Votre panier est vide

Rubriques :
JazzNews

Marcus Miller Renaissance

Par Romain Grosman |

SELECTION JAZZ NEWS

Renaissance n’est pas le terme qui vient à l’esprit en pensant à Marcus Miller. Producteur-faiseur de rois (grands et petits) au cours des eighties, redevenu bassiste prodige, il s’est glissé naturellement dans ses habits de leader. Sans lui, on n’écouterait sans doute plus de jazz funk. Ici, Gretchen Parlato chante, et sa garde rapprochée assure : Marcus Miller est tombé dans ce groove juvénile quand il était ado à Brooklyn. Fasciné par Larry Graham, Bootsy Collins, Jaco Pastorius, il est entré dans le Panthéon des grands bassistes en gardant la fraîcheur du jeune wanabee d’alors. Du Marcus Miller pur jus, avec sa science des tourneries redoutables (« Tightrope » avec Janelle Monae et Dr. John) et des solos racés (un hommage révérencieux à Michael Jackson « I’ll Be There »).

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article