Votre panier est vide

Rubriques :
News

Le jouet de Bowie

Par Marc Zisman |

Six ans jour pour jour après sa mort, l'art du Thin White Duke fascine toujours autant et ses albums restent une source d'inspiration majeure. Quant à ses archives, elles n'ont pas dit leur dernier mot à l'image de "Toy", un disque inédit du début des années 2000 qui vient de paraître en version deluxe...

Le 10 janvier 2016, quand David Bowie s'éclipse pour toujours, ses fans sont en train d'écouter en boucle Blackstar, son 25e album studio sorti 48 heures plus tôt, le jour de son 69e anniversaire ! Celui qui vient alors d'être emporté par un cancer n'était pas une "légende du rock" comme les autres. Avoir traversé les décennies et les modes de la sorte a toujours conféré à Bowie un statut d'innovateur unique, artiste singulier réussissant à se réinventer perpétuellement, à se remettre en question aussi...

Publié en novembre dernier, Brilliant Adventure zoomait sur la période 1992-2001 de Bowie. Au cœur de ce copieux coffret de plus de 130 pistes figurait Toy, un opus inédit enregistré à New York entre juillet et octobre 2000, sur lequel la star revisitait ses chansons de ses débuts mod, dans les sixties (lorsqu’il agissait sous le nom de Davy Jones & The Lower Third et Davie Jones & The King Bees), et qu’il habillait avec le son de son temps. Des relectures de compositions datant d’avant la gloire que David Bowie a conçues essentiellement avec Earl Slick à la guitare, Gail Ann Dorsey à la basse, Mike Garson aux claviers et Sterling Campbell à la batterie.

En plus de l’album original, Toy:Box qui sort le 7 janvier 2022 propose deux disques supplémentaires du même répertoire avec des versions alternatives et des versions acoustiques. Les fans hardcore de l'artiste qui aurait eu 75 ans le lendemain de la sortie de ce coffret apprécieront cet énième tour de passe-passe de leur idole en forme de voyage dans le temps.

Qu’il s’agisse du glam rock, de la new wave, du funk ou de la soul, du disco ou de l’électro, David Bowie a endossé tous les genres ; parfois même avec une longueur d’avance. De Major Tom à Ziggy Stardust, d’Aladdin Sane au Thin White Duke, il s’est inventé et réinventé, s’est métamorphosé et a exhibé son corps devenu spectacle. Corps qu’il a fait voyager aux quatre coins du monde, de Londres à New York en passant par Berlin.

Un itinéraire géographique, physique, intellectuel, dense et assez fascinant qui a fait de Bowie une icône du monde de la culture moderne et pionnier de la pop jouant sur une androgynie revendiquée. Et cinq ans après sa mort, son art est loin d'avoir cessé d'influencer la jeune génération...

ÉCOUTEZ "TOY BOX" DE DAVID BOWIE SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article