Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Soul - Paru le 23 octobre 1972 | Fat Possum

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Neuf mois seulement après l’album Let’s Stay Together porté par son single du même nom, Al Green et son complice producteur Willie Mitchell – boss du label Hi Records – poursuivent avec I’m Still in Love With You leur introspection minimaliste, épurée et érotique de la soul music en regardant même vers la country (torride version de For the Good Times de Kris Kristofferson) et le rock’n’roll (reprise originale du Pretty Woman de Roy Orbison). Mais la patte suave unique du chanteur-révérend de l’Arkansas demeure tout au long de ce cinquième album paru en octobre 1972. Al Green susurre ou miaule, chuchote ou scande, tel un prêcheur prêt à pécher. La magie de cette soul qui ne résonne comme aucune autre provient de l’épure extrême de la toile sonore tendue par Mitchell et ses musiciens. Comme cette batterie d’Al Jackson (membre fondateur de Booker T. & The M.G.’s) faisant office de battements de cœur vitaux. Pas un pet de graisse, pas un violon de trop, pas un cuivre saoulant, non, tout ici relève de l’horlogerie suisse et de la justesse. Une approche sur laquelle le temps ne posera aucune ride. © Marc Zisman/Qobuz
CD7,49 €

Soul - Paru le 24 novembre 2014 | Fat Possum

HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Soul - Paru le 14 juin 2019 | Fat Possum

Hi-Res
Artisan d'une soul sudiste ultra-sensuelle emballée dans un groove épuré, Al Green livre chez Hi Records ses plus grands enregistrements. Grâce au producteur Willie Mitchell, patron du mythique label de Memphis, le chanteur-révérend au falsetto limite sexuel passe la période 1968/1978 à enquiller les hymnes emballés dans une production originale. Comme son existence est un dilemme permanent entre tentation de la chair et abnégation religieuse (« Il y a pas mal d'églises qui cachent leur linge sale dans un placard. Je le sais bien pour être dans l'église depuis des décennies. »), Al Green ne cesse de se placer entre l’épure soul et gospel du Sud des Etats-Unis et le luxe (la luxure ?) du Philly’s Sound. Sa voix est une incantation érotique impressionnante, portée à bout de bras par la production de Mitchell, épine dorsale de ses albums.Batterie métronomique tout en retenue, points d’exclamation de cuivres, chuchotements de guitare, caresses de cordes, personne n’atteindra une telle décharge de sensualité avec des moyens volontairement aussi modestes que sur I’m Still in Love With You ou Let’s Stay Together. Al Green chuchote ou miaule, parle ou scande, tel un prêcheur soul à la lisière du péché. En 1974, il est même ébouillanté par une maîtresse qui se suicidera quelques minutes plus tard. Un « signe divin » qui le pousse à devenir pasteur deux ans plus tard. « J'ai plus appris à l'église que dans le reste du monde. » Avec cette collection réunissant tous les singles remastérisés de ses douze albums pour Hi Records, on comprend mieux son génie. Comme on reste impressionné par l’association magique entre cette voix unique et cette musique feutrée jamais racoleuse. Essentiel. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

R&B - Paru le 29 mai 1975 | Fat Possum

Hi-Res
CD9,99 €

Soul - Paru le 23 mars 2015 | Fat Possum

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

Soul - Paru le 19 septembre 1975 | Fat Possum

CD9,99 €

Soul - Paru le 18 septembre 2015 | Fat Possum

CD9,99 €

Soul - Paru le 14 août 1971 | Fat Possum

CD13,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 2008 | Blue Note Records

Livret
Lay It Down n’est sans doute pas un très grand disque, mais il distille des nouvelles tendres et complices d’Al Green, l’un des chanteurs noirs américains les plus étincelants de sa génération (et il n’en reste plus tant que cela), et c’est déjà une bonne chose. Sans vouloir s’inspirer jusqu’au carbone du travail remarquable effectué dans les années 1970 par le producteur Willie Mitchell aux côtés du chanteur, touché il y a trente ans par la grâce divine, après que sa fiancée l’ait ébouillanté, se soit tirée une balle dans la tête, les hommes aux manettes (et en particulier Ahmir Ouestlove Thompson, l’un des responsables majeurs du son de The Roots), ont tenté de replacer cette fièvre créative et millésimée dans un contexte plus contemporain, et donc dénuée d’essoufflement nostalgique. Pour ce, il suffisait de penser à donner priorité – au programme du troisième album du Révérend pour un mythique label de jazz) – à la voix comme centre des couleurs, et des interventions. C’est chose faite avec un Green (seul aux commandes, ou en duo avec Anthony Hamilton, ou Corinne Bailey Rae) en pleine capacité de vocalises souples comme une caresse, douces comme une brise de printemps. A noter la participation plus qu’efficiente du guitariste Chalmers « Spanky » Alford (transfuge des Mighty Clouds of Joy, le monsieur est en capacité d’enchaîner un solo jazzy, avec une couleur digne du blues le plus marécageux), et d’Adam Blackstone, bassiste usuel de Jill Scott. On reprochera – un peu chafouin – le caractère uniformément mid-tempo des chansons, toutes sublimes balaldes, en oubliant qu’on a, parfois, besoin d’un peu de douceur. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2018
CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

Soul - Paru le 2 octobre 1974 | Fat Possum

CD9,99 €

Soul - Paru le 23 juin 1978 | Fat Possum

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD13,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 1994 | A&M

CD14,49 €

R&B - Paru le 12 juillet 1972 | Arista - Legacy

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

CD9,99 €

R&B - Paru le 1 décembre 2016 | Fat Possum

L'interprète

Al Green dans le magazine