Votre panier est vide

Rubriques :
News

Maria et Luchino

Par Marc Zisman |

Callas. Visconti. Deux noms à faire trembler la terre entière. Deux noms qui uniront leur génie…

La légende veut qu’un soir de 1951, le cinéaste milanais entendit la cantatrice grecque dans les Vêpres siciliennes de Verdi. Dès lors, à l'issue de chaque première, Luchino Visconti adressera à Maria Callas un télégramme de félicitations se terminant par : « Quand travaillerons-nous ensemble ? » Trois ans plus tard, en 1954, le désir devient réalité lorsque le réalisateur du Guépard mettra en scène à la Scala La Vestale de Spontini. Pour Callas, Visconti réinventera les canons de l'art lyrique, devenant de plus en plus son Visconti. Il la dirigera à nouveau, en 1955, dans La Somnambule de Bellini et La Traviata de Verdi. Dans cette conversation animée par Pierre Desgraupes, Visconti complimente la chanteuse sur ses talents d'actrice, mais pense qu'elle n'aurait pas du choisir de tourner son premier film avec Pasolini qui, dit-il, n'utilise pas de grands acteurs…

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article