Votre panier est vide

Rubriques :
News

Bill Frisell, la règle de 4

Par Stéphane Ollivier |

Pour son nouveau quartet, le guitariste américain s'entoure de Greg Tardy, Gerald Clayton et Johnathan Blake, et signe avec "Four" un album de toute beauté qui parait sur le label Blue Note...

A 71 ans et après plus de quarante ans d’une carrière qui l’aura vu participer à quelques-unes des aventures les plus décisives du (post)jazz contemporain (du fameux trio de Paul Motian avec Joe Lovano au groupe Naked City de John Zorn), Bill Frisell, déjà riche d’une discographie pléthorique, signe probablement avec Four l’un de ses plus beaux disques. Entouré de son vieux complice Craig Tardy au saxophone ténor et aux clarinettes mais aussi de partenaires apparus plus récemment dans sa nébuleuse (le pianiste Gerald Clayton, rencontré auprès du saxophoniste Charles Lloyd — admirable de finesse harmonique ; le batteur Johnathan Blake, tout en contrôle des flux et des dynamiques), le guitariste y distille en treize pièces particulièrement inspirées (neuf totalement inédites et quatre puisées dans son ancien répertoire) la quintessence de sa poétique de l’esquive et du sous-entendu.

Profitant admirablement de la fragilité de l’orchestration et notamment de l’absence de basse assurant le liant et l’assise rythmique, les quatre musiciens de Four se projettent sans filet dans des climats oniriques aux textures mouvantes empruntant leurs humeurs au gré des titres à toutes les déclinaisons de l’americana (du blues à la country), mais aussi au jazz le plus contemporain.

Dans cette musique fondamentalement élégiaque et mélancolique, où tout se joue dans la nuance et la subtilité de l’interaction, Frisell et ses compagnons, redéfinissant sans cesse leur fonction au sein de l’orchestre au service d’un son de groupe réellement organique, voyagent en toute liberté dans la mémoire et l’imaginaire de la musique américaine du XXe siècle, rendant pour l’occasion hommage à quelques grands noms récemment disparus (le producteur Hal Willner, le trompettiste Ron Miles) avec une finesse et une intelligence du cœur proprement bouleversantes.

ÉCOUTEZ "FOUR" DE BILL FRISELL SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article