Votre panier est vide

Rubriques :
Sur Scène

Denis Pascal, préludes debussiens et rhapsodies lisztiennes…

Par Marc Zisman |

Denis Pascal, interprète exceptionnel du piano impressionniste, jouera Debussy et Liszt le 15 janvier à Paris salle Gaveau.

Il avait commencé 2008 au son du génial et fantasque Jean Wiener, il entame 2009 sur la scène parisienne avec Debussy et Liszt. Le 15 janvier à 20h30, Denis Pascal se produira à Gaveau avec des préludes debussiens et des rhapsodies lisztiennes…

Denis Pascal a imposé une manière faite d’honnêteté absolue devant la partition et de refus total de tout effet gratuit, sculptant le son et le rythme pour cerner au plus près le contenu expressif de chaque œuvre. Ces qualités font de lui un interprète exceptionnel du piano impressionniste, notamment Claude Debussy qu’il débarrasse de ses excès de brouillard, ou Franz Liszt, abordé sans mièvrerie aucune.

Pour son premier enregistrement pour le label Eloquentia, Denis Pascal aborde, autour des Deuxièmes cahiers des Préludes et des Images, un pan de la musique de Debussy qu’il considère comme un aboutissement, la fin d’une période. Après ces pages à l’épure absolu, Debussy ne peut guère aller plus loin tant au niveau poétique que dans le langage musical : il lui aurait fallu en inventer un nouveau. On flotte ici dans une image et une poétique de la suspension et de la suggestion, deux éléments pouvant être, d’une certaine manière, considérés comme l’objet du présent enregistrement. On frôle aussi, cependant, une certaine noirceur du Deuxième cahier des Préludes. Après de telles pages, Debussy freinera peu à peu son geste créateur pour abandonner progressivement l’écriture musicale.

Spécialiste incontesté de la musique française, Pascal pousse le contrôle sonore et l’imagination à son paroxysme, loin de toute mièvrerie, dans une exaltation sans concession de l’intuition poétique. Un musicien que son honnêteté suprême face aux partitions rend décidément irremplaçable…

S'il affirme être donc un pianiste éminemment français, Denis Pascal occupe la place singulière que lui confèrent de multiples et cruciales rencontres. Elève de Pierre Sancan puis de Jacques Rouvier au CNSM de Paris, il effectue un troisième cycle de perfectionnement auprès de Léon Fleisher. Lauréat des concours internationaux de Lisbonne, du Concert Artist Guild de New York et de celui de Zürich, il part aussitôt se perfectionner auprès de György Sebök, à l'Université d'Indiana à Bloomington pendant trois ans.

Ensuite, les collaborations et les tournées régulières avec le grand violoncelliste Janos Starker se succèdent. Autant de rencontres cruciales exerçant une influence décisive sur ses conceptions musicales : on peut notamment dire qu'il a fait sienne cette tradition musicale d'Europe centrale teintée d'humanisme et soucieuse d'une approche des partitions sans compromission, à mille lieues de toute tentation décorative.

Il applique cette éthique avec rigueur et constance tant dans le répertoire lisztien que la musique impressionniste ou les partitions post-romantiques. Son approche singulière de tous les pans du répertoire pianistique, ainsi que son ardeur à défendre les œuvres plus rares, font de lui l'un des artistes les plus marquants de la scène française et internationale.

Denis Pascal se produit en France et dans le monde entier comme soliste et comme musicien de chambre. Il a fait de nombreuses apparitions aux Etats-Unis - Lincoln Center et Merkin Hall de New York, Kennedy Center de Washington - comme en Europe (concerts à Palerme, Rome, Venise, Lisbonne ou Helsinki). En France, à Paris, le public du Théâtre des Champs-Elysées, du Théâtre du Châtelet, du Théâtre de la Ville, de la salle Gaveau et de l'Opéra Garnier a pu l'applaudir, ainsi que celui de nombreux festivals internationaux.

La discographie de Denis Pascal reflète bien sûr ses idées musicales. Pour le label français Polymnie, il a ainsi enregistré l'intégrale des Rhapsodies Hongroises de Franz Liszt dont la force expressive a été unanimement saluée par la presse musicale, avec notamment un Choc du Monde de la Musique, le Prix de l'Association Française Franz Liszt, le Recommandé par Classica. Il a également gravé le Concert pour violon, quatuor à cordes et piano d'Ernest Chausson, toujours chez Polymnie, qui a reçu un accueil enthousiaste de la critique lors de sa parution à la rentrée 2006.

Un mois plus tard, toujours pour Polymnie, sa collaboration avec l'orchestre Les Siècles de François-Xavier Roth dans les deux concertos de Chopin a renouvelé notre vision des sonorités de ces œuvres emblématiques (piano Pleyel 1900 du fonds Alfred Cortot, et instruments d'époque). Plus récemment, c’est un magnifique disque monographique consacré à Jean Wiener pour le label Sisyphe, couronné par un Diapason d’or, qui souligne l’éclectisme du pianiste.

Par ailleurs pédagogue unanimement apprécié, Denis Pascal a contribué à l'élaboration de plusieurs ouvrages didactiques en collaboration avec la Cité de la Musique de Paris.

L’hommage de Denis Pascal rendu à Pierre Sancan, disparu en octobre dernier, et qui fut son professeur

Rencontre avec Pierre Cornevin, ami de Jean Wiener, et Denis Pascal

Le site officiel de la salle Gaveau

À découvrir autour de l'article