Votre panier est vide

Rubriques :
News

Daniel Rossen, un Grizzly Bear en solitaire

Par Marc Zisman |

Avec "You Belong There", le cerveau du groupe Grizzly Bear signe un très attendu premier album solo, entre folk luxuriant et pop baroque...

Dix ans après un premier EP sous son seul nom, Daniel Rossen impose à nouveau la singularité de sa voix mais cette fois sur tout un album. Le membre fondateur de Grizzly Bear a quitté la hype de Brooklyn depuis quelques années pour jeter l’ancre au Nouveau-Mexique. Logique que You Belong There, ce premier disque en solitaire, ne suinte aucune urbanité, aucun stress de la ville. Mais cette ambiance n’a rien de béate et son album est d’une richesse voire d’une complexité impressionnante. Comme si les marqueurs de Grizzly Bear étaient encore plus magnifiés.

Rossen est de cette race de songwriters lettrés qui vénèrent les aînés décalés. Ceux qui escaladent leur genre de prédilection par les façades les plus cabossées. Il y a une sorte de mélange de Robert Wyatt (Tangle), Van Dyke Parks ou Judee Sill dans sa symphonie boisée et chambriste. En fan aussi de musique brésilienne, il dégaine des accords étranges chipés à Baden Powell (Unpeopled Space).

Dans son jeu de guitare acoustique atypique, dans les accords qu’il utilise mais aussi dans le vaste instrumentarium qu’il pilote (contrebasse, violoncelle), Daniel Rossen a les traits d’un artisan qui construit du grand avec du petit. La face baroque de Grizzly Bear est bien là. Comme le sont les célébrations harmoniques chères aux Fleets Foxes de Robin Pecknold, un de ses amis proches. Chris Bear, batteur de Grizzly Bear, est venu lui prêter main forte mais Rossen est l’unique artisan de ce grand disque de folk baroque qui alterne entre le flamboyant et l’intime. Magnifique.

ÉCOUTEZ "YOU BELONG THERE" PAR DANIEL ROSSEN SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article