Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Trombone Shorty, l'ouragan supafunkrock

Par Max Dembo |

Cocktail de funk, jazz, hip-hop et soul pour le phénomène Trombone Shorty, en concert au festival Jazz à Vienne et au festival Jazz des Cinq Continents de Marseille.

Le 13 juillet à Vienne et le 23 juillet à Marseille, les festivals de Jazz à Vienne et des Cinq Continents connaîtront la loi du… Supafunkrock ! Du quoi ? Le Supafunkrock inventé par l’azimuté Trombone Shorty. Un genre à lui tout seul palpable sur l’album Backatown.

Car cet opus de Troy « Trombone Shorty » Andrews est l'œuvre d'un artiste rare : capable non seulement de susciter un respect sans réserve parmi des légendes du jazz, dégageant une énergie qui hypnotise à la fois le public et les rockstars internationaux (un certain Lenny Kravitz est présent sur l’album…). Avec un mix sans précédent de rock, funk, jazz, hip-hop et soul à sa disposition, il se devait de créer un nom pour le son qui est sa signature : Supafunkrock !

Troy Andrews est le genre de musicien qui n'arrive qu'une fois par génération, et Backatown est le témoignage le plus récent, et le plus limpide, d'un art aussi singulier que son talent brut.

L'album doit son titre au mot local utilisé par les gens de New Orleans pour designer le sixième district de leur ville, là où se trouve le quartier Treme où Troy nait et grandit. Quant à lui, ce surnom de Trombone Shorty lui vient de James Andrews, son frère : l'ainé avait observé son cadet – Troy n'avait que quatre ans à l'époque – se faufiler au milieu d'une procession muni d'un trombone mesurant deux fois sa taille…

Expert en matière de trombone et trompette, Troy Andrews joue également d'autres instruments : il applique les mêmes talents et la même discipline féroce à son propre instrument vocal de tendance soul, comme en témoigne cet album, où il est entouré de son groupe Orleans Avenue et de prestigieux invités comme Allen Toussaint (On Your Way Down), Lenny Kravitz (Something Beautiful) et Marc Broussard (Right To Complain).

Le rêve de Troy Andrews est devenu une réalité musicale qui risque de modifier considérablement les règles du jeu au moment ou lui et son groupe préparent la transition du paysage musical dans une direction nouvelle fascinante.

Le site de Trombone Shorty

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article