Votre panier est vide

Rubriques :
News

Do you speak Arlt ?

Par Nicolas Magenham |

Avec "Turnetable", le duo composé d'Eloïse Decazes et de Sing Sing livre un nouvel album toujours aussi libre, drôle, triste, fou, réaliste, surréaliste, bref du 100% Arlt, alias le plus bel ovni de la chanson française contemporaine.

Eloïse Decazes et Florian Caschera (alias Sing Sing) ont appelé leur formation Arlt en hommage à Roberto Arlt (1900-1942), romancier argentin spécialisé dans les personnages transgressifs au sein d’une société aliénante. Dans leur cinquième album baptisé Turnetable et qui vient de paraître sur le label Objet Disque, ces deux aliens nés en 2010 poursuivent eux-mêmes leur entreprise de dynamitage de la chanson française. Qu’il s’agisse de la langue ou de la musique, dans la droite lignée d’Areski/Fontaine (autre duo mythique et parents spirituels évidents de Decazes et Caschera), Arlt ravage tout sur son passage.

Enregistré dans diverses pièces de leur maison du Puy-de-Dôme, Turnetable est aussi inquiétant et expérimental que drôle et mélodieux. Lorsqu’on leur demande les influences de la chanson d’ouverture, Oh bagnole, ils citent pêle-mêle le chanteur de blues Leadbelly, Stephen King, la chanson napolitaine, les Beach Boys « privés d’harmonies » et le R’N’B contemporain !

A l’image de sa pochette psychédélique, ce disque déréglé est impossible à résumer tant les thèmes abordés, d’un premier abord pourtant réalistes (la guerre, la nature mourante…), passent invariablement par la moulinette déjantée d’un théâtre sonore totalement improbable. Pour mettre en forme ce Turnetable hors-norme et inventif, il a fallu un façonnage béton. A cet égard, saluons le mixage hautement subtil d’Ernest Bergez, lequel met idéalement en valeur la folie créatrice d’Arlt.

ÉCOUTEZ "TURNETABLE" DE ARLT SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article