Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Le Chœur Arsys célèbre Haydn

Par Marc Zisman |

Le 16 décembre, le chœur Arsys dirigé par Pierre Cao rendra hommage à Joseph Haydn à la Cité de la Musique.

Le chœur Arsys, considéré comme l’ambassadeur de l’art vocal français, sera à la Cité de la Musique le 16 décembre, à 20h, aux côtés de l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire.

Sous la direction du chef d’orchestre et chef de chœur Pierre Cao, ils rendront hommage à Joseph Haydn à travers deux de ses partitions : la Symphonie militaire n°100 et la Nelsonmesse.

Egalement au programme de cette soirée, deux pièces signées Mozart : Exultate Jubilate et Ave Verum.

Des quatorze messes que Haydn a composées, c'est la onzième, la Nelsonmesse, écrite entre le 10 juillet et le 31 août 1798, au moment où l'Autriche est sous pression car on est en pleine guerre de coalition contre Napoléon et c'est sans doute pour cela que Haydn l'intitule Missa in Angustiis, messe dans les angoisses, et on entend cette angoisse au début de la messe, dans le Kyrie, avec ses accents sombres et menaçants.

Pendant les répétitions, le 15 septembre 1798, arrive la nouvelle que Lord Nelson a détruit la flotte française à Aboukir et c'est une explosion de joie en Autriche et à Eisenstadt. La messe lui sera alors dédiée.

Lointain héritier de la Société des Concerts fondée en 1828 à l’instigation d’anciens élèves du Conservatoire de Paris, l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire s’est vu qualifié de « projet exemplaire - et quasiment sans équivalent dans le monde - qui procure à de jeunes professionnels l'expérience du réel de l'orchestre dans un environnement pédagogique » par Myung-Whun Chung, son président d’honneur.

Recrutant ses musiciens parmi les lauréats des CNSM de Paris et de Lyon, cette formation rémunérée s’est fixée une double mission. D’une part, l’OLC se situe au cœur du projet pédagogique du Conservatoire en interaction avec les enseignements les plus divers, des classes d’orchestration, de direction et de composition aux productions lyriques ou chorégraphiques « maison ».

D’autre part, l’OLC représente une véritable « passerelle » entre le champ clos des études et le grand bain des phalanges professionnelles. Ainsi, de la Cité de la Musique au Théâtre du Châtelet, de l’Opéra de Paris à la Maison de Radio-France, c’est au contact des plus éminents chefs et solistes que l’OLC porte les couleurs de la jeune génération symphonique française.

Le site officiel du chœur Arsys

Le site officiel de la Cité de la Musique

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article