Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Emmanuel Bex de scène à Reims

Par Eva Sauphie |

La scène française jazz sera à l’honneur ce dimanche 11 juillet au Château des Grenouilles Vertes dans le cadre du festival rémois, Flâneries Musicales, avec de dignes représentants du genre, Emmanuel Bex trio.

L’organiste normand Emmanuel Bex sera entouré de Géraldine Laurent à la clarinette et au saxophone – elle remplacera ainsi l’Italien Francesco Bearzatti présent sur l’album Open Gate sorti en 2009 -, et de Simon Goubert à la batterie, le 11 juillet prochain aux Flâneries Musicales de Reims.

L’orgue Hammond, instrument de prédilection d’Emmanuel Bex, irradiera le Château rémois par petites touches incandescentes. Mais nulle atmosphère cathédralesque, froide et rigide ne s’installera. L'organiste et son instrument electromécanique ont ce pouvoir de transcender le jazz et d’en faire une musique électrique et vibrante, aux confins du nu-jazz et de l’expérimentation.

Mélodies pimentées, mais aussi compositions minimalistes, où les nappes d’orgue ne sont plus que gracieuse nonchalance. Emmanuel Bex et Simon Goubert - seul batteur à avoir reçu une distinction du musicien par l’Académie de jazz en 1996 -, sont compagnons de longue date, notamment depuis la création du trio BFG avec l’américain Glenn Ferris (trombone) en 2000. Géraldine Laurent est quant à elle une des plus talentueuses solistes françaises. La musicienne les rejoindra sur scène pour une fusion de trois grands cracks de leur instrument. A tour de rôle, chaque membre s’offrira un solo effréné, sans concours de performances ni démonstration, mais simplement en accord avec leur sensibilité exacerbée.

Le trio a remporté en 2000 de nombreuses récompenses, parmi lesquelles le Django d’Or du meilleur groupe, le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, ainsi que le Prix Boris Vian de l’Académie de jazz.

Emmanuel Bex a accompagné les plus grands artistes, à l’instar de Barney Willen, Babick Reinhardt, Philip Catherine, et Aldo Romano. Un trio inventif et effervescent qui saura repousser les limites du jazz, et montera que le genre n’a rien d’une musique d’ascenseur !

Le site d'Emmanuel Bex

Le site des Flâneries Musicales

À découvrir autour de l'article