Votre panier est vide

Rubriques :
News

Herreweghe sur les traces de Savall et Gardiner ?

Par Max Dembo |

Après Jordi Savall, après John Eliot Gardiner, le maestro belge Philippe Herreweghe se met à son compte. Ou presque…

Jordi Savall et John Eliot Gardiner avaient été plus radicaux, en se lançant seuls dans l'aventure et en assumant tant la production que la distribution de leur label. En mettant fin à une très longue collaboration avec Harmonia Mundi, une maison qui l'a accompagné et lui a permis de produire des disques essentiels, Philippe Herreweghe s'appuiera quant à lui sur le groupe belge Outhere qui produira, éditera et distribuera ses disques désormais. Le label s'appellera ϕ (phi). Outhere va-t-il nous rejouer tout l'alphabet, après avoir déjà racheté Alpha d'un côté et ZigZag Territoires de l'autre ?

Dans la foulée des grands pionniers tel Nikolaus Harnoncourt, Philippe Herreweghe s’est lancé tôt dans la fondation d’ensembles vocaux et instrumentaux destinés à l’interprétation du répertoire baroque. Mais, rapidement, le chef flamand a élargi ce répertoire vers la Renaissance et le classicisme puis jusqu’au romantisme et au XXe siècle.

Avec La Chapelle Royale, qu’il fonde en 1977, puis avec l’Orchestre des Champs-Élysées à partir de 1991, Herreweghe étend l’application du travail initié par les théoriciens du mouvement baroque à des répertoires qui bénéficient ainsi d’une démarche respectueuse du texte musical autant que du contexte historique de production des œuvres. De Bach à Mendelssohn et de Brahms à Mahler, le maestro de Gand s’applique à retrouver pour chaque époque l’équilibre des lignes et du contrepoint.

En créant ce catalogue ϕ, Philippe Herreweghe veut donner librement corps au fruit de sa longue carrière de recherches et d’expériences musicales. Le catalogue se déclinera, au rythme de quatre à cinq sorties annuelles à partir de 2011, en productions consacrées au grand répertoire symphonique et choral, à la polyphonie et, bien entendu, aux œuvres de Bach qu’Herreweghe veut remettre sur le métier pour en donner des versions encore plus abouties que les précédentes.

La première sortie, la Quatrième Symphonie de Mahler, est programmée pour l’automne 2010. Elle sera suivie au printemps 2011 par des Motets de Bach, puis au fil des mois, par des œuvres de Josquin Desprez, de Brahms et la Missa Solemnis de Beethoven.

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article