Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Le Chant du Cygne de Dietrich Henschel

Le baryton berlinois s’attaquera au Chant du Cygne de Schubert, beau recueil posthume de quatorze lieder, le 7 février au Théâtre des Champs-Elysées.

Par Marc Zisman | Sur Scène | 12 janvier 2010
Réagir
Qobuz

Dimanche 7 février, à 17h00, Dietrich Henschel, accompagné au piano par Fritz Schwinghammer, chantera Schwanengesang (Le Chant du Cygne) D. 957 , Lieder tardifs de Franz Schubert.

Formé à l'école du Lied, Dietrich Henschel compose souvent à la scène des personnages riches et complexes, comme ceux de Wozzeck, Pelléas ou encore le Prince de Hombourg de Henze et Doktor Faust de Busoni pour n'en citer que quelques-uns.

En récital, on retrouve chez ce baryton berlinois un sens des couleurs et du texte ainsi qu'une intelligence dans la caractérisation qui n'est pas sans évoquer son maître et modèle, un certain Dietrich Fischer-Dieskau…

Né le 22 mai 1967 à Berlin, Dietrich Henschell débute ses études musicales au lycée de Nuremberg. Il apprend le piano, la direction et le chant au conservatoire de la ville puis à Munich avant d’être engagé comme baryton lyrique à Kiel. C’est avec le rôle de Faust dans Doktor Faustus de Busoni à l’Opéra National de Lyon en 1997, que va véritablement commencer sa carrière internationale. Dès lors, on le retrouve dans les grands théâtres européens : Amsterdam, Munich Genève ou Milan.

Henschell se produit à Aix en Provence, au Maggio Musicale Fiorentino. Il travaille régulièrement avec les plus grands chefs comme Gardiner, Harnoncourt, Jacobs, Mehta, Eschenbach ou bien encore Nagano.

Schwanengesang, en français Le Chant du cygne, est un recueil posthume de quatorze lieder sur des poèmes de Ludwig Rellstab, Heinrich Heine et Johann Gabriel Seidl. Le recueil fut ainsi nommé par son premier éditeur, Haslinger, qui souhaitait probablement le présenter comme le testament artistique de Schubert. Il avait mis côte à côte deux recueils, sans liens directs, puis ajouté un quatorzième, sans doute pour éviter le chiffre 13 et terminer le recueil sur une note moins sombre.

Il est donc difficile de trouver une unité dans ces lieder. Contrairement à ceux des deux autres cycles, les lieder de Schwanengesang sont tour à tour légers et tranquilles, dramatiques, voire hallucinés. Les thèmes abordés par les poèmes sont nombreux : le monde et la nature, les errances hallucinatoires du personnage, la nostalgie. Le style musical est très varié, passant de la mélancolie au lyrisme élégiaque, de la noirceur décidée au ton joyeux et léger…

Le site officiel de Dietrich Henschel

Le site officiel du Théâtre des Champs-Elysées

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters