsi que (en tant que producteur) avec Sister Sledge. L'album qui en résulte est L Is For Lover.


1988 marquera le retour de Al Jarreau avec un nouvel album Heart's Horizon et une nouvelle et dernière collaboration avec Jay Graydon. D'autres producteurs sont également présents : George Duke, Dennis Matkosky et le Français Philippe Saisse (Claude Nougaro). Il se passera ensuite quatre ans avant que Jarreau ne sorte de nouvel album. 1992 voit la sortie de Heaven And Earth. Ce ne sera pas un album majeur dans la carrière du chanteur, malgré quelques titres intéressants. En 1994 sur l'album Tenderness, Al Jarreau change radicalement ses choix de production en sortant un disque enregistré live en studio. Il revient à un chant très jazz sur cet album qui ne comporte que des reprises. L'album est le fruit d'une collaboration avec Paulinho Da Costa, Steve Gadd, Joe Sample, Marcus Miller (producteur), Eric Gale ou encore David Sanborn. Le reste des années 1990 ne verra la sortie que d'une compilation Best Of Al Jarreau avec deux titres inédits : Compared To What et Goodhands Tonight.
Al Jarreau commence la décennie 2000 avec la sortie d'un nouveau disque sur le fameux label GRP Records. Tomorrow Today est un opus de très bonne facture, sous la houlette du producteur à la mode dans le milieu du smooth jazz, Paul Brown. L'album All I Got de 2002 (GRP Records) est le fruit du même groupe de musiciens. L'album comporte un duo avec Joe Cocker, Lost And Found. Avec Accentuate The Positive (2004) sur le prestigieux label Verve, Al Jarreau fait un retour au jazz avec l'aide de Tommy LiPuma producteur de Diana Krall, Michael Franks et George Benson entre autres. Il interprète des classiques du Great American Songbook mais aussi des compositions originales. Une production très minimaliste permet à sa voix de montrer que malgré le poids des années il est toujours là. Peter Erskine à la batterie, Luis Conte aux percussions, Larry Goldings à l'orgue Hammond et Christian McBride à la basse donnent le La.


En 2006 Al Jarreau et George Benson font pour la première fois équipe ensemble pour un album en commun Givin' It Up. Une réussite indéniable, et on remarque le pléiade de stars invités : Paul McCartney, Herbie Hancock, Jill Scott, Chris Botti, Stanley Clarke, Marcus Miller... Al Jarreau pose des paroles sur le Breezin' de Bobby Womack popularisé par George Benson en 1976, ainsi que sur Tutu de Miles Davis,...
En 2008 Al Jarreau se plie à la tradition très américaine du disque de Noël avec son album Christmas, où l'on note la présence de l’excellent groupe vocal Take 6. À l'été 2010, le chanteur entame une tournée européenne, au cours de laquelle il est hospitalisé d'urgence le 22 juillet, en France, pour des problèmes respiratoires. À l'automne de cette même année, on peut malgré tout l’entendre sur le nouvel album du guitariste producteur de Smooth Jazz Paul Brown Love You Found Me. Il est aussi présent sur deux titres du dernier album de Deodato Crossing. En 2011 il joue à "Jazz à Vienne" puis, le 22 Juillet 2011 (un an exactement après son malaise), puis au Festival des Enfants du Jazz de Barcelonnette, souhaitant honorer son engagement et rencontrer son public. En 2012, un nouvel album était en préparation sous la houlette du producteur et musicien George Duke. Ce disque sera, en fin de compte, un hommage à cet ami de 50 ans, disparu entre temps, le 5 août 2013. Son titre : My Old Friend. Al Jarreau y interprète les compositions de George Duke, avec l’aide de quelques amis : Stanley Clarke, Marcus Miller, Lalah Hathaway, Boney James, Dianne Reeves, Jeffrey Osborne et Gerald Albright.


Avec le temps, l’art et la manière de funambule d’Al Jarreau s’est légèrement estompé. Le chanteur fait partie des grandes voix, immédiatement identifiables du répertoire. On préférera sans doute ses premières années, brillantissimes. © DP/Qobuz
Lire plus

Discographie

77 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 4
1 sur 4

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums