Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Pura Fé en tournée

Par Marc Zisman |

Fin janvier, la chanteuse amérindienne Pura Fé promènera son nouvel album, Full Moon Rising, sur les routes de France.

Deux mois après la sortie de Full Moon Rising, le blues beau et atypique de Pura fé raisonnera à quatre reprise en janvier en France : le 26 à la Bouche d’air à Nantes, les 27 et 28 au Duc des Lombards à Paris et le 29 au Grenier à Sons à Cavaillon.

Pura Fé est indienne Tuscarora par sa mère et revendique l’influence de la musique amérindienne dans le blues. Sa musique est un mariage heureux entre blues, musique traditionnelle indienne de Caroline du Nord et folk song. Son premier album avait été unanimement accueilli par la critique en France. Tuscarora Nation Blues avait même reçu le Prix de l’Académie Charles Cros en 2006 (catégorie World) et un Choc Jazzman. Dans ce premier opus, Pura Fé racontait comment l’histoire unit dans l’esclavage les Noirs et les Indiens du sud (beaucoup d’artistes de blues et de jazz revendiquent cette double appartenance). Son second album Hold The Rain se voulait plus intime.

Avec Full Moon Rising, son troisième disque publié en Europe, Pura Fé grandit à nouveau… « Cet album est un mélange d’électrique et de sonorités plus traditionnelles. Tout simplement parce que coulent dans mes veines du sang et des styles et des modes d’expression d’origines très diverses. J’ai une âme de touche-à-tout. Ma musique est indéfinissable, et je ne le fais pas exprès… Je l’ai réalisé dans mon pays d’origine, la Caroline du Nord, avec mes deux acolytes de Seattle, Danny et Farko. Nous nous sommes retrouvés avec les Dear Clan Singers, un groupe de ma tribu, et d’autres artistes du label Music Maker comme Sam Duffy et les Carolina Chocolate Drops. »

« Ce disque est un mélange de musique indienne, d’héritage spirituel africain, de culture sudiste, le tout avec des instruments venus d’Europe, poursuit Pura Fé. J’aurais tant de choses à dire à propos de cet album. C’est un disque à message. Grâce à tous ces musiciens et chanteurs et « parleurs » géniaux (Leilani, Brutha War et ‘Native Prophecy’) qui ont donné à chaque instant tout ce qu’ils ont et tout ce qu’ils sont. Personnellement, le fait d’enregistrer cet album et de dire ce que j’avais sur le cœur m’a apaisée. Merci au Ciel de m’avoir permis de retrouver autant d’amis et de proches dans le studio de la Music Maker Relief Foundation. »

Pura Fé ne passe pas soudainement de la bougie à l’électricité ! Au contraire, son parcours personnel et ses racines débordent de longue date le champ des musiques acoustiques. Pour des raisons obscures qui tiennent essentiellement à la vision romantique que peuvent avoir certains Américains blancs de l’« authenticité authentique », le blues et le folk se devraient d’être acoustiques. Comme si la nature des instruments influençait à elle seule le contenu de la musique et la profondeur de l’âme. Au sein de la communauté afro-américaine, tout le monde vous dira que le hip-hop — véritable parangon artistique de la mutation urbaine — n’est rien d’autre que le blues du XXIe siècle, tout simplement parce qu’il porte en lui la détresse et la rage de cette partie non négligeable de l’Amérique noire à qui est dénié tout progrès social.

Tout au long de Full Moon Rising, qu’elle s’exprime en duo acoustique avec Cary Morin ou qu’elle soit accompagnée par un groupe électrique, Pura Fé traduit précisément ce sentiment de frustration (et même bien davantage), apportant la preuve que la forme du flacon met parfois en valeur la magie du vin. On trouvera un autre témoignage de l’universalité de son message à l’écoute de l’une des plus belles plages de cet album, The Condor Meets The Eagle. Avec ses couplets successivement chantés en anglais, en espagnol et en langue Cree, cette composition ésotérique est là pour nous rappeler que le blues est né de la confluence de nombreuses traditions, européennes et africaines, mais aussi amérindiennes.

Full Moon Rising navigue constamment d’une forme éclairée de conscience politique et sociale à des chansons passionnelles qui trahissent l’ampleur de son questionnement personnel. Si Pura Fé atteint tout juste aujourd’hui le point médian de son existence créative, de nouveaux chefs d’œuvre comparables à celui-ci nous attendent dans les années à venir. La lune est pleine, et elle commence tout juste à se lever.

Le site officiel de Pura Fé

 Lire aussi